Des stars olympiques japonaises portent la flamme à Osaka

Osaka, JAPON - 13 avril 2021 : La première section du relais de la flamme à Suita, dans la préfecture japonaise d'Osaka.
Osaka, JAPON - 13 avril 2021 : La première section du relais de la flamme à Suita, dans la préfecture japonaise d'Osaka.

La double médaillée olympique TERAKAWA Aya et le médaillé d’argent OTA Yuki comptent parmi les porteurs de la flamme les plus célèbres du relais dans la préfecture d’Osaka, qui a lieu au Flower Expo Memorial Park. 

Deux médaillés olympiques sont revenus à leurs racines en portant la flamme à Osaka, où le relais continue sa route vers les Jeux de Tokyo, en 2021. 

La double médaillée olympique TERAKAWA Aya n’a pas quitté son sourire lorsqu’elle courait dans les rues du Expo Memorial Park avec la torche à la main. C’était un moyen de rendre hommage à la communauté, qui l’a beaucoup aidé à récolter les succès de sa carrière olympique. 

La native d’Osaka a rendu sa ville natale fière lorsqu’elle a fait ses débuts olympiques à Athènes 2004, et lorsqu’elle a remporté le bronze lors du 100 m dos et avec le relais 4 x 100 m quatre nages huit ans plus tard, aux Jeux de Londres 2012.

« Je suis née à Osaka, j’ai découvert la natation à Osaka, que j’ai pratiquée en club et à l’université à Osaka, et j’ai pu participer à deux éditions des Jeux Olympiques. »

« Même si j’ai continué à travailler dans le sport, les Jeux Olympiques ont été le sommet [de ma carrière]. Le relais de la flamme olympique passe par ma ville natale d’Osaka, et je voulais y participer, j’ai donc déposé ma candidature. »

Terakawa a pris sa retraite sportive en 2013 et continue de s’impliquer dans le monde du sport avec notamment son rôle de présentatrice sportive au sein d’une chaîne de télévision locale.

TERAKAWA Aya porte la flamme pour sa ville natale
02:54

Two-time Olympic medallist TERAKAWA Aya brought glory to her hometown winning medals in swimming events at both Athens 2004 and London 2012.

Un pionnier de l’escrime

Dans l’après-midi, c’était au tour de OTA Yuki. L’escrimeur olympique, qui a remporté la première médaille olympique du Japon en fleuret individuel à Beijing 2008, a porté la flamme dans le parc d’Osaka.

Avec quatre éditions des JO à son actif (Athènes 2004, Beijing 2008, Londres 2012 et Rio 2016), Ota a participé à la popularité de ce sport au Japon. Lorsqu’il a remporté l’argent à Beijing 2008, seuls 5 000 personnes environ pratiquaient l’escrime.

« J'espère faire de l'escrime un sport populaire au Japon », avait-il déclaré lors d’une interview exclusive avec Tokyo 2020, l’année dernière.

Lorsqu’il a pris sa retraite après Rio 2016, Ota a continué d’inspirer les escrimeurs japonais. 

Aujourd’hui, il est le président de la fédération japonaise d’escrime où il continue sa mission de développement de l’escrime national en amont des Jeux de Tokyo.

« J’ambitionne d’augmenter la popularité de l’escrime et de faire passer le nombre de pratiquants d’un peu moins 6 000 aujourd’hui à 50 000. J’espère aussi que les tireurs japonais rencontreront du succès à Tokyo 2020. Pas seulement en terme de médailles, mais également pour implanter durablement l’escrime dans la société japonaise après les Jeux. »

Ota a également implanté plusieurs mesures pour fournir un soutien et de l’entraînement aux escrimeurs japonais pendant l’état d’urgence, déclaré en raison de la pandémie de COVID-19.

« Tout en avançant dans les réformes [au Japon], j’aimerais créer de l’enthousiasme pour la société japonaise et créer une nouvelle valeur qui dépasse [ces réformes] », a-t-il déclaré pendant le relais.

Ota a également été vice-président de la fédération internationale d’escrime, devenant ainsi le premier Japonais à occuper ce poste à Lausanne, en Suisse.