Elina Svitolina : « Pour le moment, ma famille et ma fondation sont les priorités »

La tenniswoman ukrainienne Elina Svitolina a mis le tennis entre parenthèses en mars, après le début de la guerre dans son pays. Elle s’est confiée à Olympics.com, une semaine avant d’annoncer être enceinte de son premier enfant avec son mari Gaël Monfils, pour revenir sur sa décision, évoquer le soutien qu’elle reçoit et son futur.

Par Guillaume Depasse
Photo de 2021 Getty Images

Même pour les plus grands athlètes au monde, le sport peut être mis de côté. Plus encore, il doit parfois être mis de côté.

Quoi de plus vrai pour la tenniswoman ukrainienne Elina Svitolina, médaillée de bonze à Tokyo 2020 ?

Avec son mari Gaël Monfils, ils ont récemment annoncé qu’ils attendaient leur premier enfant, une fille dont la naissance est prévue en octobre.

Un heureux événement intervenant dans une vie contrastée pour Svitolina, qui s’est écartée des courts de tennis en mars, environ un mois après le début de la guerre en Ukraine. Il n’était plus possible pour elle de s’investir pleinement dans son sport.

Elle a expliqué son choix, parlé de sa vie actuelle et de ses actions, ainsi que de ses futurs objectifs lors d’une interview exclusive avec Olympics.com.

Rester en contact avec sa famille

Son quotidien qui devenait trop compliqué à gérer depuis le début de la guerre en Ukraine, ainsi qu’une douleur récurrente au dos dont elle n’a jamais pu se débarrasser ont motivé Svitolina à faire une pause dans sa vie d’athlète.

« C’était trop difficile de tout gérer », a déclaré Svitolina lors de la Global Sports Week à Paris. « [C’était] un mélange de plusieurs choses qui pesaient trop sur mes épaules. C’est la raison pour laquelle j’ai pris la décision de me poser et de prendre du temps pour ma famille, avec tout ce qu’il se passe ces derniers jours. »

Ces derniers jours ont été particulièrement stressants pour Svitolina. Odessa, sa ville natale où une partie de sa famille réside encore, est devenue l’une des cibles de la guerre.

Si ses parents ont pu quitter le pays, sa grand-mère est toujours sur place et tente de se protéger des attaques.

« Je parle avec elle autant que je peux. Il y a beaucoup d’explosions, et elle se réfugie dans la cave la plupart du temps. J’espère qu’elle est en sécurité. J’ai gardé un maximum de contact, mais ce n’est pas toujours possible. Je croise les doigts et prie pour que tout se passe bien là-bas. »

LIRE AUSSI - Comment les Ukrainiens symbolisent le pouvoir du sport

Le soutien mutuel

L’ancienne numéro 3 mondiale est concentrée sur sa famille, mais elle n’est pas seule. Elle reçoit beaucoup de soutien, notamment de la communauté du sport.

« Nous essayons d’aider nos familles mutuelles par tous les moyens possibles. Cela nous a vraiment rassemblé. Beaucoup de personnes viennent aux nouvelles et me demandent si j’ai besoin de quoi que ce soit. C’est une grande aide pour les Ukrainiens. Nous espérons qu’une seule chose : la paix pour notre pays. »

Elle peut aussi compter sur le soutien de Gaël Monfils, avec qui elle s’est mariée en juillet dernier. Le numéro 1 français est lui aussi en dehors des courts, en raison d’une blessure au pied.

« Gaël est présent dans toutes les étapes. Il est d’un immense soutien. Il me voit tous les jours, et pas toujours dans les meilleures humeurs. Il y a des hauts et des bas, et je suis vraiment reconnaissante du soutien qu’il m’apporte. Je sais que me voir si triste est aussi difficile pour lui. »

Elina Svitolina : « Je puise ma force dans les Ukrainiens présents sur place »

En avril, Monfils avait déclaré au journal Le Parisien qu’il ne « comprenait pas comment [Elina] avait pu jouer à Indian Wells et Miami », et ajouté qu’il était en « admiration devant sa femme », notamment car il trouve « exceptionnel d'avoir autant d'énergie et de volonté dans des moments comme celui-ci ».

