L’équipe derrière l’équipe : la styliste Maria Evstigneeva dévoile les coulisses des costumes des grands noms du patinage artistique

Quel est le point commun entre Carolina Kostner, Mikhail Kolyada et Dmitri Aliev ? Ils travaillent tous avec la talentueuse styliste de Saint Pétersbourg Maria Evstigneeva.

Par Marina Dmukhovskaya

Notre série L'équipe derrière l'équipe met en lumière les coulisses du sport de haut niveau et tous ces acteurs de l'ombre qui œuvrent pour la réussite des athlètes aux Jeux Olympiques.

Cette semaine, Olympics.com a rencontré la propriétaire de l'atelier de costume le plus select de Saint Pétersbourg : la styliste Maria Evstigneeva. Dans son studio « That's me », elle a partagé avec nous son processus de création des costumes de patinage artistique. Et une chose est sûre, pour concevoir les costumes des olympiens, il vaut mieux être dans une forme olympique.

Mikhail Kolyada durant les Championnats du monde 2021 à Stockholm, en Suède, avec un costume créé par Maria Evstigneeva.
Photo de 2021 Getty Images

Résilience et et détermination

Depuis toute petite, Evstigneeva savait ce qu’elle voulait faire dans la vie et rien ni personne n’aurait pu l’empêcher de réaliser son rêve. La jeune créatrice pleine d’ambition a postulé pour intégrer la prestigieuse académie Stieglitz de Saint Pétersbourg, option mode. Les quatre refus qu’elle a essuyés n’ont pourtant pas stoppé la détermination d’Evstigneeva qui a finalement été accepté dans l’académie et a connu une carrière fantastique. Pendant plus de dix ans, la styliste a créé les costumes de certains des plus grands patineurs à l’image de Carolina Kostner, Ksenia Stolbova et Fedor Klimov, Mikhail Kolyada, Andrei Lazukin et Dmitri Aliev.

Les clés de son succès reposent sur des qualités identiques à celles nécessaires en patinage artistique : beaucoup de travail et un grand sens créatif. Aujourd’hui, alors que la saison de patinage artistique est en cours, son studio de création envoie les costumes directement sur les sites de compétitions.

Elle avoue que beaucoup de ses costumes sont des créations de dernières minutes comme « très peu de patineurs anticipent leur demande. » Le costume qu’à porté Kolyada lors du Finlandais Trophy début octobre, a été réalisé seulement quelques jours avant la compétition.

Evstigneeva nous a expliqué son processus créatif en prenant pour exemple le costume de Kolyada.

« En général, Mikhail me donne un thème, puis je dessine quelques croquis. Ensuite je lui envoie à lui ainsi qu’à Mishin (son entraîneur) et à son chorégraphe. C’est un travail d’équipe. Après vient la partie de l’ajustement. Il m’arrive de me déplacer directement dans les patinoires mais si les sportifs viennent dans mon atelier, on envoie une photo du costume porté à l’entraîneur. Il y a des détails que l’on voit en photo qui auraient pu ne pas remarquer à l’œil nu. »

Casse-Noisette et poète

Ce qui a fait le succès d’Evstigneeva est sa capacité à écouter les patineurs et à comprendre leur vision de leur futur costume.

« J’ai beaucoup de très bons patineurs parmi mes clients et si je ne suivais que ma propre intuition, les costumes finiraient par tous se ressembler. Chaque sportif arrive avec une idée en tête et des envies spécifiques. Cela m’aide beaucoup. »

Et si vous voulez voir le travail d’Evstigneeva cette saison, voici où regarder.

« Misha [Kolyada] a dévoilé son programme court sur le thème de Casse-noisette pour la première fois en Finlande. Dima Aliev a aussi reçu son costume juste avant cette compétition. Il interprète un poète pendant son programme long. Nous avons beaucoup réfléchi à ce que nous pourrions faire pour ce costume. Nous avions un personnage en tête mais nous n’arrivions pas à la matérialiser. Au final c’est ma collègue Olga qui a fait le costume en une semaine. Dès que nous avons trouvé le bon tissu, la fabrication du costume s’est bien enchaînée. Nous avons réalisé des broderies spécialement pour lui. »

Les clients d’Evstigneeva pensent que ses costumes leur portent chance. L’incroyable costume du personnage de Casse-Noisette dans une veste militaire et le costume du poète sensible ont emmené Kolyada et Aliev sur le podium du Finlandia Trophy. Ils se sont respectivement classés second et troisième.

