Les jeunes leaders du CIO s'attaquent aux inégalités d'accès au sport lors de la Global Sports Week

Mettant en avant le point de vue des jeunes sur le rôle du sport dans la société, les jeunes leaders du Comité International Olympique (CIO) ont participé à une table ronde intitulée "Lutter contre les inégalités d'accès au sport – sous l'impulsion des jeunes leaders du CIO et des Young Sports Makers" dans le cadre de la Global Sports Week (GSW) organisée à Paris.

IOC

Sport pour tous

Plus de 2 000 délégués sur place – et bien plus en ligne – ont participé à la Global Sports Week du 10 au 12 mai 2022, laquelle a réuni des représentants du monde entier pour discuter de l'avenir du sport à la jonction du monde des affaires et de la société. Avec pour ambition de mettre le point de vue des jeunes au premier plan, le CIO et les dirigeants de la GSW ont conjointement organisé une table ronde permettant aux jeunes leaders du CIO et aux Young Sports Makers de la GSW de partager leurs projets visant à susciter le changement et à garantir l'égalité d'accès au sport dans leurs communautés.

Créer un réseau de soutien pour les jeunes filles et les femmes dans le judo

La jeune leader du CIO et ancienne judokate Laura-Maria Tiidla a pu constater dans les faits de quelle manière les jeunes filles et les femmes pouvaient être exclues du sport. Enfant, elle a été initiée au judo par sa famille, son père étant entraîneur et ses frères également judokas. Ce n'est qu'en grandissant qu'elle a vraiment compris qu'elle était toujours la seule fille à participer et la seule à devoir se battre pour obtenir des ressources. En effet, même dans son rôle de secrétaire générale de l'Association estonienne de judo, elle a remarqué qu'elle devait traiter avec des conseils d'administration composés exclusivement d'hommes.

Cette réflexion a inspiré à Laura-Maria Tiidla son projet de jeunes leaders du CIO, "Julgen olla judoka" ("Judo pour tous"), lequel porte sur l'égalité hommes-femmes et sur la manière de créer un réseau de soutien pour les jeunes filles et les femmes par le biais du sport. Laura-Maria Tiidla a commencé par aborder les questions spécifiques au genre dans le judo que les entraîneurs masculins ne connaissaient peut-être pas ou auxquelles ils ne pensaient pas, comme l'impact du cycle menstruel sur la perte et la gestion du poids, la nécessité de porter des soutiens-gorges adaptés à la pratique sportive sport et même la façon dont les femmes doivent attacher les cheveux pour les compétitions.

Dans un sport dominé par les entraîneurs, les arbitres et les dirigeants masculins, les 20 % de judokates peuvent parfois être reléguées au second plan par les associations. Aussi Laura-Maria Tiidla a-t-elle cherché à inverser cette tendance grâce à son projet. Elle a invité 40 adolescentes à prendre part à un week-end de séances pratiques de judo, au cours duquel les participantes ont également pu s'informer auprès d'oratrices expertes ayant des expériences diverses dans le domaine du judo et partager leurs propres histoires personnelles sur les différentes manières de rester active dans le sport sans être une athlète de haut niveau.

Le projet "Judo pour tous" a pour objectif global d'augmenter le nombre de filles et de femmes pratiquant le judo et d'autres sports de combat, en particulier les adolescentes, qui ont un taux d'abandon élevé dans ces sports. Laura-Maria Tiidla continue de travailler sur l'égalité hommes-femmes et la participation des jeunes en tant que membre de la commission sport et société active du CIO et en tant que mentor de la nouvelle génération de jeunes leaders du CIO.

IOC

Aider les enfants défavorisés à se sentir moins seuls

Kamil Pavlinský, jeune leader du CIO originaire de Slovaquie, a pour sa part axé son projet sur l'accès au sport pour les enfants défavorisés. Après avoir effectué des recherches dans sa ville natale de Presov, ce joueur de volleyball professionnel a constaté que ces enfants, notamment ceux issus de familles socialement défavorisées ainsi que les orphelins, étaient les plus touchés par le manque de possibilités de pratiquer un sport, quel qu'il soit, et se sentaient souvent seuls. Kamil Pavlinský s'est donc servi de sa propre expérience, lorsque ses parents ont divorcé, pour découvrir à quel point le sport pouvait être un outil puissant afin d'aider les personnes à traverser des moments difficiles et leur donner le sentiment de faire partie d'une équipe. À travers son projet "Chance Sport" ("Une chance dans le sport"), il souhaite que les enfants ressentent la même chose.

