Les héros de Nanjing

Ils ont collectionné les médailles, dominé leur discipline ou signé des performances de classe mondiale. Ce sont les héros des deuxièmes Jeux Olympiques de la Jeunesse d’été pour qui, tous l’espèrent, Nanjing aura constitué le tremplin idéal vers Rio en 2016 ou Tokyo en 2020.

Six journées de compétition en natation, six médailles d’or : Shen Duo est l’athlète la plus médaillée des JOJ de Nanjing. La talentueuse nageuse de 17 ans a pourtant démarré les compétitions grippée ! En plus de ses quatre participations souvent décisives aux relais chinois (4x100m nage libre et 4 nages dames et mixte), Shen a remporté ses deux courses individuelles : le 100m nage libre (53.84) et le 200m nage libre avec là aussi un chrono de très haut niveau (1.56:12). Elle a été choisie pour s’exprimer à la tribune au nom de tous les athlètes lors de la cérémonie de clôture, afin de promettre en leur nom « de devenir ambassadrice du sport et des valeurs olympiques, et une vraie championne sur et en dehors des terrains de jeu ».

Le Natatorium de Nanjing a également été le théâtre des promesses affichées par le compatriote de Shen, Yu Hexin, lui aussi membre décisif des relais chinois et vainqueur des 50m nage libre et papillon, mais dominé sur 100m nage libre par le Brésilien Matheus Paulo de Santana. Ce dernier est prêt à verser de nouvelles larmes de bonheur, dans deux ans, à domicile lors des Jeux de Rio.

Dans la famille des collectionneurs, les gymnastes britannique Giarnni Regini-Moran et russe Nikita Nagornyy occupent une place de choix. Tous deux auteurs de performances de haut vol sur les agrès, ils ont remporté cinq médailles dont trois en or chacun, se livrant sur les trois journées de finales un match au plus haut niveau pour les meilleures places sur les podiums. Mais c’est à Regini-Moran qu’est revenue l’épreuve reine : le concours général individuel. L’un comme l’autre incarnent la relève de la « gym » artistique dans leurs pays. Chez les dames, la Russe Seda Tuthkalyan, la Brésilienne Flavia Lopes Saraiva et la Chinoise Yan Wang se sont également signalées comme de potentielles stars de demain en collectionnant les médailles.

En rugby, les équipes féminine d’Australie et masculine de France ont inauguré victorieusement la formule à 7 olympique et annoncé leurs prétentions pour ses grands débuts dans la mégapole brésilienne en août 2016.

Des performances de classe mondiale.

En tennis, la Chinoise Xu Shilin, étincelante jusqu’à la médaille d’or en simple dames, est considérée par ses compatriotes comme la « nouvelle Li Na » l’actuelle N°1 chinoise et pionnière des victoires en Grand Chelem. En tennis de table, Fan Zhendong chez les hommes et Liu Gaoyang chez les dames ont démontré leur classe internationale en dominant les simple, puis en s’unissant pour s’imposer par équipes. Leurs compatriotes Yang Hao (hommes) et Wu Shengping (dames) deux titres chacun, ont de leur côté assuré l’école de plongeon chinoise que ses beaux jours étaient appelés à durer.

En golf, la sud-coréenne Lee Soyoung n’a pas fait que gagner la première médaille d’or olympique en 108 ans dans son sport, elle a affiché des qualités qui en feront une sérieuse concurrente à Rio en 2016. Dans le même ordre d’idées, l’Ukrainien Pavlo Korostylov au pistolet et le Chinois Yan Haoran à la carabine ont réalisé des scores proches de la perfection qui les placent d’emblée parmi les meilleurs tireurs au monde. Il en va de exactement de même pour l’archer sud-coréen Lee Woo Seok. En gymnastique rythmique, Irina Annenkova a prouvé qu’elle était en mesure de succéder à Evguenia Kanaïeva, la double championne olympique russe en titre.

En athlétisme, le « hurdler » Jamaicain Jaheel Hyde s’est installé parmi les trois meilleurs performers mondiaux de l’année 2014 en remportant le 110m haies en 12.96. En demi-fond et en steeple, chez les hommes comme chez les dames, les jeunes athlètes kényans et éthiopiens ont démontré leur potentiel pour la prochaine joute olympique.

Ce ne sont finalement que quelques exemples. Les 3.800 athlètes présents à Nanjing ont tous donné le meilleur d’eux-mêmes, et chacun a nourri son rêve de participer aux Jeux Olympiques, dans deux ans à Rio, dans six ans à Tokyo…et bien sûr d’y briller de mille feux. Pour ceux qui y parviendront, on se souviendra alors que Nanjing avait constitué une étape capitale sur le chemin de leur parcours d’excellence sportive.