Les 12 médailles québécoises à PyeongChang 2018

Les athlètes québécois se sont particulièrement illustrés lors des jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang 2018. Au total, ils ont remporté 12 médailles olympiques sur les 29 remportées par le Canada. Olympics.com revient sur ces médailles 100% francophones de la nation outre-atlantique.

Par Clémence Roult
Photo de 2018 Getty Images

Lors de la dernière édition des Jeux Olympiques d’hiver à PyeongChang en 2018, le Canada s’est classé 3e au classement des médailles derrière la Norvège (39 médailles) et l’Allemagne (31 médailles), avec un total de 29 breloques dont 11 en or, 8 en argent et 10 en bronze. Parmi toutes ces victoires, 12 sont l’œuvre de sportifs québécois.

À l’approche des JO de Beijing 2022, qui se dérouleront du 4 au 20 février dans la capitale de la République populaire de Chine, Olympics.com vous refait vivre ces exploits francophones du pays à la feuille d’érable.

Kim Boutin

Médailles : argent, bronze, bronze

Discipline : 1 000 m, 500 m et 1 500 m short track

Comment ne pas commencer ce florilège des médailles québécoises par l’unique multi-médaillée en individuel de cette édition en République de Corée. Ces Jeux étaient pourtant les tout premiers de la patineuse née à Sherbrooke, mais du haut de ses 23 ans à l’époque, Kim Boutin ne s’est pas laissée impressionné par l’événement. Lors de sa première épreuve, le 500 m, Kim Boutin a pourtant été repêchée en demi-finale après une chute de la Chinoise Qu Chunyu. Puis en finale, alors qu’elle a franchi la ligne d’arrivée en 4e position, voyant le podium olympique lui filer entre les doigts, la Québécoise a finalement remporté la médaille de bronze après la disqualification de l’athlète locale, la Sud-Coréenne Min-Jeong Choi. De là, Boutin a décroché une deuxième médaille de bronze en 1 500 m et l’argent en finale du 1 000 m. En apothéose de cette première expérience olympique, Kim Boutin a eu l’honneur d’être la porte-drapeau du Canada lors de la cérémonie de clôture des JO de PyeongChang 2018. Cette année encore, Kim Boutin espère rentrer encore plus dans l’histoire de son sport à Beijing 2022.

Kim Boutin durant les séries du 1 000 m féminin de short track aux JO de PyeongChang 2018.
Photo de 2018 Getty Images

Mikaël Kingsbury

Médaille : or

Discipline : ski de bosses (ski acrobatique)

Après avoir remporté l’argent à Sotchi 2014, le « King » des bosses, Mikaël Kingsbury s’est offert la seule médaille qui manquait alors à son palmarès, l’or olympique à PyeongChang 2018. En super finale, le skieur originaire de Sainte-Agathe-des-Monts s’est imposé avec un score de 86,63 points, soit quatre points de plus que son premier poursuivant, l’Australien Matt Graham. Cette année à Beijing 2022, il espère confirmer son état de forme du moment après les deux nouveaux titres mondiaux qu’il a décrochés à Aspen (USA) en début d’année, portant à six sont nombre de médailles d’or remportées aux Championnats du monde.

À LIRE AUSSI : Les plus grands succès de Mikaël Kingsbury en ski de bosses

Mikael Kingsbury durant la finale du ski de bosses masculin des JO de PyeongChang 2018.
Photo de 2018 Getty Images

Samuel Girard

Médaille : or

Discipline : 1 000 m short track

Les espoirs de médaille olympique du Canada en short track reposaient naturellement sur le triple champion olympique Charles Hamelin. Pourtant, c’est bien Samuel Girard qui, après avoir été repêché en finale, s’est emparé du titre ultime du 1 000 m. Dès le début de la finale, Girard a pris la pôle position. Seul l’Américain John-Henry Kruguer le doublera pendant un petit tour de piste. À un tour et demi de la ligne d’arrivée, le Hongrois Sándor Liu Shaolin a chuté et emporté avec lui les deux patineurs sud-coréens Soe Yi-ra et Lim Hyo-jun, laissant le Québécois et l’Américain seuls devant. Girard a franchi la ligne d’arrivée en 1 min 26 s 650 pour s’adjuger l’or olympique. Alors qu’on le pensait être la nouvelle star du short track canadien, Samuel Girard a finalement annoncé mettre un terme à sa carrière sportive en 2019.

