Le CIO ouvre la voie à un Mouvement olympique plus durable, plus égalitaire et plus inclusif

12 mai 2021

Quelques mois seulement après l'approbation d'une nouvelle feuille de route stratégique, baptisée Agenda olympique 2020+5, la commission exécutive du Comité International Olympique (CIO) a discuté aujourd'hui de la mise en œuvre pratique d'un certain nombre de recommandations portant sur des sujets dont l'urgence et l'importance ont été accentuées par la pandémie de COVID-19, à savoir la durabilité, l'héritage, l'égalité des genres et l'inclusion.


Durabilité

Affichant déjà un bilan carbone neutre, le CIO compte devenir une organisation ayant un impact positif sur le climat d'ici 2024, soit en éliminant plus d'émissions de carbone de l'atmosphère que l'organisation n'en émet. Cela implique de :

  • réduire ses émissions de carbone de 45 % d'ici à 2030 ;
  • créer une "forêt olympique" pour compenser plus de 100 % de ses émissions inévitables ;
  • continuer d'exercer son influence afin d'encourager le mouvement sportif à agir contre le changement climatique.

En plus de compenser les émissions résiduelles du CIO, la "forêt olympique" aura des bienfaits à long terme sur le plan social et sur celui de la biodiversité. Elle fera partie de l'initiative de la Grande Muraille verte, soutenue par les Nations Unies, qui vise à restaurer les paysages dégradés dans la région du Sahel en Afrique.

Volet important de l'Agenda olympique 2020+5, le CIO va également accélérer la transition vers des Jeux Olympiques ayant un impact positif sur le climat, toutes les éditions de l'événement devant afficher un bilan carbone négatif à partir de 2030. D'ici là, les villes hôtes, dont Tokyo 2020 et Beijing 2022, se sont engagées à organiser des Jeux neutres en carbone, tandis que Paris 2024 a récemment annoncé son ambition d'organiser les premiers Jeux qui auront un impact positif sur le climat.

Héritage

Avec l'Agenda olympique 2020, le CIO a transformé la manière dont les Jeux Olympiques sont organisés, en les rendant plus durables et moins coûteux : ce sont les Jeux qui s'adaptent à leur hôte et à ses besoins, et non l'inverse.

Alors que le monde commence maintenant à faire face aux conséquences socio-économiques de la pandémie, les bienfaits à long terme sur le plan social qu'engendrent les événements sportifs seront plus importants que jamais. Avec l'Agenda olympique 2020+5, le CIO va :

  • Continuer à veiller à ce que l'héritage soit intégré tout au long du cycle de vie des Jeux Olympiques - depuis les premiers jours du processus d'élection des futurs hôtes olympiques jusqu'après les Jeux ;
  • Veiller à ce qu'une structure de gouvernance et un financement à long terme de l'héritage soient mis en place dès le début du cycle de vie des Jeux ;
  • Améliorer le contrôle et l'évaluation de l'impact et de l'héritage des Jeux Olympiques, y compris leur contribution aux objectifs de développement durable des Nations Unies.
Favoriser la parité et l’inclusion

Sur l'aire de compétition, des progrès considérables ont été réalisés en matière d'égalité et, grâce aux efforts constants du CIO, les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 marqueront un tournant. Avec une participation féminine de près de 49 %, les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 seront les premiers Jeux Olympiques affichant l'équilibre entre hommes et femmes. Pour la première fois, chacune des délégations en lice aux Jeux comptera au moins une femme et un homme. La parité sera également de mise lors de la cérémonie d'ouverture, puisque tous les Comités Nationaux Olympiques (CNO) sont encouragés à faire porter conjointement leur drapeau par un homme et une femme. Le programme des compétitions de Tokyo comprendra également deux fois plus d'épreuves mixtes que celui de Rio 2016. Et aux Jeux de Paris 2024, nous assisterons, pour la première fois de l'histoire olympique, à la participation du même nombre d'hommes et de femmes très précisément.

Dans le prolongement de ces réalisations concernant les athlètes, le CIO se concentrera désormais aussi sur l'égalité dans l'entourage des athlètes et plus particulièrement parmi les entraîneurs. En moyenne, seuls 10 % des entraîneurs accrédités sont des femmes. Les objectifs pour 2021-2024 comprennent l'élaboration d'un plan d'action en collaboration avec les Fédérations Internationales (FI) et les CNO, afin que davantage de femmes parmi les entraîneurs soient déclarées admissibles puis sélectionnées pour officier aux championnats du monde et aux Jeux Olympiques.

En tant qu'organisation, le CIO montre l'exemple en matière d'égalité des genres. Aujourd'hui, 37,5 % des membres du CIO sont des femmes. Ces dernières n'étaient que 21 % lors du lancement de l'Agenda olympique 2020. Au sein de la commission exécutive du CIO, la représentation féminine est désormais de 33,3 %, contre 26,6 % avant l'adoption de l'Agenda olympique 2020. Les femmes représentent à présent 47,8 % des membres des commissions du CIO, contre 20,3 % avant l'adoption des réformes de l'Agenda olympique 2020.

Le CIO franchit maintenant une nouvelle étape dans la promotion de l'égalité des genres et de l'inclusion en incitant le Mouvement olympique à suivre son exemple. Les nouveaux objectifs visent à accélérer la tendance au sein des CNO, des FI et des comités d'organisation des Jeux Olympiques, en les encourageant à faire en sorte d'atteindre une représentation équilibrée des hommes et des femmes dans les rôles de direction et les organes décisionnels des Jeux. 

Les nouveaux objectifs soulignent également l'importance des pratiques en matière d'égalité et de représentation équitable dans toutes les formes de communication autour des Jeux Olympiques. Après les premières lignes directrices en matière de représentation équitable publiées en 2018, une version actualisée sera mise à disposition avant Tokyo 2020 afin d'encourager l'ensemble du Mouvement olympique et ses parties prenantes à ancrer les pratiques de représentation égalitaire entre hommes et femmes dans toutes les formes de communication. 

Les principes d'inclusion, de diversité et d'égalité des genres sont inscrits dans les Principes fondamentaux de l'Olympisme et sont au centre des activités du CIO.

S'appuyant sur les progrès déjà réalisés par le CIO en matière d'égalité, le nouveau cadre stratégique pour l'égalité des genres et l'inclusion pour la période 2021-2024, examiné aujourd'hui, comprend 21 objectifs organisés selon les trois sphères d'activité du CIO :

  • le CIO en tant qu’organisation ;
  • le CIO en tant que propriétaire des Jeux Olympiques ; et
  • le CIO en tant que chef de file du Mouvement olympique.

En savoir plus sur l'égalité des genres dans le sport

Les trois sujets abordés aujourd'hui sont présents et traités dans l'ensemble des recommandations de l'Agenda olympique 2020+5. Ils sont au cœur de la vision du Mouvement olympique, laquelle consiste à "construire un monde meilleur grâce au sport". Leur pertinence s'en est trouvée accentuée au cours de l'année difficile qui vient de s'écouler, la pandémie ayant poussé le monde à renforcer sa relation avec la nature et à resserrer les liens intracommunautaires.

Actualités Olympiques Actualités du CIO Développement durable Héritage Femmes dans le sport
back to top