L'équipe olympique des réfugiés formée par le CIO : une équipe portée par la solidarité

Dix athlètes membres de l'équipe olympique des réfugiés (EOR) formée par le CIO ont débuté leurs compétitions à Tokyo au cours du premier week-end des Jeux, affichant la même détermination que celle qui les a aidés à surmonter certains des défis les plus difficiles de leur vie.

2021 Getty Images

Pour rappel, la première équipe olympique des réfugiés avait été créée par le CIO pour les Jeux Olympiques de Rio 2016 afin de sensibiliser à l'ampleur de la crise des réfugiés. Pour les Jeux de Tokyo 2020, une équipe beaucoup plus importante, composée de 29 athlètes réfugiés concourant dans 12 sports, enverra à nouveau un message d'espoir et de solidarité aux plus de 80 millions de personnes déplacées de force dans le monde.

"L’EOR envoie un formidable signal sur l'enrichissement que représentent les réfugiés pour notre communauté olympique et pour la société en général", a déclaré le président du CIO, Thomas Bach. "Les voir concourir est un très beau moment pour nous tous, et nous espérons que chacun les soutiendra. Les athlètes sont les bienvenus dans notre communauté olympique, parmi les autres athlètes, pour concourir avec eux mais aussi pour vivre avec eux sous un même toit."

Un programme spécifique consacré aux athlètes réfugiés

Le succès de l'équipe olympique des réfugiés formée par le CIO pour les Jeux de Rio 2016 a conduit à la création d'un programme spécifique de la Solidarité Olympique, baptisé "bourses olympiques pour athlètes réfugiés". Ce programme offre la possibilité aux Comités Nationaux Olympiques (CNO) d’identifier les athlètes réfugiés vivant dans leur pays et de les soutenir tout au long de leur entraînement, de leur préparation et de leur participation à des compétitions de haut niveau. En tout, 21 CNO hôtes aident actuellement la Solidarité Olympique dans le cadre de ce projet.

En prévision des Jeux Olympiques de Tokyo 2020, 56 athlètes réfugiés prometteurs originaires de 13 pays ont bénéficié de ces bourses, lesquelles leur ont donné le soutien financier nécessaire à leur entraînement olympique, tout en les aidant à poursuivre leur carrière sportive et à se construire un avenir. Après le report des Jeux Olympiques de Tokyo 2020, les bourses ont été prolongées d'un an, ce qui porte l'investissement total consenti par la Solidarité Olympique pour venir en aide aux réfugiés au bénéfice d'une bourse olympique à deux millions de dollars américains depuis les Jeux de Rio 2016.

Les 29 athlètes qui composent l'équipe olympique des réfugiés de Tokyo 2020 ont été sélectionnés parmi les détenteurs de bourses, sur la base d'un certain nombre de critères, notamment les performances sportives de chacun d'entre eux et la confirmation de leur statut de réfugié par le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

Refugee Olympic Team fighting in taekwondo Tokyo 2020 IOC / DAVID BURNETT

Solidarité Olympique : aider les athlètes partout dans le monde à réaliser leur rêve olympique

À travers la Solidarité Olympique, le CIO  a pour ambition d'aider les CNO du monde entier, en particulier ceux qui en ont le plus besoin. 

Grâce à des programmes variés donnant la priorité au développement des athlètes, les bourses de Tokyo 2020 ont été attribuées à 1 836 athlètes de 186 CNO dans 27 sports. Parmi ces boursiers, 836 athlètes de 178 CNO dans 26 sports sont en compétition à Tokyo. Les subventions pour les sports d'équipe ont également permis à 29 équipes de 25 CNO dans huit sports de participer aux Jeux.

Parfaite illustration de l'efficacité de ces bourses pour aider les athlètes à réaliser leur rêve olympique, 143 boursiers de Tokyo 2020 (63 femmes et 80 hommes) ont été choisis comme porte-drapeaux de leur CNO pour la cérémonie d'ouverture.

Quelques jours seulement après le début des Jeux, les boursiers olympiques ont déjà remporté sept médailles d'or, quatre médailles d'argent et cinq médailles de bronze, ainsi que 31 diplômes de participation.