Samuel Girard évite le chaos pour s'attribuer le titre du 1 000 m en short track à PyeongChang 2018.
Photo de Getty Images

Sébastien Toutant

Médaille : or

Discipline : big air (snowboard)

L’épreuve de big air en snowboard a fait son apparition au programme olympique lors de PyeongChang 2018. Avec un score de 174,25 points Sébastien Toutant a été sacré premier champion olympique de la discipline à l’âge de 25 ans, notamment grâce à un back side 1620 réalisé avec brio lors de son deuxième passage et noté 89,50 points. De quoi balayer la déception de sa 11e place en slopestyle quelques jours plus tôt. Cette année, aux Championnats du monde 2021 à Aspen, Toutant a décroché l’argent en slopestyle.

Sébastien Toutant sacré champion olympique de big air en snowboard à PeyongChang 2018.
Photo de 2018 Getty Images

Justine Dufour-Lapointe

Médaille : argent

Discipline : ski de bosse (ski acrobatique)

La championne olympique de ski de bosse 2014, Justine Dufour-Lapointe, a dû se contenter de la médaille d’argent lors des JO de PyeongChang 2018. Mais la Montréalaise a savouré cette médaille presque plus que l’or olympique de 2014, avait-elle annoncé au Journal de Montréal après la compétition. « Je suis fière de cette médaille qui vaut peut-être même plus que celle d’or à Sotchi. Je crois que j’ai travaillé encore plus fort pour m’y rendre. » Cette année encore, la compétition sera rude à Beijing 2022, avec la présence de la Française Perrine Laffont, championne olympique en titre et en grande forme ces dernières années. La bataille promet d’être palpitante.

Justine Dufour-Lapointe remporte l'argent en ski de bosses aux JO de PyeongChang 2018.
Photo de 2018 Getty Images

Laurie Blouin

Médaille : argent

Discipline : slopestyle (snowboard)

La championne du monde de slopestyle en snowboard 2017, Laurie Blouin, n’a pas à rougir de sa performance lors des JO en République de Corée. Pour sa toute première participation olympique, elle est montée sur la deuxième marche du podium derrière l’Américaine Jamie Anderson, double championne olympique (2014 et 2018) et triple vainqueur des X-Games. Pourtant, elle aurait pu ne jamais prendre le départ de cette finale olympique, suite à une chute lors des entrainement trois jours plus tôt. Elle a dû passer par la case hôpital avec une belle coupure à la lèvre et un œil au beurre noir, mais elle a finalement été autorisée à concourir, pour son plus grand bonheur. La Québécoise a continué de s’illustrer avec une médaille d'or aux Mondiaux de Big air cette année à Aspen. De bon augure en vue des JO de Beijing 2022.

LIRE AUSSI : 5 choses à savoir sur Laurie Blouin

Laurie Blouin durant la finale de slopestyle en snowboard des JO de PyeongChang 2018.
Photo de 2018 Getty Images

Brittany Phelan

Médaille : argent

Discipline : ski cross

La skieuse Brittany Phelan avait déjà participé aux Jeux Olympiques à Sotchi 2014, mais pas en ski cross. En ski alpin ! Elle s’était alors classée 15e du slalom. Quatre ans plus tard, elle s’est présentée au départ de l’épreuve de ski cross. Un choix payant puisqu’elle est montée sur la deuxième marche du podium de cette discipline du ski acrobatique, juste derrière sa compatriote canadienne Kelsey Serwa. Lors de la finale, Phelan a passé la plupart de la course en dernière position, mais une bousculade entre la Suissesse Fanny Smith et la Suédoise Sandra Näslund a ouvert une brèche dans laquelle Phelan s’est engouffrée pour repasser en deuxième position et ne plus la lâcher jusqu’à la ligne d’arrivée.

