Le CIO en tant qu’organisation

Le CIO prend de nombreuses mesures pour s'acquitter de ses responsabilités en matière de droits humains lors de ses propres opérations. Il a ainsi amélioré l'alignement et la cohérence de ses stratégies existantes dans les domaines de la durabilité, de l'égalité des genres et de l'inclusion avec les principes relatifs aux droits humains.

1 - Élaborer une approche stratégique

L'élaboration d'un cadre stratégique en matière de droits humains au sein du CIO entend renforcer cette cohérence et cet alignement, consolider l'approche globale du CIO dans ce domaine et intégrer, de manière plus systématique et plus complète, l'approche du CIO en matière de droits humains dans toutes ses opérations.

Le travail du CIO est guidé par une série de recommandations extraites d'un rapport rédigé à sa demande par deux spécialistes de la question des droits humains, S.A.R. le Prince Zeid Ra’ad Al Hussein, ancien haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, et Rachel Davis, vice-présidente de Shift, un centre d'expertise de premier plan sur les entreprises et les droits humains.

Cet engagement fort se reflète dans l'Agenda olympique 2020+5, la feuille de route du CIO, qui comprend une série d'objectifs spécifiques visant à renforcer la promotion et le respect des droits humains. Ces objectifs s'appuient sur les travaux entrepris ces dernières années dans ce domaine et appellent spécifiquement aux actions suivantes :

  • Adopter un cadre stratégique global pour le CIO en matière de droits humains, avec des plans d'actions spécifiques pour chacune des trois sphères de responsabilité du CIO (le CIO en tant qu'organisation, le CIO en tant que propriétaire des Jeux et le CIO en tant que chef de file du Mouvement olympique) ;
  • Relier le cadre stratégique global du CIO en matière de droits humains aux diverses stratégies existantes ou futures du CIO ;
  • Modifier la Charte olympique et les « Principes universels de base de bonne gouvernance » du Mouvement olympique et sportif pour préciser les responsabilités en matière de droits humains ;
  • Permettre à la nouvelle unité des droits humains du CIO d'étendre les compétences internes du CIO en matière de droits humains.

2 - Engagement des parties prenantes

Le CIO interagit sur la question des droits humains avec un large éventail de parties prenantes locales et internationales, afin de mieux les comprendre et répondre à leurs attentes.

Nos parties prenantes englobent les athlètes, par le biais de notre engagement direct auprès d'eux et des différentes commissions des athlètes, et les acteurs du Mouvement olympiques comme les Fédérations Internationales de sport et les Comités Nationaux Olympiques. En outre, nous entretenons un dialogue continu avec nos partenaires olympiques mondiaux afin de diffuser des informations dans tous les domaines de notre partenariat et de nos opérations conjointes. En nous ayant fait part de leurs bonnes pratiques et de leurs expériences, nos partenaires ont contribué à l'élaboration du cadre stratégique du CIO en matière de droits humains.

Nous travaillons également avec des organisations de premier plan dans le domaine des droits humains, dont des organisations de la société civile, des conseillers techniques et stratégiques, ainsi que des institutions multilatérales. Nous entretenons également un dialogue ouvert et permanent avec le Centre pour le sport et les droits de l'homme.

3 - Approvisionnement responsable

Le CIO s'engage à promouvoir le respect des normes sociales et environnementales dans sa chaîne d'approvisionnement.

L'accord standard que nous concluons avec tous nos fournisseurs directs comprend des clauses relatives aux droits des travailleurs et aux droits humains, ainsi que le Code desfournisseurs, qui s'appuie sur des normes internationalement reconnues, telles que les Principes directeurs des Nations Unies et les conventions de l'OIT. Les fournisseurs directs du CIO doivent se conformer à ses exigences.

En outre, le CIO a commencé à cartographier et à examiner les principaux risques géographiques et sectoriels, en partenariat avec des tiers et ses fournisseurs. Il continuera à étendre son programme d'approvisionnement responsable et à renforcer sa diligence requise en matière de droits humains à chaque étape de sa chaîne de valeur et d'approvisionnement.

Le CIO en tant que propriétaire des Jeux Olympiques

L'objectif est de veiller à ce que les principes des droits humains soient respectés dans le processus de sélection, l'organisation et la tenue des Jeux Olympiques. Le CIO travaille en étroite collaboration avec les comités d'organisation des Jeux Olympiques (COJO) et les organisateurs des Jeux Olympiques de la Jeunesse, et les soutient dans la mise en œuvre de ces principes. 
En savoir plus

Le CIO en tant que chef de file du Mouvement olympique

Le CIO travaille en étroite collaboration avec le Mouvement olympique sur les questions de droits humains, notamment avec les Comités Nationaux Olympiques (CNO) et les Fédérations Internationales (FI).
En savoir plus

Le respect des droits humains

Le CIO reconnaît et défend en toutes circonstances les droits humains, lesquels sont inscrits à la fois dans les principes fondamentaux de la Charte olympique et dans son Code d'éthique.
En savoir plus
back to top