Le week-end des olympiens : Buchard championne d'Europe de judo, les triathlètes Beaugrand et Bergère en or 

Glagow, ÉCOSSE - 11 août 2018 :  Dorian Coninx, Léonie Périault, Pierre Le Corre et Cassandre Beaugrand sont sacrés champions d'Europe de relais mixte lors des Championnats d'Europe de triathlon 2018.
Glagow, ÉCOSSE - 11 août 2018 : Dorian Coninx, Léonie Périault, Pierre Le Corre et Cassandre Beaugrand sont sacrés champions d'Europe de relais mixte lors des Championnats d'Europe de triathlon 2018.

Le week-end sportif était chargé, et les athlètes francophones ont brillé. Retour sur les épreuves internationales de disciplines olympiques des derniers jours. Au programme : judo, triathlon, escalade et surf.

Championnats d'Europe de judo : la consécration pour Amandine Buchard

Lors des Championnats d'Europe de judo qui se déroulaient à Lisbonne (16-18 avril), les enjeux étaient différents pour les judokas français. Alors qu'Amandine Buchard, déjà sélectionnée pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 (qui se dérouleront à l'été 2021) dans la catégorie des -52 kg, venait chercher la seule médaille européenne qui lui manquait, Margot Pinot et Marie-Ève Gahié (-70 kg) jouaient leur sélection olympique, tout comme les hommes.

Au final, les Bleus sont repartis de Lisbonne avec huit médailles, une en or, trois en argent et quatre en bronze.

Après avoir remporté l'argent aux Championnats d'Europe de 2014 et le bronze aux Championnats d'Europe de 2019, il ne manquait que l'or pour compléter la collection de médailles continentales d'Amandine Buchard. C'est désormais chose faite. La numéro un mondiale des -52 kg s'est imposée en finale face à l'Italienne Odette Guiffrida, numéro quatre mondiale. Une compétition menée de main de maître avec trois victoires par Ippon en quatre combats. En remportant ces Championnats d'Europe, elle continue sa série de victoires internationales après avoir terminé première du Grand Slam en Hongrie (octobre 2020) et des Masters de Doha (janvier 2021). Prochaine échéance ? Les Jeux Olympiques de Tokyo 2020, où elle visera un tout premier titre olympique.

L'ambiance était un peu plus tendue dans la catégorie -70 kg, la seule catégorie qui n'a pas encore de représentante officielle pour les JO de cet été. La bataille se joue entre Marie-Ève Gahié, numéro un mondiale et Margot Pinot, numéro deux mondiale. La Fédération Française de judo avait déclaré attendre ces Championnats d'Europe pour déterminer laquelle des deux judokates se rendrait à Tokyo. Même si la décision n'est, à l'heure actuelle, pas encore arrêtée, Margot Pinot semble avoir pris l'avantage en remportant la médaille d'argent ce week-end. La championne du monde en titre Marie-Ève Gahié ayant été éliminée dès le premier tour par la Croate Lara Cvjetko, 115e au classement mondial.

Les deux autres médailles d'argent françaises ont été remportées par Luka Mkheidze (-60 kg) et Léa Fontaine (+ 78 kg) qui, à 19 ans seulement, vient de remporter sa première médaille « chez les grands » comme elle l'expliquait à la FFJ.

Sarah-Léonie Cysique (-57 kg), elle aussi déjà sélectionnée pour les JO de Tokyo 2020, s'est emparée du bronze européen. Mélanie Clément (-58 kg) s'est elle aussi offert une belle médaille de bronze tout comme Fanny-Estelle Posvite (-78 kg) et Alexandre Iddir (-100 kg).

La sélection de l'équipe de France masculine pour les JO de Tokyo devrait être dévoilée dans les prochains jours, tout comme la judokate qui représentera la France chez les -70 kg.

La décla d'Amandine Buchard après son combat :

Ça fait du bien, je n'avais pas ce titre là et je me dis que mon travail paye.

Je vais continuer de travailler jusqu'au Jeux pour aller chercher le titre olympique.

Les judokas qualifiés pour Tokyo 2020 :

  • Shirine Boukli (-48 kg)
  • Amandine Buchard (-52 kg)
  • Sarah-Léonie Cysique (-57 kg)
  • Claraisse Agbégnénou (-63 kg)
  • Madeleine Malonga (-78 kg)
  • Romane Dicko (+78 kg)

Triathlon : Léo Bergère et Cassandre Beaugrand en or

La manche de Coupe d'Europe de triathlon sprint (750 m de natation, 18,8 km de vélo, 5 km de course à pied), qui s'est déroulée le 18 avril à Melilla en Espagne, n'avait pas d'enjeux particuliers sinon celui de jauger son état de forme dans la dernière ligne droite vers les Jeux Olympiques de Tokyo 2020.

Et la forme était au rendez-vous pour les Français. Léo Bergère, double champion du monde en relais mixte (2019 et 2020) et médaillé de bronze des Championnats du monde 2020 sur courte distance, a remporté cette première compétition de l'année en 49 min 06 s. Seulement dix secondes derrière lui, son compatriote Dorian Coninx, avec qui il a été au coude à coude toute la course, s'est emparé de la deuxième place. L'Israélien Sagiv Shachar complète se podium homme en 49 min 17 s.

