À la rencontre de l'olympienne qui s'entraîne dans le village du Père Noël

La fondeuse finlandaise Johanna Matintalo habite et s'entraîne à Rovaniemi. Alors qu'elle tente de se qualifier pour les Jeux Olympiques d'hiver de Beijing 2022, Olympics.com a discuté avec elle de son expérience de skieuse dans le village officiel du Père Noël.

Par Jo Gunston
Photo de Visit Rovaniemi (Rovaniemi Tourism & Marketing Ltd.) Photographer: Juho Kuva

« Don't stop believing » est assez logiquement l'hymne qui sort des enceintes du stade du FC Santa Claus qui joue à Rovaniemi en Finlande, le village officiel du Père Noël. Naturellement, les joueurs de ce club évoluent en rouge et blanc avec un maillot extérieur festif en vert et blanc.

La légende raconte que ce club a été fondé par les elfes du Père Noël quand ils ont tapé dans un ballon lors d'une pause pendant qu'ils emballaient des cadeaux. Ce n'est pas si surprenant de savoir que ces créatures miniatures sont encouragées à faire de l'exercice physique étant donné que la mission du Père Noël est de s'assurer du bien-être des enfants. Le barbu le plus célèbre de la planète incite aussi la gentillesse des plus grands, dont il fait partie, pour répandre l'amour et la bienveillance de l'esprit de Noël dans le monde entier.

Traverser la planète, le FC Santa Claus l'a fait avec un voyage à Pékin en 2017 pour jouer contre une sélection de joueurs chinois à la veille de Noël. Les rouge et blanc, dont le manager est l'Allemand Ralf Wunderlich et l'entraîneur d'honneur celui qui a donné son nom à l'équipe, ont gagné ce match de football à cinq d'un petit but. L'année suivante, ils y sont retournés pour jouer un nouveau match amical, cette fois avec des footballeurs comme l'Italien Alessandro Del Piero ou l'Anglais Michael Owen. Le Père Noël s'est même assuré de prendre une photo avec eux.

Il cherche aussi à toujours assister au premier match de la saison de son équipe. Les causeries d'avant-match doivent mettre sans aucun doute l'accent sur le fait de croire. Et c'est certainement encore plus vrai depuis que le FC Santa Claus évolue au sixième échelon du football finlandais qui est composé de plus de 200 équipes. Le discours du Père Noël a dû être efficace pour leur faire croire qu'un jour, ils allaient intégrer la pyramide du football national.

Un paradis hivernal

Quand le Père Noël a besoin de brûler quelques calories après avoir profité des biscuits laissés par les enfants lors de sa tournée, il peut aller à Santasport. Rovaniemi est une ville sportive où on retrouve un des onze instituts finlandais du sport, mais aussi un Centre olympique d'entraînement. Il n'y en a que six dans tout le pays. Ces infrastructures jouent un rôle important dans le développement du sport au pays du Père Noël.

Ces centres offrent des équipements pour le bien-être, la pratique sportive et le suivi scolaire. Sur les tapis de course, le Père Noël tente même de rivaliser avec des olympiens comme la fondeuse Johanna Matintalo.

L'athlète de 25 ans a déménagé à Rovaniemi en 2015. Elle a décidé de quitter Pöytyä pour rejoindre le village du Père Noël en raison des conditions de ski optimales qu'on peut y trouver toute l'année. Ce choix a été payant. En 2018, à seulement 21 ans, elle a participé aux Jeux Olympiques d'hiver de PyeongChang 2018. Cet hiver, elle est bien partie pour obtenir une deuxième qualification olympique consécutive et aller à Pékin pour les JO d'hiver de Beijing 2022 qui commencent le 4 février.

La fondeuse Johanna Matintalo aux Jeux Olympiques d'hiver de PyeongChang 2018
Photo de 2018 Getty Images

Johanna Matintalo a l'habitude de voir des nouveaux visages à la salle de sport à cette période de l'année. Souvent, il s'agit des personnes qui anticipent les résolutions du nouvel an ou qui veulent se mettre en forme avant les fêtes de fin d'année. Mais début décembre, juste avant de s'entretenir avec Olympics.com, la Finlandaise a admis avoir été surprise quand c'est le Père Noël qui s'est présenté à la salle de sport.

« Hier, j'étais à la salle, je faisais ma préparation physique et lors de sa visite aux employés, le Père Noël s'est entraîné avec les machines et en soulevant des poids. C'était amusant à voir pendant ma séance. »

Johanna Matintalo s'attaque à une période importante de l'année. Elle participe à des Coupes du monde dans différents pays et chasse les points pour obtenir sa qualification aux Jeux Olympiques d'hiver de Beijing 2022. Durant la période de Noël, elle ressent des émotions contraires.

« C'est un moment de l'année où l'entraînement est très important pour moi alors je suis peut-être un peu jalouse en voyant toutes les autres personnes profiter de l'hiver et de la période de Noël en s'amusant. Bien sûr, l'entraînement est aussi amusant et j'aime ce que je fais, mais parfois, j'aimerais juste pouvoir rater un entraînement pour aussi m'amuser dans la neige. »

En fonçant dans la neige

Johanna Matintalo est consciente de la beauté des paysages dans lesquels elle s'entraîne en skiant sur des pistes plates pendant des kilomètres à travers pléthore de sapins recouverts de neige et de glace.

À cette période de l'année, en raison des hautes latitudes où se trouve Rovaniemi, elle s'entraîne dans l'obscurité en permanence. Le soleil ne s'y lève pas donc pour s'entraîner, la Finlandaise doit commencer en s'équipant d'une lampe frontale pour voir où elle va. Pour l'accompagner dans cette pénombre, elle peut compter sur la magie de spectacles naturels comme les aurores boréales. La rareté de cet événement, même pour ceux qui vivent autant au nord, font que ces illuminations naturelles rendent le cadre d'entraînement encore plus magique.

« Quand vous avez les aurores boréales, c'est vraiment cool parce qu'il fait sombre, vraiment sombre », explique Johanna Matintalo. « Vous ne pouvez même pas imaginer à quel point il fait sombre si vous n'êtes jamais venu ici à cette période de l'année. »

Un autre fan des aurores boréales est ce sacré Père Noël. Pendant son temps libre, il aime marcher dans la forêt, faire des feux de camp et regarder les étoiles. Il a aussi pris du temps libre pour assister aux Jeux Paralympiques de PyeongChang 2018.

« Je suis venu, car je voulais vraiment rencontrer des gens du monde entier pour leur souhaiter bonne chance pendant qu'ils prouvaient à quel point ils sont talentueux », a-t-il dit. « Il ne peut y avoir qu'un vainqueur, mais tout le monde sera certainement heureux ici. »

Son plus grand rêve est de voir les gens du monde entier « jouer ensemble et ne pas avoir peur, juste comme les athlètes paralympiques ». Voici un souhait que tout le monde a envie de voir être exaucé le soir de Noël...

VIVEZ OLYMPIQUE. À 100 %.

Événements sportifs en direct gratuitement. Accès illimité aux séries. Les actualités et les temps forts olympiques en exclusivité