La Canadienne Kelsey Serwa suivie de la Suissesse Fanny Smith, la Suédoise Sandra Naeslund et la Canadienne Brittany Phelan. 

Maxence Parrot

Médaille : argent

Discipline : slopestyle (snowboard)

Les snowboardeurs québécois ont décidément eu le vent en poupe durant cette édition olympique. Maxence Parrot a remporté la médaille d’argent lors de la finale de slopestyle en snowboard avec un score de 86 points tout rond. Seul l’Américain Redmond Gerard a fait mieux que le Québécois avec une note de 87,16 points. Pourtant, avant son dernier saut, Parrot pointait à la neuvième place du classement général. Une remontée en bonne et due forme qui a donné lieu à un doublé Canadien, avec la troisième place de Mark McMorris (85,20 points). Dix mois plus tard, le snowboardeur se faisait diagnostiquer un cancer du système lymphatique. Après de longs mois de traitement, Parrot était de retour sur sa planche. Il a remporté l’épreuve de Big air des Summer X-Games 2019. À Aspen aux Mondiaux 2021, il a décroché la médaille d’argent en Big air.

Maxence Parrot durant les Jeux Olympiques d'hiver de PyeongChang 2018.

Alex Beaulieu-Marchand

Médaille : bronze

Discipline : slopestyle (ski acrobatique)

En slopestyle toujours, mais cette fois-ci sur des skis, Alex Beaulieu-Marchand a remporté la médaille de bronze derrière le Norvégien Øystein Bråten et l’Américain Nick Goepper. Pourtant, le skieur revenait de loin après une commotion cérébrale quelques mois plus tôt et des douleurs au dos et au genou. Mais qu’à cela ne tienne, ABM a présenté le meilleur ski de sa carrière pour monter sur la boîte à PyeongChang. « J’ai réalisé la meilleure performance de ma vie aujourd’hui, et c’est ce qui était important pour moi. C’est cool d’avoir la médaille de bronze, mais je suis encore plus heureux de la manière dont j’ai skié », avait-il déclaré à Olympique.ca. À 27 ans, le skieur originaire de Québec a annoncé mettre un terme à sa carrière sportive à l’automne 2021.

Alex Beaulieu-Marchand durant la finale de slopestyle des JO de PyeongChang 2018.
Photo de 2018 Getty Images

Charles Hamelin, Charles Cournoyer, Samuel Girard et Pascal Dion

Médaille : bronze

Discipline : relais 5 000 m short track

La superstar du short track canadien, Charles Hamelin, aurait pu repartir de PyeongChang sans médaille olympique, après avoir été disqualifié de toutes les épreuves dans lesquelles il était engagé. Ce n’est que lors du tout dernier jour de compétition, que le triple champion olympique a finalement réussi à monter sur le podium en équipe à l’issue du relais 5 000 m hommes. Avec ses coéquipiers Charles Cournoyer, Pascal Dion et Samuel Girard, ils ont terminé derrière la Hongrie et la République populaire de Chine, s’offrant ainsi la médaille de bronze en 6 min 32 s 282.

LIRE AUSSI : 5 choses à savoir sur Charles Hamelin

Charles Hamelin, Charles Cournoyer, Samuel Girard et Pascal Dion remportent le bronze en relais 5 000 m masculin de short track à PyeongChang 2018.
Photo de 2018 Getty Images

VIVEZ OLYMPIQUE. À 100 %.

Événements sportifs en direct gratuitement. Accès illimité aux séries. Les actualités et les temps forts olympiques en exclusivité