Le week-end des olympiens : carton plein en aviron, relais féminins d'athlétisme en route pour Tokyo 2020 et Da Costa en or

Glasgow, ÉCOSSE - 05 août 2018 : Hugo Boucheron et Matthieu Androdias après leur victoire en finale du deux de couple masculin lors des Championnats d'Europe d'aviron 2018.
Glasgow, ÉCOSSE - 05 août 2018 : Hugo Boucheron et Matthieu Androdias après leur victoire en finale du deux de couple masculin lors des Championnats d'Europe d'aviron 2018.

Le week-end sportif était chargé, et les athlètes francophones ont brillé. Retour sur les épreuves internationales de disciplines olympiques des derniers jours. Au programme : aviron, athlétisme, trampoline, équitation, karaté et handball.

Aviron : Boucheron/Androdias en or en deux de couple masculin

À deux semaines de la régate de qualification olympique qui se déroulera à Lucerne, en Suisse du 15 au 17 mai, les rameurs français ont frappé fort et gagné en confiance lors de la première étape de Coupe du monde d’aviron à Zagreb (30 avril au 2 mai).

Le clan français a remporté sept médailles dont trois en or, trois en argent et une en bronze.

Le deux de couple masculin, Hugo Boucheron et Matthieu Androdias, sacrés champions d’Europe le 11 avril, ont de nouveau confirmé qu’ils étaient les leaders de la catégorie en remportant la finale en Croatie.

Victoire également pour le quatre sans barreur masculin. Toujours à la quête de la qualification olympique dans cette catégorie, les rameurs Benoît Demey, Benoît Brunet, Thibaut Verhoeven et Dorian Mortelette ont répondu présents en menant leur finale de bout en bout. De bon augure pour la régate suisse.

Laura Tarantola et Claire Bové, les rameuses du deux de couple poids léger féminin sont elles aussi reparties de Croatie avec une belle médaille d’or autour du coup. Avec 15 secondes d’avance sur leurs poursuivantes biélorusses, les Françaises ont été intraitables et se préparent déjà pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2020, comme l’expliquait Claire Bové à la Fédération française d’aviron : « On a réussi à garder un rythme soutenu et on a couru sans pression, à l'envie. On a hâte de la suite. »

Déception en revanche pour le champion olympique en titre du deux de couple poids léger masculin, Pierre Houin, qui a terminé sixième de la finale, à deux secondes de la deuxième embarcation française.

Trois bateaux français sont repartis avec la médaille d’argent. Thibaud et Guillaume Turlan n’ont pas su rattraper les frères croates Sinkovic chez eux, mais ont terminé à la deuxième place de la finale de deux sans barreur. De même que Hélène Lefebvre et Élodie Ravera-Scaramozzino en deux de couple féminin, deuxièmes derrière les Lithuanniennes, et pour le quatre de couple féminin (Violaine Aernoudts, Margaux Bailleul, Marie Jacquet et Emma Lunatti), deuxièmes derrière les Allemandes et devant les Suisses. Un résultat encourageant pour ces quatre femmes qui tenteront de décrocher leur place pour les JO de Tokyo à Lucerne.

Enfin, pour terminer le tour des médailles françaises de cette première étape de Coupe du monde d’aviron, le deux sans barreur féminin composé de Maya Cornut et Emma Cornells est monté sur la troisième marche du podium. Un très beau résultat pour leur première participation en Coupe du monde.

La décla de Matthieu Andriodas, à l'Équipe :

C'est notre première victoire en Coupe du monde !

Ce qui était dur pour nous, c'était de faire deux courses de haut niveau à moins de quatre heures d'intervalle. On a plutôt bien géré.

Les bateaux français qualifiés pour Tokyo 2020 :

  • Deux sans barreur masculin
  • Deux de couple masculin
  • Deux de couple poids léger féminin
  • Deux de couple féminin

Athlétisme : direction Tokyo pour les relais français

Les Françaises ont rempli le contrat ce week-end à Chorzow, en Pologne lors des Championnats du monde de relais. Les deux relais féminin, le 4 x 100 m et le 4 x 400 m étaient à la conquête d’un ticket pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2020. Et c’est chose faite.