Éviter les clichés

Chaque costume a son histoire et son lot de challenges. Si par exemple, l’idée est de ressembler à un personnage célèbre, la difficulté est de ne pas tomber dans les clichés et de faire en sorte que ce costume soit à la fois reconnaissable mais aussi original.

« Une année, Dmitri Aliev et Andrey Lazukin ont choisi la même musique pour leur programme et je me suis rendu compte qu’ils voulaient les même costumes. Ils sont tous les deux venus me voir avec la même idée. Mais j’ai trouvé le moyen de ne pas faire des costumes identiques. »

Si certains sports développent de nouvelles technologies innovantes dans le choix des matériaux des équipements comme en natation, en athlétisme ou en ski, le patinage artistique n’a pas beaucoup changé. Ils sont fait en biflex, une matière synthétique souvent utilisée pour faire des vêtements de sport comme les justaucorps des gymnastes.

« Je travaille avec ce tissu depuis un moment maintenant. C’est la matière la plus habituelle dans le monde du patinage artistique. Pour le costume de Mikhail Kolyada sur la musique de "La liste de Schindler", j’ai utilisé une matière différente pour la veste, mais je l’ai quand même associée à du biflex. »

Mais lors de la conception des costumes, il faut bien avoir en tête certains détails, en plus de la liste des exigence de l’ISU (l'Union internationale de patinage).

« Pour les couple, il est crucial que les costumes soient extrêmement bien ajustés. Ce doit être une "seconde peau" pour les femmes, parce que durant les sauts, il y a toujours un risque que le costume ne tienne pas bien en place. »

De plus, les patineurs en couple n’ont aucune décoration autour de la taille pour assurer une meilleure prise. Il y a plus de liberté avec les patineurs solo mais les détails font parfois une grande différence.

Comme pour les défilés de mode, le patinage artistique a ses propres tendances.

« Les hommes portent beaucoup de vestes ou de manteau. Par le passé, les femmes aimaient les jupes courtes mais la tendance s’inverse en ce moment. »

Carolina Kostner : la cliente superstar

Le Studio That’s Me est à l’origine des costumes de Carolina Kostner quand elle était avec Alexei Mishin. Kostner est venue voir Evstigneeva avec une idée que la créatrice avait en tête depuis de nombreuses années. Une idée tout droit inspirée des défilés de mode.

« Elle est venue avec un dessin qu’elle avait fait elle-même et je me suis rendue compte que je l’avais déjà vu sur un podium de défilé. J’aimais déjà ce costume et je sonnais à intégrer ce style dans mes costumes avant que Kostner ne vienne me voir. Les étoiles se sont alignées. »

Cette année, Evstigneeva espère voir des médailles olympiques briller sur les costumes réalisés dans son atelier.

« Ce seront mes troisièmes Jeux Olympiques. À Sotchi 2014, j’ai réalisé les costumes de Ksenia Stolbova et Fedor Klimov. À PyeongChang 2018, ceux de Dmitri Aliev et Mikhail Kolyada. J’espère qu’Aliev et Kolyoda feront de grandes performances à Pékin. »

Comme tous les artistes, Evstigneeva avoue qu’elle passe par des hauts et des bas dans sa vie de tous les jours.

« Les "crises créatives" arrivent quand je suis fatiguée. C’est un peu comme devoir parler de quelque chose alors que vous avez déjà tout dit sur le sujet. Où trouver de nouvelles idées ? C’est parfois déroutant quand on commence à travailler sur un tout nouveau projet, mais dès que les choses avancent, tout devient plus évident et simple. C’est un sentiment incroyable de voir votre travail sur un athlète et d’avoir contribuer à son périple olympique. »

VIVEZ OLYMPIQUE. À 100 %.

Événements sportifs en direct gratuitement. Accès illimité aux séries. Les actualités et les temps forts olympiques en exclusivité
Inscrivez-vous ici Inscrivez-vous ici