Le budget de la Solidarité Olympique consacré à l'aide et au développement pour le plan 2021-2024 s'élève à 590 millions d'USD, soit la part des droits de diffusion des Jeux Olympiques (de Tokyo 2020 et de Beijing 2022) qui revient aux CNO. La Solidarité Olympique redistribue ces fonds via les programmes qu'elle propose à tous les CNO reconnus par le CIO.

Olympic Refugee Team playing badminton at Tokyo 2020 IOC / Tomasz Dulat

Un engagement à long terme pour aider les réfugiés

Fort du succès rencontré par l'équipe olympique des réfugiés, le CIO a créé, en septembre 2017, l'Olympic Refuge Foundation (ORF), laquelle constitue le nouveau chapitre de son engagement à long terme visant à contribuer par le sport, partout dans le monde, et ce 365 jours par an, à la protection, à l'épanouissement et à l'autonomisation des jeunes déplacés. L’Olympic Refuge Foundation est à l'origine d'un mouvement visant à garantir que les jeunes victimes de déplacements se  construisent grâce au sport. Son objectif est de permettre à un million de jeunes déplacés d'accéder à un sport sûr d'ici 2024.

Olympic refugee team competing in taekwondo at Tokyo 2020 IOC / DAVID BURNETT

Travaillant en coopération avec le Mouvement olympique, les Nations Unies, des organisations internationales, le secteur privé, des organisations non gouvernementales et d'autres fondations, l'ORF a soutenu, depuis sa création, la mise en œuvre de 13 programmes dans huit pays (Colombie, République démocratique du Congo, Jordanie, Kenya, Mexique, Rwanda, Turquie et Ouganda), un nouveau projet  étant sur le point d'être lancé en France. Actuellement, 200 000 jeunes bénéficient de programmes sportifs conçus pour améliorer leur bien-être et leur intégration sociale.

L'un des programmes phares de la Fondation est le programme Game Connect déployé en Ouganda. Mise en œuvre par un consortium comprenant les ONG AVSI, Right to Play et Youth Sport Uganda, ainsi que le Comité Olympique Ougandais et le HCR, cette initiative soutient la santé mentale de plus de 10 000 jeunes réfugiés et membres de leurs communautés d'accueil à Adjumani, Palabek, Rwamwanja et Kampala.

Certains jeunes déplacés inscrits dans les programmes proposés par l'Olympic Refuge Foundation choisiront de continuer à pratiquer un sport grâce au réseau de clubs et d'entraîneurs en place ; certains pourraient même obtenir une bourse pour athlètes du CIO. Pour les meilleurs d'entre eux, ce pourrait être la voie vers la réalisation de leur objectif sportif ultime, à savoir participer aux Jeux Olympiques en tant que membres de l'équipe olympique des réfugiés. Toutefois, pour la plupart des jeunes victimes de déplacements, le travail de la Fondation consiste à leur faire découvrir les bienfaits que la pratique sportive peut leur apporter en leur donnant des bases solides pour la vie et en leur permettant de vivre les valeurs olympiques.

Actualités liées

Prev
Next
  • Tokyo 2020
    Yusra Mardini et Tachlowini Gabriyesos seront les porte-drapeaux de l'équipe olympique des réfugiés formée par le CIO
  • Le président du CIO rencontre les athlètes réfugiés au village olympique Tokyo 2020
    Le président du CIO rencontre les athlètes réfugiés au village olympique
  • Yiech Pur Biel, représentant des athlètes de l'équipe olympique des réfugiés du CIO Tokyo 2020 Sessions du CIO
    La Session du CIO accueille l'équipe olympique des réfugiés en lice aux Jeux de Tokyo 2020
  • Équipe olympique des réfugiés
    L’équipe olympique des réfugiés en route pour Tokyo
  • Tokyo 2020
    Nouvelles Directives du CIO pour une représentation égalitaire, équitable et inclusive des genres dans le sport à Tokyo
  • Tokyo 2020
    Tokyo 2020 : un nouveau schéma pour le calendrier des compétitions olympiques et la visibilité du sport féminin
  • Tokyo 2020
    Les FI et les CNO soutiennent activement la lutte contre les manipulations de compétitions aux Jeux de Tokyo 2020
  • Tokyo 2020
    Les jeunes leaders du CIO aux Jeux de Tokyo 2020
back to top