Orlann Ombissa-Dzangue, Cynthia Leduc, Maroussia Paré et Sarah Richard Mingas se sont imposées sur leur série du 4 x 100 m en 43 s 51 et se sont qualifiées pour la finale, accompagnée d’un aller simple pour les Jeux de cet été à Tokyo. Malheureusement, les Françaises sont passées à côté de leur finale et n’ont pas franchi la ligne d’arrivée suite à une mauvaise transmission de témoin entre Paré et Richard Mingas. Une finale remportée par les Italiennes en 43 s 79 devant les Polonaises et les Néerlandaises. Mais la mission des Bleues étaient la qualification olympique comme l’expliquait Franck Né, l’entraineur national de relais à l’Équipe : « Le gros objectif et la pression étaient sur la série de samedi. »

Le relais 4 x 400 m féminin composé d’Amandine Brossier, Sokhna Lacoste, Shana Grebo et Floria Gueï s’est emparé de la dernière place qualificative pour la finale, de nouveau synonyme de qualification olympique. Lors de la finale, le quatre de départ a complètement changé pour laisser la place à Sounkamba Sylla, Brigitte Ntiamoah, Kellya Pauline et Kalyl Amaro. Elles ont terminé dernières de la finale en 3 min 40 s 58, plus de douze secondes derrière les premières, les Cubaines en 3 min 28 s 41. La Pologne et la Grande Bretagne ont complété ce podium.

Chez les hommes, les relais 4 x 100 m et 4 x 400 m étaient déjà qualifiés pour Tokyo. Ces relais mondiaux avait donc plus un air de répétition générale avant la grande échéance de l’été 2021. Mamadou Kasse Hann, Loïc Prévot, Nicolas Courbière et Thomas Jordier ont terminé troisième de leur série en 3 min 04 s 78. Ils se sont qualifiés pour la finale du lendemain. Comme pour les relais 4 x 400 m féminin, la composition de départ a été entièrement revue. Victor Coroller, Gilles Biron, Ludovic Ouceni et Muhammad Kounta ont fini à la septième place de la finale, remportée par les Néerlandais en 3 min 03 s 45, suivi des Japonais et des Botswanais.

Les relais 4 x 100 m masculin et 4 x 400 m mixte n’ont en revanche pas pas réussi à tirer leur épingle du jeu lors des séries, et il n’y aura donc pas de Français sur la ligne de départ du relais mixte à Tokyo 2020.

La décla de Florian Rousseau, directeur de la haute performance à la FFA à l'Équipe :

L'objectif c'était d'abord de réussir à ce que nos relais décrochent la qualification olympique.

Les responsables avaient décidé de faire tourner l'équipe pour donner de l'expérience aux plus jeunes avant les JO 2024 et de procéder à une revue d'effectif.

Qualification des athlètes français pour Tokyo 2020 :

  • Marathon : Morhad Amdouni, Hassan Chahdi, Nicolas Navarro et Susan Kipsang Jeptooo
  • 20 km marche : Kevin Campion
  • 50 km marche : Yohann Diniz

Trampoline : doublé historique aux Championnats d’Europe de trampoline

Une Française sur un podium individuel de trampoline aux Championnats d’Europe, cela n’était pas arrivé depuis 1983 et la médaille de bronze de Nadine Conte. Mais cette année, lors des Championnats d’Europe de trampoline qui se déroulaient du 19 avril au 2 mai à Sotchi en Russie, deux françaises sont montées sur le podium. Du jamais vu.

Léa Labrousse, médaillée d’or des Jeux Européen 2019, s’est emparée de la médaille d’argent après avoir mené la finale, jusqu’à ce que la Russe Iana Ebedeva ne lui passe finalement devant au classement. Marine Jurbert est venue prendre la place juste derrière sa compatriote pour remporter la médaille de bronze.