À ce titre, Kamil Pavlinský entend initier les enfants au sport et assurer leur participation à long terme, et ce via deux étapes clés. Tout d'abord, un camp sportif olympique leur permet de s'essayer à une multitude de sports chaque jour, tout en les initiant aux valeurs olympiques et à l'Olympisme. Si un enfant souhaite ensuite continuer à pratiquer l'un de ces sports, le projet l'aide à entrer en contact avec une équipe ou une organisation locale afin qu'il puisse y participer régulièrement à l'avenir.

Young Sports Makers : éliminer les obstacles au sport

La séance a également accueilli deux Young Sports Makers de la Global Sports Week, Nagin Ravand et Rishav Bhowmik, venus parler de leurs projets.

Rishav Bhowmik, qui est également un jeune leader du CIO et qui officiait comme modérateur de la séance, a lancé son projet "SportsXAll" ("Sport pour tous"), après avoir relevé que de nombreux enfants talentueux de sa communauté, y compris parmi ses amis, devaient abandonner le sport en raison d'un manque d'accès ou de financement. Rishav Bhowmik, spécialiste du tir à la carabine au niveau national, a pour ambition d'améliorer les conditions de pratique sportive à Calcutta, en Inde, en aidant financièrement les enfants afin de s'assurer que leur accès et leur participation au sport ne sont pas limités pour des raisons indépendantes de leur volonté.

Se concentrant également sur l'élimination des obstacles au sport par le biais de son projet, Nagin Ravand s'est inspirée de sa propre histoire après avoir découvert le football par hasard. Ayant quitté l'Afghanistan pour le Danemark à un très jeune âge en tant que réfugiée, le sport l'a en effet aidée à s'adapter à son nouvel environnement et à ressentir un sentiment d'appartenance à sa nouvelle communauté.

Aujourd'hui, dans le cadre de son projet et en tant qu'entraîneure de football, elle espère éliminer le plus grand nombre possible d'obstacles à la pratique du sport, tout en rendant le sport aussi inclusif que possible, que ce soit en réduisant ou en supprimant les frais d'inscription, ou tout simplement en permettant aux personnes de jouer dans des tenues adaptées à leurs croyances, tout en encourageant les personnes de tous horizons à participer.

Si vous y croyez, vous pouvez l'être

Au cours d'un débat animé, ces jeunes leaders ont transmis leurs messages clés au monde du sport et à ses dirigeants, montrant comment, grâce à leurs propres efforts déployés au niveau communautaire, ils étaient à l'origine de changements visant à faire tomber les barrières et à favoriser l'inclusion, rendant ainsi le monde meilleur grâce au sport.

Le programme des jeunes leaders du CIO

Lancé en 2016 avec le partenaire fondateur et partenaire olympique mondial Panasonic, le programme des jeunes leaders du CIO donne aux jeunes talentueux les moyens de tirer parti du pouvoir du sport pour changer la donne. Le programme dispensé sur quatre ans enseigne aux participants comment imaginer, créer et mettre sur pied leur propre entreprise sociale durable basée sur le sport.

Pour en savoir plus sur le programme des jeunes leaders du CIO, cliquez ici et suivez-nous sur :

Instagram : @iocyoungleaders

Facebook : IOC Young Leaders

LinkedIn : IOC Young Leaders Community of Practice

Actualités liées
Prev
Next
  • Jeunes leaders du CIO

    La durabilité au cœur des projets inspirants des jeunes leaders du CIO dans le dernier podcast en date de la série "We have a goal" animée par la paralympienne Amy Purdy

  • Jeunes leaders du CIO

    Layana de Souza, jeune leader du CIO, change la donne pour les jeunes filles

  • Jeunes leaders du CIO

    La jeune leader du CIO Christel Saneh aspire à une représentation équilibrée des athlètes dans les médias

  • Jeunes leaders du CIO

    Pauline Msungu, jeune leader du CIO, veut que les filles du Kenya se lèvent et se battent pour leurs droits

back to top