"Mon expérience joue en ma faveur" : le champion du 100 m Luke Davids est convaincu que sa participation aux JOJ lui donne un avantage sur ses concurrents

Le sprinteur sud-africain Luke Davids explique à olympic.org comment le titre convoité du 100 m qu'il a gagné aux Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) à Buenos Aires en 2018 peut l'aider à réaliser ses ambitions pour le futur.

Photo de IOC

Quel bilan peux-tu tirer de ton expérience des JOJ ?

“Buenos Aires, waouh! J'ai du mal à croire que cela fait déjà deux ans. J'ai adoré cette période. Et pas seulement parce que j'ai récolté la médaille, tout ce que j'y ai vécu était formidable. L'année précédente, quand les Jeux de la Jeunesse du Commonwealth ont eu lieu, j'étais tellement focalisé sur la compétition que je ne me suis pas vraiment fait plaisir. Bien sûr, c'était une compétition internationale et on voulait tous gagner, mais ce qu'on veut aussi en général c'est profiter pleinement de l'occasion. Et donc, j'ai vraiment apprécié Buenos Aires ; le pays et les gens étaient fantastiques. Les Jeux aussi et surtout, cela a été une expérience inoubliable.  C'était formidable de gagner mais aussi de rencontrer d'autres sportifs et de créer des liens avec eux.”

Quels sont tes meilleurs souvenirs des JOJ ?

“Jouer au foot dans le village des JOJ et participer aux jeux et activités proposés sur place, sans parler de la nourriture qui était excellente. Mais le top, c'était de lier des contacts avec les athlètes d'autres pays. C'était une expérience géniale, hormis le fait de décrocher l'or. Rencontrer des gens venus des quatre coins du monde et des sportifs pratiquant toutes sortes de disciplines comme le football, le tennis et le golf, c'est vraiment cela que j'ai le plus apprécié.”

IOC

Avec le recul, comment vis-tu le fait d'être le champion olympique des jeunes sur le 100 m?

“Chaque fois que je pense à cela, j'ai du mal à croire que j'étais numéro un. En fait, si j'ai raflé l'or, c'est parce que j'avais vraiment envie de décrocher la médaille. Je voulais gagner mais je ne savais pas que cela allait arriver, et donc j'ai ressenti une immense joie. C'était tout simplement de la joie, un immense bonheur. Je peux à peine le décrire.”

Qu'as-tu ressenti une fois au sommet du podium et au moment de recevoir ta médaille ?

“C'était un honneur de décrocher la médaille d'or sous les couleurs de l'Afrique du Sud et d'avoir le soutien de mon pays tout entier. Je lui ai apporté de la fierté. Et donc pour moi, c'était un moment de gloire et une vraie prouesse parce que je savais que j'allais rentrer chez moi avec un résultat positif pour toutes les personnes qui m’encourageaient. J'ai reçu un immense soutien et revenir avec la médaille d'or en Afrique du Sud, c'était juste magique.”

Qu'est-ce que tu as pu apprendre des JOJ qui te serve dans le futur ?

“J'ai beaucoup appris au niveau mental. Cette compétition m'a aidé à me préparer pour les compétitions à venir. Je sais à quoi m'attendre. Même s'il s'agit des Jeux Olympiques de la Jeunesse, je saurai me débrouiller parce que j'ai déjà participé à une édition des Jeux. Les athlètes sont souvent stressés et ça,  je l'ai constaté dans la chambre d'appel avant la course.  Et donc ce que j'en ai conclu,  c'est qu'il faut apprendre à rester calme dans de telles circonstances, à ne pas se laisser envahir par le stress et à se préparer mentalement.”

Comment les choses ont-t-elles évolué pour toi depuis Buenos Aires ?

“Cette année, en juillet, je devais participer aux Championnats du monde juniors mais cela n'a pas été possible suite à la COVID-19. En revanche, l'année qui a suivi Buenos Aires s'est bien déroulée pour moi. J'ai remporté le titre des moins de 20 ans pour l'Afrique du Sud, ce qui est plutôt bien et ensuite,  il y a eu les  Championnats d'Afrique d'athlétisme des moins de 20 ans où j'ai terminé troisième au 100 m et deuxième au 200 m.  Et donc, j'ai vraiment progressé depuis Buenos Aires; je cours plus vite et avec plus de puissance,  et je travaille sur les points que je dois améliorer.  D'une certaine façon, Buenos Aires n’a été que le début.”

Quelles sont tes ambitions pour le futur ?

“Comme tout athlète, mon rêve et mon ambition pour le futur, c'est bien sûr et avant tout de gagner aux Jeux Olympiques, c'est ma priorité numéro un. Et ensuite, après cela, je vise le titre de champion du monde. Mais la saison prochaine, ce sera ma première année au niveau senior, et donc tout ce que j'aimerais faire, c'est améliorer mon score personnel. C'est ce qui me préoccupe pour le moment.  C'est mon objectif pour la saison à venir et  j'aimerais aussi aller courir en Europe.”

Penses-tu que ton expérience des JOJ va t'aider si tu réussis un jour à participer aux JO ?

“Bien sûr, car c'est comme si j'y étais déjà allé. La seule différence, ce sont les groupes d'âge ; c'est comme ça que je vois les choses. Je pense que le fait d'avoir concouru à Buenos Aires et d'avoir cette expérience joue définitivement en ma faveur car beaucoup de sportifs vont aux Jeux Olympiques pour la première fois et ne savent pas à quoi s'attendre. Moi, j'y suis déjà allé et je sais ce qu'il faut faire. Je pense que mon expérience de Buenos Aires va vraiment m'aider à garder mon calme dans le futur.”

IOC

La prochaine édition des JOJ aura lieu à Dakar au Sénégal en 2026. Quelle importance cet événement a-t-il pour l'Afrique en général ?

“C'est un événement super important. Personnellement, je trouve que l'Afrique n’accueille pas suffisamment de compétitions comme celle-ci et donc c'est génial que ces Jeux aient lieu en Afrique, des milliers de gens à travers le monde viendront visiter l'Afrique et verront à quel point ce continent est fabuleux. Un grand nombre de gens avec lesquels je discute sur les réseaux ont du mal à croire que l'Afrique est cet endroit magnifique que je décris. J'ai parcouru l'Afrique pour différentes compétitions et cela va être super que des gens du monde entier y viennent pour vivre la même expérience.”