Yusra Mardini et Tachlowini Gabriyesos seront les porte-drapeaux de l'équipe olympique des réfugiés formée par le CIO

Les deux athlètes qui porteront le drapeau olympique au nom de l'équipe olympique des réfugiés lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux de Tokyo 2020 sont la nageuse Yusra Mardini et le marathonien Tachlowini Gabriyesos.

© IOC / Greg Martin

Yusra Mardini, laquelle avait participé aux Jeux de Rio 2016 en tant que membre de la première équipe olympique des réfugiés, a fait part de son enthousiasme : "C'est un honneur pour moi de porter le drapeau car cela signifie que je représente les réfugiés du monde entier et que je porte leurs espoirs d'un monde meilleur. Je représenterai toute l'équipe et transmettrai notre message, à savoir que les réfugiés peuvent rêver et réussir comme tout un chacun."

Les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 seront les premiers Jeux de Tachlowini Gabriyesos. Il sera porte-drapeau aux côtés de Yusra Mardini.

Deux parcours différents, mais un seul et même rêve olympique

Avant la guerre en Syrie, Yusra Mardini avait déjà représenté son pays dans des compétitions internationales de natation. Au moment où la guerre s'est intensifiée, Yusra Mardini et sa sœur ont quitté Damas début août 2015 pour rejoindre Berlin en septembre 2015. Depuis, Yusra Mardini s'entraîne au club Wasserfreunde Spandau 04, lequel est partenaire des écoles de sport de haut niveau de Berlin. Elle a été sélectionnée pour concourir aux Jeux de Rio 2016 au sein de la toute première équipe olympique des réfugiés et est devenue la plus jeune ambassadrice de bonne volonté du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) en avril 2017.

The Refugee Olympic Team © IOC / Greg Martin

Tachlowini Gabriyesos a fui l'insécurité en Érythrée alors qu'il n'avait que 12 ans, avec un ami âgé d'un an de plus. Il est parti en direction de l’Éthiopie et du Soudan, avant d'entreprendre la périlleuse traversée du Sinaï jusqu'en Israël.

Il se souvient que son ami lui avait enseigné une astuce qu'il tenait de son père : lorsqu'ils s'endormaient, ils enlevaient leurs chaussures et les laissaient pointer dans la direction de leur voyage, de sorte qu'au réveil, le lendemain matin, ils ne se perdaient pas.

En arrivant en Israël, Tachlowini Gabriyesos a passé un certain temps en détention avant d'être envoyé dans une école à Hadera, où il a rencontré son entraîneur. Cela fait huit ans qu'il n'a pas vu sa famille qu'il a laissée derrière lui.

The Refugee Olympic Team © IOC / Greg Martin

Un porte-drapeau féminin et un porte-drapeau masculin lors de la cérémonie d'ouverture

Pour la première fois aux Jeux de Tokyo 2020, tous les Comités Nationaux Olympiques (CNO) participants ont eu l'occasion, sous l'impulsion du CIO, d'envoyer un message fort en faveur de Jeux Olympiques inclusifs, avec des femmes et des hommes sont sur un pied d'égalité. Pour rappel, en début d'année, la commission exécutive du CIO a approuvé un changement aux directives protocolaires pour les Jeux afin de permettre à deux athlètes, un homme et une femme, de chaque CNO de porter ensemble le drapeau lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques d'été.

Actualités liées

Prev
Next
  • Tokyo 2020
    L'équipe olympique des réfugiés formée par le CIO : une équipe portée par la solidarité
  • Le président du CIO rencontre les athlètes réfugiés au village olympique Tokyo 2020
    Le président du CIO rencontre les athlètes réfugiés au village olympique
  • Yiech Pur Biel, représentant des athlètes de l'équipe olympique des réfugiés du CIO Tokyo 2020 Sessions du CIO
    La Session du CIO accueille l'équipe olympique des réfugiés en lice aux Jeux de Tokyo 2020
  • Équipe olympique des réfugiés
    L’équipe olympique des réfugiés en route pour Tokyo
back to top