Les deux trampolinistes étaient également présentes lors de la finale de trampoline synchronisé féminin. Elles ont terminé au pied du podium derrière la Russie, la Biélorussie et l’Allemagne.

Mais les deux femmes ont également brillé avec leur coéquipière Marine Prieur en équipe. Privée d’Anaïs Brèche, blessée après un chute lors des qualifications, les trois françaises ont gardé le cap et présenté un programme propre qui leur à permis de monter sur le podium et de repartir avec une médaille de bronze par équipe.

Idem chez les hommes : Florestan Riou, Julian Chartier, Josuah Faroux et Allan Morante sont montés sur la troisième marche du podium.

Après plus d’une année sans compétitions et à l’approche des Jeux Olympiques de Tokyo 2020, la performance des Bleus à Sotchi confirme que la France monte en puissance et devient une nation forte du trampoline.

La décla de Léa Labrousse à l'Équipe :

Après quatre jours compliqués, je suis très heureuse de faire le doublé avec Marine.

C'était très dur de revenir après plus d'un an sans compétition, j'étais bien stressée.

Les qualifiés français en lutte pour Tokyo 2020 :

  • Individuel homme : 1 quota
  • Individuelle femme : 1 quota

Équitation : Thomas Carlile et Astier Nicolas sur le podium du Saumur complet

Ce week-end, les cavaliers français ont participé au concours complet international de Saumur (19 avril au 2 mai), probablement le seul concours noté quatre étoiles auxquels les duos participeront avant la grande échéance de cet été.

Thomas Carlile et sa monture, Birmane, sont montés sur la deuxième marche du podium avec 28,4 points, derrière l’Allemande Julia Krajewski et Amande de B’Neville (24,7 points). Une hiérarchie établie dès l’épreuve de dressage et qui n’a pas changé jusqu’à la fin du concours.

Astier Nicolas, avec Babylon de Gamma, s’est emparé de la troisième place à l’issue de l’épreuve de saut d’obstacles avec un total de 31,5 points.

Outre l’occasion unique de participer à un concours de haut standing après une année très perturbée par la pandémie de COVID-19 et la pandémie de rhinopneumonie équine, l’une des plus virulentes en Europe depuis des décennies, ce classement servira à la fédération française d’équitation dans son choix des couples qui se rendront à Tokyo 2020.

La décla de Thierry Touzaint, sélecteur national, à La Croix :

Certains chevaux français, ceux qui n'ont plus grand chose à prouver, ne sont pas présents à Saumur mais pour les autres, Saumur Complet permet au staff fédéral de juger de leur forme.

Les complétistes français qualifiés à Tokyo 2020

  • Individuel : 3 cavaliers qualifiés
  • Équipe : 1 équipe qualifiée

Karaté : Steven Da Costa, victorieux à Lisbonne

Le karatéka Steven Da Costa a remporté le « Karate 1 - Premier League » ce dimanche à Lisbonne au Portugal en -67 kg.

En finale face au Jordanien Abdel Rhaman Almasatfa, le Français, champion du monde et d'Europe en titre, a assuré l'essentiel en remportant son combat 1 à 0 sur une faute d'inattention à mi-combat. C'est sa troisième victoire en K1, après celle de Paris en janvier 2020 et Dubaï en février 2020.

Trois autres karatékas français ne sont pas repartis les mains vides de Lisbonne. Farouk Abdesselem en -84 kg, s'est imposé dans le match pour la médaille de bronze face à l'Ukrainien Andrii Toroshanko, grâce à un coup de pied au corps dans les dernières secondes du combat. Médaillé de bronze également, Leïla Heurtault a dominé la Japonaise SOMEYA Mayumi 6 à 0. Enfin Alexandra Recchia a aussi remporté son combat pour la troisième place en battant l'Iranienne Sara Bahmanyar 10 à 2.

