L'esprit du volontariat profondément ancré à Tokyo

Lorsque le report des Jeux Olympiques de Tokyo a été annoncé, Bruce Danberry n'aurait jamais imaginé pouvoir continuer à s'adonner à sa passion pour le volontariat aux Jeux dans son sport de prédilection, le hockey.

2021 Getty Images

En raison de son expérience dans le domaine sportif, cet analyste financier anglais fait partie des rares volontaires étrangers à avoir eu la chance d'être retenus pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2020. Bruce travaille dans le stade de hockey Oi où il veille à ce que le terrain soit en parfait état pour les athlètes.

"Honnêtement, lorsque la pandémie a entraîné le report [des Jeux], j'ai pensé que j'allais probablement devoir renoncer à mon rêve d'aller à Tokyo", confie Bruce.

En dépit des enjeux liés aux restrictions de voyage pour se rendre au Japon, Bruce était résolu à profiter pleinement de cette expérience que représentait le fait d'être présent à cette édition inédite des Jeux. Son attachement au volontariat est des plus fidèles puisqu'il s'agit de la troisième édition de la manifestation olympique, après Londres 2012 et Rio 2016, à laquelle il participe en tant que volontaire, à chaque fois pour le hockey.

"J'ai décidé de me porter volontaire une fois de plus car c'est l'occasion pour moi de donner en retour à ce sport que j'aime tant, le hockey, et qui fait partie de ma vie depuis toujours", explique-t-il. "Les Jeux Olympiques sont un événement à part – le Mouvement olympique fait ressortir ce qu'il y a de meilleur en chacun de nous. C'est quelque chose d'unique, de difficile à expliquer, car cela va bien au-delà de la seule compétition sportive."

Bruce fait partie des 70 970 volontaires unis par l'esprit qui anime le volontariat – le plus âgé a 91 ans, les plus jeunes 19 ans. Seuls 110 d'entre eux viennent de l'étranger, lesquels ont pu entrer au Japon grâce à leurs compétences en matière sportive.

Bruce Danberry Olympic Volunteer Tokyo 2020 Bruce Danberry

Les volontaires jouent un rôle essentiel dans le cadre de l'organisation des Jeux et contribuent au succès de la manifestation depuis que cette tradition a vu le jour aux Jeux Olympiques de 1948 à Londres. Le volontariat laisse un solide héritage qui aide également à promouvoir la culture du bénévolat dans le pays hôte.

KATO Mariko Volunteer Tokyo 2020 KATO Mariko

La plupart des volontaires basés au Japon considèrent leur engagement aux Jeux comme une chance de perpétuer la tradition olympique et de faire partie de l'héritage de la manifestation.

"J'étais résolue à faire partie des volontaires dès que les Jeux de 2020 ont été attribués à Tokyo", se rappelle KATO Mariko, une Japonaise qui travaille pour les opérations de presse à l'Ariake Tennis Park et qui s'est découvert une passion pour le volontariat après l'expérience qu'elle a vécue lors de la Coupe du monde de football en 2010 en Afrique du Sud.

"La pandémie a bouleversé nos vies ; elle a affecté l'existence de chacun. Dans ces circonstances, je pense que nous avons plus que jamais besoin de ces Jeux pacifiques, car je crois au pouvoir du sport."

Cette expérience est également une composante essentielle de l'héritage des Jeux, comme le souligne Mariko.

"Mon fils de six ans a découvert à l'école les valeurs qu'incarnent les Jeux Olympiques, ainsi que les notions d'unité dans la diversité et d'acceptation de l'autre", explique-t-elle. "J'espère que grâce à ces Jeux, mes enfants comprendront qu'il y a énormément de personnes différentes et qu'elles sont toutes uniques."

NISHIYAMA Yui Olympic Volunteer Tokyo 2020 NISHIYAMA Yui

Les Jeux de Tokyo 2020 entendent contribuer aux efforts de reconstruction dans les régions touchées par le tremblement de terre qui a frappé l'est du Japon en 2011 en utilisant le pouvoir du sport et les symboles de paix et d'espoir véhiculés par la flamme olympique.

NISHIYAMA Yui, volontaire à l'Ariake Arena auprès des volleyeurs et des volleyeuses, a également travaillé comme bénévole dans les zones sinistrées. Elle croit au pouvoir du sport pour aider au processus de reconstruction.

"Je pense que les Jeux de Tokyo 2020 peuvent non seulement contribuer à la reprise et à la reconstruction des régions touchées par le séisme, mais également panser le cœur des habitants", a-t-elle déclaré. "Voir des athlètes de la région de Tohoku concourir devant le monde entier sera porteur d'espoir et de rêves pour bien des personnes et suscitera l'engouement de la population des zones sinistrées et du reste du Japon. Le sport permettra de tisser des liens et d'achever la reconstruction de ces régions."

Et de conclure : "Je crois que les Jeux de Tokyo 2020 inciteront le Japon à se tourner vers l'avenir, qu'ils sauront convaincre ses habitants qu'ils triompheront toujours de l'adversité et [qu'ils aideront le pays] à s'ouvrir davantage à la diversité et à respecter les différences de chacun."

Les volontaires de Tokyo 2020 poursuivent inlassablement leurs efforts afin de remplir les diverses fonctions opérationnelles qui leur ont été confiées pour les Jeux. Leur contribution est essentielle au succès des Jeux Olympiques.

Actualités liées

Prev
Next
  • Commissions du CIO
    Les olympiens présents à Tokyo élisent quatre nouveaux membres à la commission des athlètes du CIO
  • Actualités du CIO
    Le maillot de Mijaín López et l'équipement de Naomi Osaka figurent parmi les objets emblématiques qui illustreront Tokyo 2020 au Musée Olympique
  • Tokyo 2020
    Les partenaires olympiques mondiaux contribuent à faire de Tokyo 2020 les Jeux Olympiques les plus novateurs qui soient
  • Tokyo 2020
    Les futurs hôtes olympiques bénéficient de l'expérience de Tokyo 2020
  • Tokyo 2020
    Visite du président du CIO aux "Monuments de la reconstruction"
back to top