Les droits humains dans le sport

Le CIO reconnaît et défend en toutes circonstances les droits humains, lesquels sont inscrits à la fois dans les principes fondamentaux de la Charte olympique et dans son Code d'éthique.

Le CIO s'est engagé à améliorer la promotion et le respect des droits humains dans ses trois sphères d'influence – à savoir en tant qu’organisation, en tant que propriétaire des Jeux Olympiques et en tant que chef de file du Mouvement olympique.

Son objectif est de veiller à ce que les droits de chacun soient placés au cœur de ses opérations et respectés conformément aux normes et aux ententes internationales – dans chaque domaine relevant de sa compétence.

Le CIO en tant qu’organisation

Le CIO a déjà pris plusieurs mesures pour s'acquitter de ses responsabilités en matière de droits humains lors de ses opérations. Il a ainsi amélioré la mise en conformité de ses stratégies existantes dans les domaines de la durabilité, de l'égalité des genres et de l'inclusion avec les principes relatifs aux droits humains. Il travaille également sur ses procédures d'achats et a du reste rédigé un Code des fournisseurs. S'agissant de son devoir de diligence, le CIO a commencé à cartographier les risques par zones géographiques et par secteurs, tout en travaillant de concert avec ses fournisseurs sur les principaux risques identifiés. Cette opération, menée en partenariat avec ses fournisseurs tout au long de sa chaîne de valeurs, devrait faire l'objet d'améliorations dans les mois et les années qui viennent.

Bâtir une stratégie

La mise en place au CIO d'un cadre stratégique en matière de droits humains entend renforcer la cohérence et l'alignement, consolider l'approche globale du CIO dans ce domaine et intégrer, de manière plus systématique et plus complète, l'approche du CIO en matière de droits humains dans toutes ses opérations.

Le CIO est guidé dans sa démarche par une série de recommandations extraites d'un rapport rédigé à sa demande par deux spécialistes de la question des droits humains, S.A.R. le Prince Zeid Ra’ad Al Hussein, ancien haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, et Rachel Davis, vice-présidente de Shift, un centre d'expertise de premier plan sur les entreprises et les droits humains.

L'Agenda olympique 2020+5, la feuille de route du CIO qui s'inscrit dans le prolongement de ces recommandations et de l'action menée au cours des dernières années dans ce domaine, comprend une série d'objectifs ciblés visant à renforcer la promotion et le respect des droits humains. L'engagement auprès des acteurs concernés et, plus largement, de groupes d'experts en la matière s'est intensifié au cours de l'année écoulée et continuera de jouer un rôle important à cette fin.

Le CIO en tant que propriétaire des Jeux Olympiques

L'objectif consiste à renforcer l'approche en matière de droits humains à l'occasion des Jeux Olympiques et des Jeux Olympiques de la Jeunesse, en étroite coopération avec les comités d'organisation (COJO et COJOJ), et à aider ces derniers à élaborer et déployer leur propre stratégie.

En 2017, lors de la mise en œuvre de l'Agenda olympique 2020, le CIO a adopté de nouvelles procédures et apporté des changements aux "Conditions opérationnelles" du Contrat hôte pour les Jeux Olympiques de 2024 et les éditions suivantes, lesquelles comprennent désormais une section destinée à renforcer les dispositions protégeant les droits humains en lien avec l'organisation des Jeux Olympiques.

Les exigences en matière de droits humains ont elle aussi été renforcées dans le questionnaire pour le futur hôte des Jeux. Les hôtes pressentis sont tenus d'expliquer comment ils entendent identifier et traiter, tout au long du cycle de vie des Jeux, les éventuelles répercussions négatives sur les droits humains, conformément aux Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l'homme. Une évaluation indépendante de la situation des droits humains sur le territoire de l'hôte pressenti fait également partie de la procédure mise en place par le CIO pour guider le travail de la commission de futur hôte.

Le CIO en tant que chef de file du Mouvement olympique

Le CIO collabore étroitement sur la question des droits humains avec les composantes du Mouvement olympique, notamment les Comités Nationaux Olympiques (CNO) et les Fédérations Internationales (FI) de sport.

Dans le cadre de son travail sur la pratique du sport en toute sécurité, le CIO s'investit pleinement pour protéger les athlètes contre toute forme de harcèlement et d'abus dans le sport.

Autre projet en cours sur le même thème : l'action menée par le CIO en faveur de l'inclusion des athlètes au sein du Mouvement olympique. Le CIO planche actuellement sur un cadre volontaire visant à aider les FI à garantir l'équité, la sécurité et la non-discrimination des athlètes sur la base de l'identité et des caractéristiques sexuelles.

En outre, le CIO a commencé à relayer ses travaux sur la passation de marchés auprès des CNO et des FI. Il a publié à cet égard, dans le cadre de sa série "L'essentiel sur la durabilité, un guide baptisé “Sustainable Sourcing in Sport” (Les achats durables en sport – en anglais uniquement).

Dernières actualités

Prev
Next
  • Executive Board IOC Actualités du CIO
    Le CIO continue d’œuvrer en faveur des droits de l’homme et prend les premières mesures en établissant une stratégie
  • Drapeau Olympique Actualités du CIO
    Le CIO développe sa stratégie en matière de droits de l'homme

Documents de référence

back to top