Les sites olympiques de Tokyo 2020 allient tradition et modernité

Tradition et modernité ne sont jamais très éloignées l’une de l’autre dans la capitale japonaise, Tokyo, où les ryokan, les célèbres maisons de thé et les sanctuaires anciens côtoient gratte-ciels en verre, hôtels capsules et cafés robots.

Yoyogi National Gymnasium Getty Images

Il n'est donc pas étonnant que ce mélange unique de modernité et de tradition s'applique également aux sites des Jeux Olympiques de Tokyo 2020, lesquels visent également à accélérer la transition de la ville vers une ville plus inclusive et plus "intelligente".

"La ville de Tokyo possède un riche patrimoine et a déjà démontré sa capacité à innover, comme ce fut le cas aux Jeux Olympiques de 1964. Les Jeux de cette année vont accélérer la transition de la ville vers un avenir plus durable", a confié Marie Sallois, directrice du département du développement de l'organisation et du développement durable au CIO. 

Dans ce mélange d'ancien et de nouveau, les sites sont regroupés en deux grandes zones : la "zone de l'héritage", plus traditionnelle, et la "zone de la baie de Tokyo", plus moderne et plus proche de la mer.

Nippon Budokan Getty Images/Nippon Budokan

Le premier noyau, la zone de l'héritage, comprend les sites qui ont été utilisés pour la première fois lors des Jeux Olympiques de Tokyo 1964. L'un d'eux, l'emblématique Nippon Budokan, où se sont déroulées les épreuves de judo admises au programme olympique pour la première fois en 1964, est le foyer spirituel des arts martiaux japonais. Cette année, le site accueillera également le karaté, sport qui fera à son tour son entrée dans le programme des Jeux Olympiques.

Tokyo Aquatics Centre Getty Images/Le centre des sports aquatiques de Tokyo

La zone de la baie de Tokyo, quant à elle, est un ensemble de sites modernes, dont bon nombre ont un lien avec l'eau. Le centre des sports aquatiques de Tokyo, par exemple, présente des courbes élégantes sur ses plongeoirs et un bassin principal de dix couloirs de nage. Une technologie de pointe lui permet d'ajuster la longueur et la profondeur de ses bassins en déplaçant les sols et les murs. Afin de compléter ce sentiment de modernité et de refléter l'engagement de Tokyo 2020 en faveur de la durabilité, le bâtiment est aussi alimenté par l'énergie solaire et un échangeur de chaleur souterrain.

Même si ce mélange d'ancien et de nouveau a toujours fait partie du plan, ce dernier a évolué depuis 2013, date à laquelle les Jeux ont été attribués à Tokyo. Depuis, l'Agenda olympique 2020 du CIO exige des villes hôtes qu'elles utilisent au maximum les sites existants, réduisant ainsi les coûts de construction et les émissions de carbone.

Par conséquent, Tokyo 2020 a réduit au minimum les nouvelles constructions. Sur un total de 43 sites de compétition, seuls huit ont été construits de toutes pièces, dix sont temporaires et 25 sont réutilisés. Lors des prochaines éditions des Jeux : seuls 5 % des sites de Paris 2024 seront nouveaux et ce chiffre tombera à zéro pour l’édition de Los Angeles 2028.

Sur les 25 sites réutilisés pour les Jeux de Tokyo 2020, cinq sites avaient été utilisés lors des Jeux Olympiques de Tokyo 1964 : le stade national Yoyogi, le parc équestre, le Nippon Budokan, le port de plaisance d'Enoshima et le gymnase métropolitain de Tokyo. Ils font partie des sites les plus emblématiques de Tokyo.

Célèbre pour son toit suspendu, par exemple, le gymnase national Yoyogi est devenu une véritable icône architecturale en raison de sa conception distinctive, mêlant architecture japonaise traditionnelle et esthétique moderne occidentale. Cette année, il accueillera les rencontres de handball ainsi que les matchs de rugby et de badminton paralympiques.

Inclusion et intelligence

En dehors du sport, les urbanistes de Tokyo affirment que les Jeux Olympiques contribuent à accélérer la transition de leur ville pour devenir plus inclusive et plus "intelligente". Les Jeux permettent ainsi aux 14 millions d'habitants de Tokyo d'avoir plus d'espaces verts, des modes de vie plus sains, des solutions de transport plus faciles et un meilleur équilibre entre vie privée et travail. Les Jeux aident également la ville à devenir plus durable et mieux adaptée aux défis de demain.

L'un de ces défis sera inévitablement le changement climatique. Outre la réduction des émissions grâce à l'utilisation intensive d'énergies renouvelables, telles que la biomasse, l'hydrogène, les pompes à chaleur et l'énergie solaire, les sites de Tokyo 2020 ont été pensés en tenant compte du facteur chaleur.

Olympic Stadium Toyko 2020 Getty Images/Olympic Stadium

Le nouveau stade olympique de Tokyo permet au vent de traverser les tribunes, par exemple, et de rafraîchir les athlètes et les supporteurs à l'intérieur. En cas d'urgence, ce même stade sera utilisé comme abri, tandis que ses magasins peuvent contenir suffisamment de nourriture et d'eau pour 80 000 personnes. Les autorités municipales créent également davantage d'espaces verts, plantent des arbres et installent des revêtements qui réfléchissent la chaleur.

Olympic Village Tokyo 2020 Getty Images/L village olympique Tokyo 2020

L'un de ces espaces verts sera situé dans le village olympique, lequel devrait accueillir quelque 11 000 athlètes cet été. Une fois les Jeux terminés, il comptera à terme 24 bâtiments, abritant divers résidents, dont des personnes âgées et de jeunes familles. Conçu pour démontrer un style de vie urbain à la fois respectueux de l'environnement et avancé sur le plan technologique, le village olympique disposera de parcs en bord de mer et d'autres espaces verts qui ajouteront à la qualité de vie.

Un élément important de l'héritage des Jeux de Tokyo 2020 sera l'amélioration des installations sportives pour les habitants de la ville. Les sites récemment construits dans la zone de la baie offriront à la communauté locale des possibilités pour pratiquer la natation, le canoë, le tir à l'arc, la voile, le hockey, la course à pied, le tennis, le rugby, l'aviron, et de nombreuses autres activités.

En effet, la ville de Tokyo s'est fixé pour objectif que 70 % de ses habitants pratiquent un sport au moins une fois par semaine. Cet objectif inclut les personnes âgées ainsi que les personnes en situation de handicap. Les préparatifs olympiques prévoient donc la création d'un environnement accessible dans les parcs et les rues de la ville, pour les personnes de tous âges et de toutes capacités.

Actualités liées

Prev
Next
  • Tokyo 2020
    Le président du CIO se réjouit des innovations en matière de diffusion alors que le CIRTV et le CPP sont désormais pleinement opérationnels
  • Tokyo 2020
    Tokyo 2020 : des œuvres créées pour symboliser la reprise illustrent le pouvoir de guérison du sport
  • Tokyo 2020
    Tokyo 2020 : Le rapport de suivi sur la durabilité met l'accent sur la sécurité, l'égalité des genres et le changement climatique
back to top