Le maillot de Mijaín López et l'équipement de Naomi Osaka figurent parmi les objets emblématiques qui illustreront Tokyo 2020 au Musée Olympique

À chaque édition des Jeux Olympiques, une équipe de la Fondation Olympique pour la Culture et le Patrimoine rassemble une collection emblématique d’équipements sportifs, de tenues, d'objets et de documents audiovisuels qui symbolisent l’édition des Jeux en question, au profit des générations futures. Pour Tokyo 2020, les divers objets recueillis ont un lien avec de nombreuses "premières" dans l'histoire olympique. 

© IOC

Lundi, alors que le lutteur cubain Mijaín López entrait dans l'histoire en remportant une quatrième médaille d'or olympique consécutive, un record, lors de la finale de l'épreuve de lutte gréco-romaine des poids super lourds, il s’est tapé fièrement la poitrine en disant "je suis numéro 1" aux médias qui l'attendaient dans la zone mixte.

Quelques minutes plus tard, l’athlète, sans doute l'un des plus grands lutteurs de tous les temps, faisait don de son maillot de compétition aux collections Culture et Patrimoine du CIO . Ce maillot de la victoire rejoint des dizaines d'autres objets emblématiques qui prendront le chemin de Lausanne, en Suisse, à la fin des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 afin d’intégrer le patrimoine olympique pour la postérité. 

Mijaín López (L) Ahmed Hafnaoui (R) © IOC

"En conservant des objets illustrant les Jeux, nous préservons l'histoire olympique pour les générations à venir", a déclaré Angelita Teo, directrice de la Fondation Olympique pour la Culture et le Patrimoine (FOCP). "La mise en exergue des valeurs olympiques d'excellence, d'amitié et de respect est essentielle."

"Les Jeux Olympiques sont uniques parce qu'ils rassemblent les peuples", a-t-elle ajouté. "Il est important de documenter cette histoire pour que les générations futures comprennent pourquoi le Mouvement olympique apporte une si grande contribution au monde."

Une bonne partie de cette histoire préservée se présente sous la forme de tenues et d'équipements de compétition donnés par des athlètes olympiques, qui ne sont pas tous médaillés.

"Si nous nous concentrons bien-sûr sur les médaillés, nous recherchons également des athlètes inspirants et des objets qui racontent une histoire", a déclaré Yasmin Meichtry, directrice adjointe de la FOCP, à la tête de l'équipe chargée de collecter les objets qui iront rejoindre le patrimoine. "Nous sommes toujours à la recherche de symboles d’événements marquants et de tout ce qui montre l'évolution du sport, de la société, de l’environnement général des Jeux. À travers ces objets, nous essayons de documenter l'histoire."

L’un de ces événements mémorables à Tokyo, c’est par exemple ce nageur tunisien Ahmed Hafnaoui, qui a remporté le 400 mètres nage libre hommes. Le jeune nageur a décroché la première médaille d'or de l’histoire de la Tunisie ; et aussi la première médaille d'or africaine aux Jeux de Tokyo.

"C'est un honneur de faire don de mon maillot au Musée Olympique", a déclaré le jeune homme de 18 ans en remettant sa tenue avec joie au Centre aquatique. "Je suis très reconnaissant pour ce privilègeg. Je suis fier et tellement heureux de faire désormais  partie de l'histoire olympique."


Parmi les autres objets particuliers qui représenteront pour toujours Tokyo 2020 au Musée Olympique, citons la flèche brisée de la toute première épreuve de tir à l'arc par équipes mixtes organisée aux Jeux Olympiques. Lors de la finale, une flèche du duo sud-coréen An San et Kim Je-deok, qui a remporté la médaille d'or, a atteint la cible exactement là où se trouvait la flèche précédente.  

"C'est une chose qui n’arrive qu’une fois sur un million et cette flèche est un beau témoignage du tournoi olympique de tir à l'arc", a déclaré Chris Wells, responsable de la communication de la Fédération mondiale de tir à l’arc (World Archery).

