Affiches officielles de Tokyo 2020 : MORI Chihiro - Derrière les courbes

メイン候補1★190714_S001_0213 Mori Chihiro

En une seule affiche riche en couleur, l'artiste japonaise MORI Chihiro a représenté le vent, la ville et un corps en mouvement.

Les affiches d’art sont devenues un élément incontournable des Jeux Olympiques et Paralympiques.

Dans le cadre de l'héritage culturel et artistique des Jeux, 19 artistes et designers de renommée internationale ont participé à la création des affiches de Tokyo 2020.

L’artiste MORI Chihiro a créé une affiche colorée pour les Jeux Paralympiques, illustrant l’image du vent mêlée à l’énergie de la ville et du corps humain.

Le concept

Comment vous sentiez-vous lorsque vous avez commencé à travailler sur votre affiche ?

Je dessinais déjà des images de sports et des Jeux Olympiques avant que l’on ne m’approche pour réaliser l’affiche d’art. Lorsque j’étais à l’école, je me suis intéressée aux Jeux Olympiques passés et je me souviens avoir rassemblé plusieurs articles de journaux qui parlaient des festivités en Olympie pour un exposé. J’étais également très attirée par les Jeux Olympiques de Tokyo 1964. Même s’ils ont eu lieu avant ma naissance, j’ai réalisé une immense peinture de la cérémonie de clôture. C’est peut-être justement parce que je n’étais pas encore née lors des Jeux de Tokyo 1964 que je me suis intéressée aux photos et aux vidéos de ces Jeux, et à chaque fois que je trouvais quelque chose qui en parlait chez un libraire de seconde main, je l’achetais et je l’ajoutais à ma collection. J’adore l’affiche des Jeux Olympiques de Tokyo 1964, donc j’ai été très surprise et heureuse quand on m’a demandé de créer une affiche pour Tokyo 2020.

Quel est le sens derrière le titre de votre affiche « Beyond the Curve (Five Thousand Rings) » (Derrière les courbes (cinq milles anneaux)) ?

Je me fie généralement à mon instinct pour trouver un titre. Plutôt que de restreindre les sens de l’image avec un titre très didactique, je veux que les gens se sentent libre d’interpréter mon travail. Quand je pense au mot « courbe », je vois des images de courbes présentes dans les villes comme des intersections ou des carrefours de routes à Tokyo mais aussi aux courbes qui forment les virages d’une piste d’athlétisme. J’aime courir, et je me sens particulièrement bien quand je cours sur des courbes. Les courbes représentent aussi les changements de directions que l’on peut prendre dans sa vie. J’ai souvent changé de route et je pense que c’est pareil pour tout le monde. Il est impossible de voir ce qu’il se cache après un virage. Il peut y avoir de l’espoir, ou peut-être rien du tout. Mais il faut aller de l’avant pour le savoir donc cela vous fait courir le long de ces courbes. Je veux que les gens imaginent tout un tas de situations par rapport à cette affiche. C’est pour cela que je l’ai appelée « derrière la courbe (cinq milles anneaux) ».

Le processus créatif

Pouvez-vous nous raconter votre processus de création ?

Pour moi, avoir un thème avant de commencer est assez rare donc je ne savais pas trop ce que je voulais faire. J’étais enceinte de six mois quand on m’a demandé de créer une affiche. Le calendrier était un peu court, mais j’ai pris le temps nécessaire pour faire cette affiche. Ce poster est destiné aux Jeux Paralympiques donc je voulais représenter l’énergie du corps humain dans une forme abstraite. J’étais encore en train de dessiner jusqu’au jour au j’ai accouché. Je travaillais sur l’affiche la veille et j’ai continué jusqu’à tard dans la nuit. Rapidement, l’aube s’est levée et je suis partie à l’hôpital. J’étais vraiment grosse et le bébé était plutôt lourd donc je devais dessiner en me reposant sur mes mains et mes genoux.

Vous avez donné naissance pendant que vous élaboriez l’affiche...

Oui. C’est devenu un souvenir très spécial pour moi. C’était étrange, mais mon bébé semblait se souvenir du travail que j’avais fait sur cette affiche. Lorsqu’il a regardé l’image, il a dit « maman » C’est l’un des mystères des bébés.

Pourquoi avoir choisi la peinture acrylique ?

