Qui est Pauletta Foppa, médaillée d’or olympique à 20 ans ?

Elle repart de Tokyo avec la médaille d’or olympique après un tournoi phénoménal. Mais que connaissez-vous de la handballeuse de l’équipe de France Pauletta Foppa ?

Photo de Photo de Baptiste Fernandez/Icon Sport/avec l’accord de la FFH

Pauletta Foppa est championne olympique avec l’équipe de France de handball.

Mais saviez-vous que la pivot n’a que 20 ans ? La benjamine des Bleues aux Jeux Olympiques Tokyo 2020 n’a toutefois pas fait son âge lors du tournoi remporté par son pays.

Elle l’a notamment conclu avec 7 buts sur 7 tirs, soit 100 % de réussite, en finale.

Elle a désormais tout l’avenir devant elle. Voici tout ce que vous devez savoir sur la native d’Amilly, dans le Loiret, championne olympique à 20 ans.

Elle finit meilleure buteuse française à Tokyo 2020

Avec 34 buts au compteur, dont 7 en finale donc, Pauletta Foppa termine meilleure marqueuse de l’équipe de France aux JO disputés en 2021, avec un impressionnant 81 % de réussite.

Elle devance ainsi Grâce Zaadi, 33 buts, et Allison Pineau, 31 réalisations, alors qu’elle ne tire pas les jets de 7 mètres contrairement à ses deux coéquipières !

Elle se place sixième au classement des marqueuses à Tokyo. En finale de l’Euro 2020, perdue 22-20 face au Danemark en décembre dernier, elle avait inscrit cinq buts même si cela n’avait pas suffi à faire gagner les Bleues. Cette fois au Japon, le résultat était différent.

Elle avait déjà connu la gloire à seulement 18 ans

Si Pauletta a perdu une finale des Championnats d’Europe, elle avait déjà connu un titre deux ans plus tôt. En France, en 2018, elle est effectivement devenue la plus jeune joueuse française championne d’Europe à seulement 18 ans.

Au début du tournoi début décembre, elle n’était même pas majeure (elle est née le 22 décembre 2000) et était devenue la plus jeune Française à participer à un tournoi international senior, à l’âge de 17 ans et 359 jours. Elle n’avait marqué « que » 4 buts, dont aucun en finale face à la Russie en 59 secondes de jeu, mais c’était déjà le début de la gloire.

« On la suivait depuis un moment », déclarait le sélectionneur au Télégramme avant cet Euro. « J’ai tenté un coup et je pense l’avoir réussi. Elle progresse à chaque entraînement. On la fait monter en charge, sans la griller. Elle a beaucoup d’adresse, de puissance et une excellente main. »

Des récompenses chez les jeunes

Parce qu’en fait, un an et demi avant ce premier titre en bleu chez les séniors, Pauletta avait tapé dans l’œil avec les U17 françaises. En Slovaquie, à l’occasion des Championnats d’Europe des moins de 17 ans 2017, elle est élue meilleure pivot.

Un an plus tôt, elle a participé aux Championnats des Confédérations méditerranéennes au Monténégro et avait fini meilleure marqueuse en plus d’être élue meilleure joueuse et meilleure pivot. Pas étonnant qu’elle ait rapidement été appelée en équipe A par Krumbholz.

Une finale de Ligue des champions

Si elle brille en sélection, elle n’est pas non plus en reste avec son club. En mai 2021, juste avant de s’envoler pour Tokyo et les Jeux, elle a aidé son club de Brest Bretagne handball à devenir la première équipe française à atteindre la finale de la Ligue des champions.

Si les Brestoises n’ont pas réussi à battre les Norvégiennes de Vipers Kristiansand, Pauletta, elle, a été élue meilleure pivot de la compétition pendant qu’Amandine Leynaud, sa gardienne en équipe de France, a été désignée meilleur dernier rempart avec le Győri ETO KC que Brest a battu en demi-finale aux tirs au but.

« Elle ne doit pas être jugée par rapport à son âge mais par rapport à ses compétences et son état d’esprit », déclarait sur le site handnews.fr Laurent Bezeau, son entraîneur à Brest.

Entourée des meilleures

En club, elle est plutôt bien entourée : elle évolue aux côtés de son autre gardienne nationale Cléopatre Darleux, immense en finale olympique le 8 août, mais aussi avec la Slovène Ana Gros, la meilleure buteuse de la Ligue des champions 2021, et la Monténégrine Durdina Jaukovic. Ou encore la Suédoise Bella Gullden dont elle était fan quand elle était encore plus jeune, ce qui est l’occasion pour Pauletta de raconter une anecdote à propos de la demi-centre.

« Avec le pôle, nous étions en stage en Roumanie pour voir le quotidien d’une joueuse professionnelle », raconte Pauletta sur le site handnews.fr. « On était à Bucarest et j’avais pris une photo avec elle parce que je la trouvais tellement forte, sans savoir que deux ans après j’allais me retrouver dans la même équipe. J’ai retrouvé la photo et on en a rigolé. »

Maintenant, ce sont les plus grandes stars qui pourront dire qu’elles jouent avec Pauletta, championne olympique à 20 ans.

VIVEZ OLYMPIQUE. À 100 %.

Événements sportifs en direct gratuitement. Accès illimité aux séries. Les actualités et les temps forts olympiques en exclusivité