4x400 mixed relay finish Kajetan Duszynski - ©2021 Getty Images

Parmi les autres acquisitions marquantes  à ce stade, citons l'équipement de tennis de Naomi Osaka, laquelle a eu l’honneur d’allumer la vasque, le maillot national de softball du Japon signé par toute l'équipe victorieuse, les combinaisons d'aviron et une rame des frères croates Martin et Valent Sinković qui ont dominé l'épreuve masculine de deux de pointe hommes - le premier équipage masculin à cumuler deux titres olympiques en deux de couple et deux de pointe - ainsi que le bâtondu premier relais olympique mixte 4x400 m, remporté par le quatuor polonais composé de Karol Zalewski, Natalia Kaczmarek, Justyna Święty-Ersetic et Kajetan Duszyński.

Le processus d'acquisition durant les Jeux exige une planification détaillée, une communication avec de multiples parties prenantes et la réactivité nécessaire au moment voulu.

"Nous ne courons pas après les athlètes pour leur soutirer quelque chose", explique Yasmin Meichtry. "Il s’agit  vraiment d’une démarche  sérieuse pour enrichir notre patrimoine et s'assurer de pouvoir raconter l'histoire de ces Jeux uniques pour les générations futures. Nous y associons de multiples partenaires tels que les Comités Nationaux Olympiques, les Fédérations Internationales et, bien sûr, les comités d'organisation locaux. Ce type de collaboration a été lancé méthodiquement aux Jeux de Rio 2016 et il porte aujourd'hui réellement ses fruits."

Martin Sinkovic and Valent Sinkovic of Team Croatia ©2021 Getty Images

L'un des principaux objectifs de Tokyo 2020 est de documenter les nouveaux sports olympiques que sont le surf, le skateboard,l'escalade, le BMX freestyle et le basket 3x3.

"Il est important de nous concentrer sur les nouveaux sports qui font leur apparition, pour veiller à initier de solides  collections sur ces disciplines ", a ajouté Yasmin Meichtry. "Par conséquent, nous avons non seulement collecté les équipements et objets divers, mais aussi mené des dizaines d'entretiens avec les athlètes, les juges, les entraîneurs et les responsables des fédérations concernées."

Rayssa Leal of Team Brazil Rayssa Leal of Team Brazil - ©2021 Getty Images

Cette histoire orale est une partie importante du patrimoine, car les entretiens permettent de connaître les histoires derrière les objets. Au cours des dernières éditions, nous avons ainsi déjà réalisé plus de 500 de ces entretiens dans le cadre de notre programme Words of Olympians ", a-t-elle ajouté. "Nous nous adressons également aux protagonistes des processus créatifs des Jeux, les concepteurs et les artistes qui créent l’identité visuelle et l'empreinte culturelle des évènements olmypiques."

Les nouveaux sports feront l’objet d’une  exposition itinérante totalement inédite, présentée dans un premier temps au Musée Olympique de Lausanne, avant de tourner peut-être dans d’autres Musées partenaires à travers le monde.ensuite . La collection complète de skateboards de Tokyo 2020, dont ceux de tous les médaillés de la compétition de street, fera sans doute partie de cette exposition, tout comme une planche de surf fournie par l'International Surfing Association, qui a fait ses débuts olympiques ici à Tokyo. 

Alors que les jours sont maintenant comptés jusqu'à la cérémonie de clôture, y a-t-il un élément précis que convoite l'équipe du patrimoine ?


"Nous serions ravis d'obtenir un équipement de Megan Rapinoe, de l'équipe de football des États-Unis, car elle est une véritable source d'inspiration", a conclu Yasmin Meichtry. "Et absolument tout ce qui a été tricoté à Tokyo par (le médaillé d'or olympique) Tom Daley !"

Il n’y a plus qu’à espérer que Megan Rapinoe et Tom Daley l’apprennent !

Actualités liées

Prev
Next
  • Tokyo 2020
    Les futurs hôtes olympiques bénéficient de l'expérience de Tokyo 2020
  • Tokyo 2020
    Plus de fans que jamais connectés aux Jeux Olympiques
  • Tokyo 2020
    Mobiliser les citoyens : Tokyo 2020 bien résolu à perpétuer l'héritage de 1964
  • Tokyo 2020
    Les épreuves mixtes : un signe d'innovation et de plus grande diversité des sexes à Tokyo 2020
back to top