Pour Svitolina, cela va au-delà de l’énergie.

« Je puise ma force dans les Ukrainiens présents sur place. Je ne peux pas imaginer ce qu’ils vivent, et comment cela peut être compliqué mentalement. Je [m’inspire] de ce qu’ils font, de la force et du courage dont ils font preuve. Je prends cela comme une immense source de motivation pour me réveiller chaque jour et faire quelque chose pour les personnes qui en ont besoin, quelque chose qui peut aider. Pour le moment, ma fondation et ma famille sont les priorités. »

Aider est assez naturel pour Svitolina. Déjà en 2019, elle a créé une fondation dont la mission est d’aider à « motiver les enfants grâce au tennis, à apprendre les valeurs du travail et de la discipline ».

Un message qui a encore plus de sens aujourd’hui.

« Nous aidons actuellement les enfants qui jouent au tennis, et le but est de leur permettre de continuer à chasser leurs rêves. Nous leur offrons la possibilité de continuer à s’entraîner en Europe. Ma fondation paye leur logement, leur nourriture et leur entraînement. C’est très important de leur donner une chance de continuer de rêver et de pratiquer le sport qu’ils aiment. »

Remporter une nouvelle médaille pour l’Ukraine à Paris 2024

Pour Svitolina, jouer au tennis n’est pas la priorité du moment, mais cela n’est pas pour autant hors de ses pensées. Dans un peu plus de deux ans, les Jeux se dérouleront à Paris, avec le tournoi de tennis prévu à Roland-Garros. C'est un endroit très spécial pour Svitolina, elle y a atteint les quarts de finale à trois reprises, en 2015, 2017 et 2020.

« Les Jeux à Paris sont presque comme des Jeux à domicile », explique Svitolina.

« C’est quelque chose qui parle directement à mon cœur. »

Son prochain objectif sportif est de remporter une nouvelle médaille olympique à Paris 2024, après avoir décroché le bronze à Tokyo 2020 dans l’épreuve femmes. Elle avait a battu la Tchèque Marketa Vondrousova dans le match pour la médaille de bronze alors qu’elle avait perdu le premier set, et qu’elle avait concédé son jeu de service dans le second.

C’était la première médaille olympique de l’Ukraine en tennis.

« Mon but est de disputer les Jeux à Paris. J’espère que [Gaël et moi] pourrons nous préparer au mieux. J’essaierai d’être à 100 % et de donner le meilleur de moi-même pour, j’espère, remporter une nouvelle médaille pour l’Ukraine en tennis. »

Les JO ? « Voir le drapeau de l'Ukraine donne beaucoup d'énergie »

Toute l’année, les joueurs professionnels de tennis sillonnent la planète pour disputer les tournois sous leur nom. Dans sa carrière, Elina Svitolina a remporté 16 titres, dont le Masters 2018 et quatre WTA 1000.

Mais aux Jeux Olympiques, les athlètes représentent leur pays. La différence est notable.

« À chaque fois que l’on rentre sur le court pendant les Jeux, on a une pression supplémentaire. Mais je la prends comme une motivation, j’adore ce genre de pression », explique Svitolina.

« J’adore ce genre de défis. Voir le drapeau associé à mon nom, le voir se hisser lorsque je gagne... Cela donne de l’énergie. Beaucoup de gens regardent, alors il ne faut pas les décevoir. C’est un grand défi, mais ça me pousse à donner le meilleur de moi-même. »

« L’amour et le soutien que j’ai reçu d’Ukraine ont été incroyables. »

Pour Svitolina, le soutien n’est jamais à sens unique, et elle le prouve chaque jour, de par ses actions pour les Ukrainiens. Tout cela ajouté à ce qu’elle fait pour sa famille, sa priorité.

Et peut-être que dans 26 mois, lorsque les Jeux de Paris 2024 arriveront sur la terre battue de Roland-Garros, le sport sera de retour dans sa liste de priorité.

VIVEZ OLYMPIQUE. À 100 %.

Événements sportifs en direct gratuitement. Accès illimité aux séries. Les actualités et les temps forts olympiques en exclusivité