L'artiste olympienne Gao Min peint des poissons représentant des athlètes venus des cinq continents pour participer aux Jeux Olympiques

En chine, le nom de Gao Min évoque un "poisson". Ou plus précisément une sirène. Grâce à ses deux titres de championne olympique décrochés au tremplin 3 m aux Jeux de Séoul 1988 et de Barcelone 1992, ainsi qu'à une pléthore de médailles d'or remportées lors des championnats du monde, d'Asie et d'autres grandes compétitions internationales, Gao Min est une légende ou presque en Chine. 

The Olympic Colour Sense with Chinese Oldest Script - Gao Min

"En Chine, le poisson symbolise l'abondance", explique Gao Min en souriant. "Parce que je fais du plongeon, mes concitoyens m'ont surnommée la sirène."

Gao Min fait partie des sept olympiens doués de talents artistiques retenus pour le programme des artistes olympiens en résidence lancé à l'occasion de Beijing 2022 dans le cadre du projet culturel d'Agora olympique.

Lorsqu'on l'interroge sur le parallèle qui existe entre le sport et l'art, Gao Min répond : "Je pense que le plongeon est lui-même un art, un art aérien, l'art du corps qui repousse ses limites. Aujourd'hui, j'écris et je peins, une autre forme d'art, un art qui me permet d'exprimer mes pensées."

Et de poursuivre : "Lorsque j'avais 14 ans, j'ai découvert les Jeux Olympiques grâce à la télévision, et participer aux Jeux est devenu mon rêve. À 18 ans, je suis montée sur la plus haute marche du podium olympique ; quatre ans plus tard, je défendais avec succès mon titre – une fierté indicible. Après avoir arrêté la compétition, à chaque fois que je rencontrais des difficultés, quelles qu'elles fussent, je n'avais qu'à me rappeler les efforts déployés afin de réaliser mon rêve – devenir championne olympique – pour les surmonter. L'expérience olympique m'a insufflé courage, force, confiance et honneur pour affronter les défis de la vie."

Une fois sa carrière terminée, Gao Min est devenue entraîneure à Edmonton, au Canada, où, durant de nombreuses années, elle a contribué à la formation de plusieurs plongeuses de l'équipe canadienne. En 2005, elle est retournée vivre en Chine où elle travaille depuis pour des œuvres de bienfaisance. Gao Min est la fondatrice et présidente de la fondation caritative Star Power, basée à Beijing. Elle est également la première ambassadrice de Compact2025, une association qui donne des conseils avisés aux hommes et aux femmes politiques ainsi qu'à d'autres décideurs dans le but d'éradiquer la faim et la dénutrition.

Gao Min Gao Min - IOC

Toutes ses activités ne l'ont pas empêchée de s'adonner avec le plus grand sérieux à la peinture. Il y a cinq ans environ, Gao Min a décidé d'étudier la calligraphie et la peinture chinoise au pinceau. Comme elle était extrêmement connue, elle a dû prendre des cours particuliers avec un peintre de renom. Cet enseignement a porté ses fruits presque immédiatement, puisque ses tableaux ont commencé à se vendre moyennant un bon prix auprès des collectionneurs.

"Les toiles sont vendues à des fins caritatives", explique Gao Min. "Les ventes permettent de soutenir des œuvres de bienfaisance qui s'occupent d'enfants abandonnés dans les villages. La Chine a connu d'énormes transformations au cours des 40 dernières années et les enfants des agriculteurs qui ont quitté leurs villages ont parfois été abandonnés."

Les recettes des œuvres vendues par Gao Min servent également à soutenir sa fondation Star Power, qui aide les athlètes et les entraîneurs à la retraite. 

En 2018, l'ancienne plongeuse chinoise a rassemblé plus de 130 champions olympiques pour la création de sa fondation à Beijing.

Gao Min Gao Min

"Nous nous rendons dans les écoles à travers tout le pays pour diffuser le concept de base de la fondation : soyez votre propre champion/championne", explique Gao Min. "Nous rappelons aux adolescents que ce sont les échecs qui forment les champions et nous leur racontons le nombre de fois incalculable où nous avons essayé et échoué avant de connaître le succès. J'espère que les jeunes aimeront le sport et l'éducation physique, car le véritable esprit sportif naît de l'échec, qui demande bien plus de courage que la victoire. Être son propre champion, ou sa propre championne, devrait être l'objectif ultime que nous poursuivons tous. Le sport façonne notre état d'esprit face à l'échec et nous donne le courage de recommencer."

C'est avec ce même état d'esprit que Gao Min aborde la pratique de son art, travaillant jour après jour pour toucher à la perfection d'un trait.

Ainsi que l'explique son manager : "Quand elle s'investit, elle le fait pleinement. C'est précisément pour cela qu'elle réussit tout qu'elle entreprend." 

Selon les experts, ses traits en calligraphie véhiculent force et conviction.

Happy Fish for a Shared Future - Sports as the Best of Humankind Happy Fish for a Shared Future - Sports as the Best of Humankind / Gao Min

Les trois œuvres de Gao Min pour l'Agora olympique sont une calligraphie s'inspirant de l'"Ode au sport" de Pierre de Coubertin, une toile aux couleurs des cinq anneaux olympiques et une représentation des athlètes venus des cinq continents pour participer aux Jeux Olympiques d'été et d'hiver intitulée bien évidemment "Happy Fish for a Shared Future" ("Heureux comme des poissons nageant vers un avenir commun"). Cette peinture rend hommage à Beijing, seule ville au monde à avoir accueilli aussi bien les Jeux Olympiques d'été que d'hiver.

L'exposition en ligne proposée dans le cadre de l'Agora olympique permet d'admirer les œuvres de Gao Min ainsi que celles des six autres artistes olympiens en résidence.

Lancé lors des Jeux de PyeongChang 2018 par la Fondation Olympique pour la Culture et le Patrimoine, le programme des artistes olympiens en résidence célèbre le lien entre le sport et la culture, en offrant aux athlètes possédant des talents artistiques la possibilité de produire et de présenter de nouvelles œuvres durant et entre chaque édition des Jeux Olympiques.

Les artistes olympiens en résidence à l’Agora olympique Beijing 2022
Plus d’informations
Artiste olympienne Gao Min (CHN)
Consultez sa page de profil!
En savoir plus
Actualités liées
Prev
Next
  • Beijing 2022

    Pour l'artiste olympien Chris Coleman, "C'est en forgeant que l'on devient forgeron, en photographie comme en art"

  • Beijing 2022

    La découverte de soi par l'art et le sport pour l'artiste olympien Kader Klouchi

  • Beijing 2022

    Des arts martiaux aux arts visuels, le parcours atypique de l'artiste olympien Neil Eckersley

  • Beijing 2022

    L'artiste olympienne Cameron Myler met son mental de lugeuse au service du droit et de l'art

  • Actualités du CIO

    Pour l'artiste olympienne Laurenne Ross, l'amour du ski et des sports d'hiver se traduit par l'art

  • La Culture et le Patrimoine

    Les œuvres d'art de sept artistes olympiens au cœur du programme numérique de l'Agora olympique

back to top