Layana de Souza, jeune leader du CIO, change la donne pour les jeunes filles

Lorsque Layana de Souza a commencé le sport, elle s'est immédiatement découvert une passion pour le football. Malheureusement, elle n'a pas été autorisée à jouer car, à l'époque, le football n'était pas considéré comme une activité appropriée pour les jeunes filles parmi les membres de son entourage. Aujourd'hui, la jeune leader du CIO souhaite aider la prochaine génération de jeunes athlètes féminines à s'épanouir dans le sport de leur choix grâce à son projet baptisé "Changing the Score".

Layana de Souza Layana de Souza

Layana de Souza a grandi à Rocinha – la plus grande favela de Rio de Janeiro – et a commencé à pratiquer tous les sports possibles et imaginables dès qu'elle a su marcher. Que ce soit la gymnastique, la natation, le basketball ou son premier amour, le football, elle voulait tout essayer. Mais sa passion pour le football s'est rapidement heurtée à la résistance des membres de son entourage, lesquels prétendaient que ce sport "n'était pas fait pour les filles". Elle a par conséquent été écartée du terrain, sa mère l'encourageant à choisir n'importe quel autre sport plutôt que le football.

"Le premier sport qui m'a vraiment passionnée était le football, mais je n'ai pas pu le pratiquer parce que, selon ma mère, il n'y avait pas de visibilité ni d'avenir pour les femmes dans ce sport", explique Layana de Souza. "Aujourd'hui, je suis très heureuse d'allumer la télévision et de regarder un match de football féminin. Je sais que les choses changent. Nous avançons lentement, mais nous progressons et je suis heureuse d'être là pour le constater."

Tirer le meilleur parti de la situation

Après avoir été écartée du football en raison de son sexe, Layana de Souza a décidé de se concentrer de plus en plus sur les autres sports qu'elle pratiquait jusqu'à ce qu'elle en choisisse un : le basketball. Elle a commencé à jouer à l'âge de 12 ans et a rapidement développé ses compétences à tel point qu'elle s'est vu offrir une bourse pour jouer au basketball à l'université aux États-Unis. Elle est ainsi devenue non seulement la première personne de sa famille à aller à l'université, mais aussi la première à en sortir diplômée. Les avantages que Layana de Souza a retirés de ses études aux États-Unis sont multiples.

"La pratique d'un sport m'a appris à prendre soin de mon esprit et de mon corps", confie-t-elle. "Grâce à ma bourse en basketball, j'ai eu l'occasion de vivre à l'étranger et de rencontrer de nombreuses personnes d'horizons différents. Je me suis fait des amis pour la vie. Cette expérience m'a également enseigné les valeurs de la discipline et du travail d'équipe, qui peuvent être transposées dans de nombreux autres domaines de la vie, ce qui m'a préparée à la vie en dehors du basketball. C'était très spécial pour moi."

Après ses études universitaires, elle s'est vu offrir la chance de sa vie de travailler non seulement pour les Jeux Olympiques, mais aussi pour ceux organisés dans son propre pays. L'édition de Rio 2016 a été une étape importante pour Layana de Souza, qui a travaillé pour le comité d'organisation en tant que coordinatrice de l'information sportive pour le basketball, contribuant à s'assurer que les athlètes étaient correctement pris en charge en organisant tout, du transport aux repas.

Layana de Souza

"J'ai pu travailler pour l'un des plus grands événements sportifs de la planète dans mon propre sport et cet événement se déroulait dans ma ville natale", se souvient-elle. "J'avais l'impression d'être dans une cour de récréation, mais avec beaucoup de responsabilités ! J'avais des joueurs extraordinaires autour de moi, mais j'avais énormément à faire pour m'assurer qu'on s'occupait bien d'eux. Ce fut un véritable tournant dans ma carrière et aussi un vrai déclic, en un sens. Après les Jeux, j'ai décidé de poursuivre mon master à Georgetown et de concentrer mes recherches sur l'héritage que l'édition de Paris 2024 pourrait avoir en contribuant à lutter contre la crise des réfugiés en France. J'ai essayé de faire le lien avec l'expérience olympique que j'ai vécue dans mon pays d'origine et de transformer cela en quelque chose de positif."

Ces expériences se sont avérées cruciales pour Layana de Souza, non seulement en termes de développement personnel et au niveau de ses résultats universitaires, mais aussi pour l'associer au Mouvement olympique. Ayant connu le basketball sous ses différentes formes tout au long de sa vie, la participation aux Jeux Olympiques lui a permis de découvrir les changements positifs que les Jeux pouvaient apporter à la société dans son ensemble.

"Rio 2016 a été en quelque sorte le point de départ qui m'a permis de m'imprégner davantage de la magie du Mouvement olympique – ce qu'il signifie vraiment – et j'en suis tout simplement tombée amoureuse", explique-t-elle. "Apprendre ce que représentent les Jeux Olympiques, mettre le sport au service du développement humain, promouvoir une société pacifique, les principes éthiques et la responsabilité sociale – c'est ce qui m'a conduit à créer mon projet en tant que jeune leader du CIO."