Chez les femmes, la Française Cassandre Beaugrand a terminé première en 57 min 07 s devant l'Italienne Angelica Olmo (57 min 25 s). Léonie Périault a quant à elle remporté la médaille de bronze en 57 min 27 s.

La WTS de Yokohama au Japon (15 mai) représentera la prochaine grosse étape du calendrier.

La décla de Léo Bergère à L'Équipe :

C'était pas mal de reprendre la compétition après une longue période sans mettre de dossard.

Le travail de cet hiver porte bien ses fruits. C'est dans la lignée de ces derniers mois.

Qualification des Français pour Tokyo 2020 :

  • Les triathlètes qualifiés pour Tokyo 2020 seront déterminés en fonction du classement mondial au 14 juin 2021.

Escalade : Bertone remporte l'argent, les qualifiés pour Tokyo 2020 en difficulté

Pour l'escalade également, ce week-end sonnait comme un grand retour à la compétition avec la première étape de Coupe du monde de bloc, qui se tenait à Meiringen en Suisse du 15 au 17 avril. Dix français étaient en lice, dont les qualifiés français pour Tokyo 2020, Julia Chanourdie qui a terminé 18e de cette étape de Coupe de monde de bloc et Mickaël Mawem, qui a fini à la 35e place de la compétition masculine, remportée par le Tchèque Adam Ondra.

Mais la grande surprise a été signée par la jeune française Oriane Bertone, qui a remporté la médaille d'argent.

À 16 ans, la jeune grimpeuse originaire de Nice n'a pas laissé indifférent pour sa première participation à une Coupe du monde sénior. Après un premier bloc compliqué, que seule la sextuple championne du monde slovène Janja Garnbret a terminé, Bertone a validé la zone mais elle a semblé tendue. Ce n'est que sur le deuxième bloc qu'elle a fait parlé son talent et sa maîtrise.

Le départ de ce deuxième bloc consistait en une succession de mouvements dynamiques qui nécessitait beaucoup de force et de coordination. Après quelques tentatives, elle a tenté un autre chemin concluant pour rejoindre Garnbret avec deux voies complètes, aussi appelée « top », ainsi que l'Américaine Natalia Grossman (une voie complète et une demi-voie, aussi appelée « zone »), en haut du classement provisoire.

Au troisième bloc et à 45 secondes de la fin du temps réglementaire (quatre minutes par bloc), elle a entamé une ultime tentative et validé la zone avant de se retrouver face à la fin de la voie qu'elle ne connaissait pas encore. Mais elle a su sauter sur la dernière prise, à une petite seconde de la fin du chronomètre, pour valider sa deuxième voie complète.

Quant à la dernière voie, Bertone s'est retrouvée dos au mur, Grossman ayant réussi à atteindre le sommet. La Française devait atteindre la zone pour assurer sa place sur le podium, ce qu'elle est parvenue à faire. Elle a ensuite décidé de mettre fin à son concours afin de ne pas accumuler trop de tentatives, et cela lui a permis de remporter la médaille d'argent, à égalité avec Grossman mais moins de tentatives que sa concurrente. Janja Garnbret a remporté l'or en ayant été la seule à avoir validé toutes les voies.

Si Bertone ne fait pas partie des Français qui se rendront aux JO de Tokyo 2020 pour représenter la France lors de la première apparition de l'escalade au programme olympique, elle a trois ans pour se préparer pour les Jeux de Paris 2024.

La décla de Laurent Laguarrigue, entraineur national, à la FFME :

La performance d'Oriane est tout à fait remarquable et notamment sur sa constance lors des trois tours de compétitions.

Elle a su trouver les ressources pour exprimer son meilleur potentiel dans la variété des style et face à la densité de ses concurrentes.

Les qualifiés français en escalade pour Tokyo 2020 :

  • Bassa Mawem
  • Mickaël Mawem
  • Julia Charnourdie
  • Anouck Jaubert

Surf : Johanne Defay en route vers les quarts de finale

Après l'élimination en 16e de finale des Français Michel Bourez et Jérémy Flores, la surfeuse Johanne Defay, huitième au classement mondial, était donc la dernière française en compétition lors de cette troisième manche du circuit professionnel de surf à Narrabeen en Australie.

Face à l'actuelle numéro deux mondiale Australienne Tyler Wright, Johanne Defay a dû faire preuve de patience. Les deux premières vagues étaient en faveur de sa concurrente, qui a récolté les notes de 6,67 et 6,30 alors que la Réunionnaise a dû se contenter de 5,83 et 4,77. Il a fallu attendre la dernière vague de Defay et un très joli 8 qui l'a fait passer devant l'Australienne (13,83 à 12,97).

En quarts de finale, la Française se retrouvera contre l'Américaine Caroline Marks, cinquième au classement mondial.

La décla de Johanne Defay à l'Équipe :

C'est fou la pression que j'ai ressentie dans cette série. À plusieurs reprises, elle (Tyler) a pris la première vague alors que la deuxième était meilleure.

À la fin, j'ai pu bien performer. Je suis tellement contente.

Les sportifs français qualifiés en surf à Tokyo 2020

  • Johanne Defay
  • Jérémy Florès
  • Michel Bourez