Plutôt que d’utiliser tout le temps la même peinture, je commence toujours par choisir quels outils et techniques je veux utiliser. Lorsque j’ai trouvé le concept de ce que je voulais peindre, j’ai commencé à déterminer avec quelle méthode je pourrais l’exprimer. Cela m’a menée à réaliser plusieurs essais. Cette affiche appartient à la série des affiches colorées et mates. Je voulais exprimer l’énergie, le vent et l’été, donc j’ai choisi l’acrylique pour son aspect lumineux et son fini coloré.

D’où vient votre créativité ?

J’essaie d’être ouverte aux choses dont je ne sais pas pourquoi je suis attirée (les Japonais utilisent le terme 惹かれる pour exprimer être « charmé » ou « attiré ») et le choses pour lesquelles je suis instinctivement intéressées. Je regarde ces choses avec une approche très positive et je laisse ma créativité me submerger. J’essaie d’être très observatrice pour capter les sensations, les souvenirs ou les erreurs d’appréciation de ce moment. J’ai aussi très envie de communiquer avec pleins de personnes différentes, mais cela semble impossible donc une petite partie de moi a abandonné. Compte tenu de la différence d’âge ou de génération dans le contexte actuel, ce n’est pas facile de trouver le temps ou le bon moment pour rencontrer des personnes. Je ne suis pas très douée en communication ou en socialisation, donc je suis souvent assez mal comprise.

Tout le monde a déjà vécu ce moment où vous voyez quelque chose sur le sol que vous ne connaissez pas, et vous êtes inconsciemment attiré par cet objet. Mais personne n’en parle vraiment. Vous n’arrêtez pas de penser à cette forme de pâtisserie que vous avez vu ou à ce moment que vous avez vu à la TV. Mais ces choses finissent par s’effacer de votre esprit et parfois c’est déchirant. La seule manière que j’ai d’exprimer mes sentiments passe par la création artistique, la présentation de ma production au public. L’art est le seul biais de communication que j’ai trouvé pour remplacer la communication verbale.

La passion pour le sport

Faites-vous du sport ?

J’ai fait du basket et de la natation, mais le basket est le sport que j'ai le plus pratiqué, de 6 à 18 ans. Un jour, le médaillé olympique Matt Biondi (huit médailles d’or au total à Los Angeles 1984, Séoul 1998 et Barcelone 1992) est venu dans notre club de natation. Il a nagé avec chacun d’entre nous. La grosse vague qu’il créait en nageant nous poussait vers l’avant et nous n’avions jamais été aussi rapide à terminer un 25 m. Je me souviens de cette sensation, c’était comme surfer sur une vague. Je me souviens aussi très bien de la puissance que dégageait ce vrai olympien.

Vous aimez le sport et l’art...

Oui, le festival de sport était l’événement que je préférais à l’école. J’aimais beaucoup le sport, autant que j’aimais dessiner. Mais je me suis rendu compte que je n’étais pas assez douée en natation. Peu de très bons sportifs peuvent devenir professionnels. Je n’avais pas assez d’endurance et de talent, c’était comme se prendre un mur. Mais le dessin n’a pas de limite, je pouvais dessiner librement, peu importe ce que je voulais exprimer. C’est pourquoi j’ai choisi de me tourner vers l’art.

Quel sport aimez-vous ?

Pendant les Jeux Olympiques, je regarde généralement la natation, la gymnastique et le patinage artistique. Pour leurs aspects artistiques, j’aime aussi regarder le baseball, le football américain, le hockey, le karaté, le tennis, la gymnastique et le kendo. J’ai aussi regardé la NBA, c'est pour cela que j'ai commencé le basketball. Je n’étais pas très intéressée par les règles ou le jeu en tant que tel, j’aimais regarder les déplacements des joueurs et la beauté des corps en mouvement. J’aimais aussi beaucoup regardé les joueurs marquer les uns après les autres et l’atmosphère dans le public qui est toujours bien. J’aime bien aussi les logos. J’étais une vraie fan de NBA et j’adorais regarder les matchs à la télévision. Il n’y a pas très longtemps, j’ai eu la chance d’aller voir un match de NBA en vrai. J’aime beaucoup les mouvements et les corps des gymnastes et des patineurs artistiques. Les sportifs handisport déploient d’incroyables capacités physiques. C’est très impressionnant de les voir se rentrer dedans dans certains sports.

Rencontre avec l'artiste MORI Chihiro (en japonais)
01:29