Layana de Souza

La boucle est bouclée

Connaissant de mieux en mieux l'Olympisme et les valeurs olympiques, Layana de Souza a eu envie de faire quelque chose pour aider ceux qui en ont le plus besoin, mais elle a trouvé difficile de se lancer sans appui et sans le soutien financier qui rendrait son projet possible. Elle a également trouvé l'ampleur des problèmes auxquels sa communauté et la ville de Rio de Janeiro étaient confrontées décourageante. Lorsqu'elle a commencé à réfléchir, elle s'est sentie perdue et a eu du mal à comprendre ce qu'elle voulait réparer et qui elle voulait aider. Elle a ensuite eu l'occasion de rejoindre le programme des jeunes leaders du CIO.

"Quand on m'a proposé de participer au programme, j'ai très vite compris que c'était exactement ce dont j'avais besoin pour réaliser mon rêve", se souvient Layana de Souza. Et de poursuivre : "Cette initiative m'a fourni des conseils, des ressources financières et la possibilité de nouer des contacts avec des personnes à l'intérieur et à l'extérieur du programme pour m'assurer que j'étais sur la bonne voie. Je veux utiliser mon sport comme un outil de développement social et humain et être capable de rendre la pareille aux enfants de Rocinha, et ce en leur offrant les mêmes possibilités que j'ai eues. Si je réussis, j'aurai le sentiment d'avoir accompli ce que je voulais faire."

Avec le soutien du programme des jeunes leaders du CIO, Layana de Souza a fondé "Changing the Score" (Mudando o Placar). Elle a décidé d'axer son projet sur l'amélioration de la qualité de vie des membres de sa communauté en proposant des cours de basketball gratuits aux enfants âgés de 6 à 14 ans, ainsi que des activités éducatives, un soutien psychologique et sportif et des activités culturelles, dont un voyage prochain au parc olympique de Rio de Janeiro pour assister à un match de basket. Le projet se concentre sur trois des Objectifs de développement durable des Nations Unies, à savoir la santé et le bien-être, l'éducation de qualité et l'égalité des sexes. En ce qui concerne ce dernier point, Layana de Souza a dû se poser une question importante lorsqu'elle a planifié la manière dont "Changing the Score" allait éduquer les jeunes garçons sur l'égalité des genres tout en veillant à ce que les filles concernées aient toujours le sentiment d'être dans un environnement agréable pour jouer au basketball.

Layana de Souza

"J'ai parlé à quelques personnes, dont une athlète olympique qui a lancé son propre programme en Ouganda, laquelle m'a dit que son projet était également axé sur l'égalité des genres et qu'il proposait des cours aux garçons comme aux filles", explique Layana de Souza. "Elle m'a dit qu'il était important d'autonomiser les filles, mais aussi d'éduquer les garçons. Nous devons avoir les garçons à nos côtés également, pour défendre la cause des filles. Si nous les excluons, où vont-ils trouver ces informations ? Nous devons les aider à comprendre que c'est aussi leur problème. Leurs mamans, leurs sœurs ou leurs filles vont être confrontées à la même situation. C'est pourquoi j'ai décidé d'ouvrir le projet aux garçons et aux filles."

Son projet est sur la bonne voie puisque les cours ont débuté un jour avant la Journée internationale de la femme, avec déjà neuf filles inscrites au programme.

En autonomisant les filles et en éduquant les garçons présents, Layana de Souza espère favoriser une meilleure compréhension des normes et des stéréotypes liés au genre dans sa communauté, et empêcher les membres de la communauté de décourager les jeunes filles de faire du sport comme ils l'ont fait pour elle.

Le programme des jeunes leaders du CIO

Lancé en 2016, le programme des jeunes leaders du CIO donne aux jeunes l'occasion de tirer parti du pouvoir du sport pour faire une différence au sein de leurs communautés. À ce jour, grâce au financement de départ du CIO et à un réseau de mentors, ces jeunes talents ont mené à bien plus de 116 projets dans le monde entier, utilisant le sport pour promouvoir des thèmes tels que l'éducation, l'intégration sociale, la durabilité et le bien-être. Les projets ont déjà bénéficié directement à plus de 30 000 personnes.

En tant que partenaire fondateur, Panasonic soutient le programme des jeunes leaders du CIO depuis 2017 en accordant des fonds supplémentaires, lesquels sont utilisés à titre de subventions, en fournissant du matériel audiovisuel et en produisant des films narratifs percutants afin de promouvoir le programme et les jeunes leaders eux-mêmes.

Pour en savoir plus sur le programme des jeunes leaders du CIO, cliquez ici et suivez-nous sur :

Instagram : @iocyoungleaders

Facebook : IOC Young Leaders

LinkedIn : IOC Young Leaders Community of Practice

Actualités liées
Prev
Next
  • Jeunes leaders du CIO

    La jeune leader du CIO Christel Saneh aspire à une représentation équilibrée des athlètes dans les médias

  • Jeunes leaders du CIO

    Pauline Msungu, jeune leader du CIO, veut que les filles du Kenya se lèvent et se battent pour leurs droits

  • Égalité des sexes

    Jemima Montag, jeune leader du CIO et olympienne, encourage les jeunes femmes grâce à son projet "Play On"

  • Égalité des sexes

    Journée internationale des femmes 2022 : les femmes à l'honneur aux Jeux Olympiques

back to top