Le prochain rendez-vous pour les Français sera du 19 au 23 mai à Porec en Croatie pour les Championnats d'Europe.

La décla de Steven Da Costa :

 Je suis forcément content de gagner aujourd’hui à Lisbonne. Par contre la manière n’était pas au rendez-vous.

Ça va me secouer pour la suite de la préparation en vue des championnats d’Europe et des Jeux Olympiques.

Les qualifications des Français en karaté :

  • - 67 kg : Steven Da Costa

Handball : les Bleus terminent les qualifications pour l'Euro 2022 en s'offrant la Grèce

L’équipe de France masculine de handball a terminé ce dimanche 2 mai le dernier match de qualification pour l’Euro 2022 (13 au 30 janvier en Hongrie et Slovaquie). Déjà qualifiée depuis jeudi après le match aller face à la Grèce, le sélectionneur de l’équipe, Guillaume Gille, a misé sur un effectif remanié.

Après un quart d’heure de jeu rondement mené par les leaders des Bleus Valentin Porte, Luc Abalo et Hugo Descat, les nouveaux internationaux français ont fait leur entré sur le terrain. Pour leur première sélection en équipe de France, Kévin Bonnefoi, Rémy Desbonnet, Karl Konan, Aymeric Minne, O’brian Nyateu et Théo Monar ont renversé l’équipe Grecque 46 à 30.

Des nouveaux visages qui ne manqueront pas de faire parler dans les années à venir, à l’image du gardien Rémi Desbonnet auteur de dix arrêts et trois passes décisives ou encore de l'ailier gauche Dylan Nahi butteur par huit fois.

La France termine deuxième de son groupe derrière la Serbie et devant la Grèce.

Mais avant l’Euro, l’équipe de France se réunira de nouveau le 5 juillet pour un dernier match de préparation face à l’Égypte. Elle s’envolera ensuite pour Tokyo et tentera de reconquérir l’or olympique.

La décla de Guillaume Gille, sélectionneur de l'équipe de France masculine à la FFH :

Je suis satisfait, content de cette prestation aboutie.

Désormais, mon rôle, avec le staff, va être de finaliser la feuille de route jusqu’aux Jeux.

Les qualifications des Français en handball :

  • Les équipes de France féminine et masculine de handball sont qualifiées pour Tokyo 2020

Au programme cette semaine :

À un tout petit peu plus de 80 jours des Jeux Olympiques de Tokyo 2020, le rythme des compétitions s'accélère. Cette semaine, ne manquez pas :

  • Judo : le Grand Slam de Kazan (Russie) du 5 au 7 mai avec notamment Guillaume Chaine et Axel Clerget chez les hommes et Shirine Boukli et Romane Dicko chez les femmes
  • Plongeon : Coupe du monde de plongeon à Tokyo (Japon) du 1er au 6 mai avec Matthieu Rosset (plateforme à 10 m individuel), Alexis Jandard (tremplin 3 m individuel), Alais Kalonji (plateforme à 10 m individuelle) et Maissam Naji (plateforme à 10 m individuelle)
  • Taekwondo : Tournoi de qualification olympique à Sofia (Bulgarie) du 7 au 8 mai avec Magda Wiet-Hénin (- 67 kg) et Althéa Laurin (+ 67 kg) chez les femmes et Cyrian Ravet (-58 kg) et Dylan Chellamootoo (- 68 kg) chez les hommes.
  • Voile : Championnats d'Europe de 470 à Vilamoura (Portugal) du 30 avril au 7 mai avec les équipages Mion/Peponnet chez les hommes et Lecointre/Retornaz chez les femmes.
  • Tir : Coupe du monde de plateau à Lonato del Garda (Italie) du 5 au 13 mai avec notamment Mélanie Couzy et Carole Cormenier en fosse olympique et Eric Delaunay, Emmanuel Petit et Lucie Anastassiou en skeet olympique.