Le CIO en tant que chef de file du Mouvement olympique

©2021 Getty Images

Le CIO travaille en étroite collaboration avec le Mouvement olympique sur les questions de droits humains, notamment avec les Comités Nationaux Olympiques (CNO) et les Fédérations Internationales (FI).

1- La pratique du sport en toute sécurité

Dans le cadre de son travail sur "la pratique du sport en toute sécurité", le CIO s'investit de manière active pour protéger les athlètes contre toute forme de harcèlement et d'abus dans le sport. Ainsi, depuis 2004, il a développé toute une gamme de programmes et initiatives à l'échelle des Jeux Olympiques de la Jeunesse et des Jeux Olympiques, ainsi que des initiatives plus larges en dehors de la période des Jeux et qui portent sur l'éducation et la sensibilisation. Il s'agit notamment de la Boîte à outils sur la protection des athlètes dont le but est d'aider les CNO et FI à élaborer et mettre en œuvre des politiques et procédures spécifiques à ce domaine, ainsi que d'une série de webinaires d'aide. La protection des athlètes est ancrée dans les principes fondamentaux de l'Olympisme énoncés dans la Charte olympique, le Code d'éthique du CIO, les Principes universels de base de bonne gouvernance du Mouvement olympique et sportif, le Code médical du CIO et la Déclaration sur les droits et responsabilités des athlètes du CIO.

2 - Inclusion des athlètes et non-discrimination

Le CIO encourage l'inclusion de tous les athlètes dans le sport, y compris les athlètes transgenres et les athlètes intersexes. Il a récemment publié un nouveau Cadre pour l'équité, l'inclusion et la non-discrimination. À travers ce Cadre, le CIO entend promouvoir un environnement sûr et accueillant pour toutes les personnes associées au sport, conformément aux principes inscrits dans la Charte olympique. Le Cadre reconnaît également le rôle central que jouent les critères d'admission pour garantir l'équité dans la catégorie femmes, notamment dans le sport organisé de haut niveau.

Si le Cadre a été rédigé au regard du sport de haut niveau, il n'en demeure pas moins applicable au sport de loisir et de proximité.

Ce cadre est le résultat de deux années de consultation à l'égard des droits humains, des points de vue juridiques et médicaux, ainsi que des points de vue des athlètes directement concernés par ces critères (cisgenre, transgenre ou indépendamment de leur identification de genre). Le CIO a également consulté plusieurs FI pour mieux comprendre les défis auxquelles elles font face pour assurer une concurrence équitable dans leurs compétitions et environnement.

3 - Approvisionnement responsable

Le CIO a commencé à diffuser ses travaux sur l'approvisionnement aux CNO et FI. À cet égard, dans le cadre de sa série « L'essentiel sur la durabilité », le CIO a publié le guide « Sustainable Sourcing in Sport » (l'approvisionnement durable dans le sport) faisant référence aux Principes directeurs des Nations Unies.

Le CIO en tant qu’organisation

Le CIO prend de nombreuses mesures pour s'acquitter de ses responsabilités en matière de droits humains lors de ses propres opérations. Il a ainsi amélioré l'alignement et la cohérence de ses stratégies existantes dans les domaines de la durabilité, de l'égalité des genres et de l'inclusion avec les principes relatifs aux droits humains. 
En savoir plus

Le CIO en tant que propriétaire des Jeux Olympiques

L'objectif est de veiller à ce que les principes des droits humains soient respectés dans le processus de sélection, l'organisation et la tenue des Jeux Olympiques. Le CIO travaille en étroite collaboration avec les comités d'organisation des Jeux Olympiques (COJO) et les organisateurs des Jeux Olympiques de la Jeunesse, et les soutient dans la mise en œuvre de ces principes. 
En savoir plus

Le respect des droits humains

Le CIO reconnaît et défend en toutes circonstances les droits humains, lesquels sont inscrits à la fois dans les principes fondamentaux de la Charte olympique et dans son Code d'éthique.
En savoir plus
back to top