VNL : six victoires en sept matchs pour les Bleus, dont le Brésil et la Russie

Les Français après leur victoire contre le Brésil, champion olympique en titre, en Volleyball Nations League 2021.
Les Français après leur victoire contre le Brésil, champion olympique en titre, en Volleyball Nations League 2021.

Après deux semaines et sept matchs en Volleyball Nations League, l’équipe de France masculine compte six victoires, dont une splendide en trois sets secs face au Brésil, champion olympique en titre. Les Bleus pointent à la première place du classement général. Voici l’état des lieux de la compétition qui permet de préparer au mieux les Jeux Olympiques de Tokyo 2020, en 2021.

Pour préparer les Jeux Olympiques de Tokyo 2020, en 2021, pourquoi ne pas décrocher un titre mondial ? L’équipe de France masculine de volleyball est en tout cas bien partie dans la Volleyball Nations League de la FIVB, un championnat qui oppose les meilleures nations au monde et qui prendra fin le 27 juin.

Après six rencontres, disputées par salves de trois matchs en trois jours, les Bleus comptent cinq victoires. Seule ombre au tableau pour l’instant : un revers face à la Serbie alors qu’ils menaient deux sets à zéro.

Une première semaine satisfaisante

Les hommes de Laurent Tillie ont commencé par affronter la Bulgarie, non qualifiée pour les JO et challenger dans cette VNL (voir plus bas). S’ils se sont imposés sur le score de trois sets à zéro, ils ont tout de même dû faire face à quatre balles de set lors de la première manche. Les cadres Earvin Ngapeth et Jenia Grebennikov, pas encore entièrement remis de leur blessure, ont assisté au match depuis les gradins tandis que le libéro Benjamin Diez, 23 ans, honorait sa première sélection.

La réaction du néo-international sur le site de la FF Volley : « Pour ma première sélection, franchement, je me suis bien senti. Collectivement, c’est super de commencer par une victoire, surtout une victoire 3-0, comme ça on ne dépense pas trop d’énergie. C’était un premier match, c’était important de le gagner, même sans hyper bien jouer. »

Le lendemain, contre l’Allemagne, l’affaire n’a pas été aussi rondement menée et les services ont été décisifs. Notamment dans le troisième set, marqué par de nombreux services manqués, mais rattrapé par les trois aces consécutifs de Trévor Clevenot en plein tie-break. Le réceptionneur-attaquant du Pallavolo Piacenza a terminé meilleur marqueur du match avec 21 points, contre 20 pour Stephen Boyer.

Pour conclure la première semaine de compétition, les Bleus ont enchaîné par une troisième victoire, 3-1 face à l’Australie, qui a vu le retour de Ngapeth et la première sélection du Nantais Léo Meyer et de Moussé Gueye, alors que Kevin Tillie, auteur de 16 points, a été élu MVP.

Le bilan de Loïc Le Marrec, entraîneur adjoint, après la première semaine : « On est encore dans une phase de travail. On a encore plein de choses à modifier, à affiner, que ce soit techniquement, tactiquement mais aussi physiquement, tout en voulant gagner. La compétition est longue, il y a encore beaucoup de matchs. On a 18 joueurs, il faut que chacun apporte sa pierre. »

Le Brésil tombe, la Serbie trop forte

La deuxième semaine allait s’avérer très relevée, avec des rencontres face au Brésil, triple champion olympique, à la Serbie, championne d’Europe 2019, du monde 2018 et médaillée d’argent à Rio 2016, et au Japon.

Les Bleus, qui profitaient du retour de contracture de Grebennikov, ont envoyé un message fort en battant les Brésiliens en trois sets. Le premier a été le plus disputé : un succès 39-37 après avoir sauvé sept balles de set ! Et c’est sur la huitième balle de set française que les Bleus l’ont emporté, avec 10 points marqués par le seul Jean Patry, qui a terminé meilleur marqueur avec 20 points.

Ils ont ensuite dû batailler pour remporter les deux sets suivants face aux champions olympiques, menés par le capitaine Bruno Rezende, le fils de Bernardinho (double champion olympique en tant qu'entraîneur de la sélection masculine brésilienne, à Athènes 2004 et Rio 2016), qui reprendra les rênes de l’équipe de France après les JO.

À noter que sur le banc brésilien, c'est Carlos Schwanke, le sélectionneur adjoint, qui dirigeait ses troupes en l'absence de Renan Dal Zotto, longtemps hospitalisé pour cause de COVID-19.

Au moment d’affronter la Serbie, la France était donc la seule équipe encore invaincue dans cette VNL, l'équipe menée par le réceptionneur-attaquant Kovacevic Uros s'étant incliné face à la Pologne. Tout avait commencé pour le mieux pour les hommes de Tillie avec une avance de deux sets à zéro, mais la fatigue s’est installée et les Français ont manqué d’énergie pour conclure. Les Serbes, plus affûtés, en ont profité pour égaliser et enlever le tie-break après avoir pris cinq points d’avance d’entrée.

Arnaud Josserand, entraîneur adjoint de la France, après la défaite : « Les Serbes sont montés en puissance au fur et à mesure, ils ont joué de mieux en mieux alors que nous, on a été un peu moins percutants, plus émoussés. On est en phase de préparation, on va continuer à bosser. »

Pour leur sixième match de la VNL, les Bleus affrontaient une équipe du Japon vainqueur du Comité olympique de Russie en première semaine. Et ils ont dû passer à nouveau par le tie-break qu’ils ont cette fois bien abordé en prenant rapidement l’avantage.

« Le bilan après six matchs est satisfaisant, sachant qu’on n’a pas eu une grosse préparation pour la VNL et qu’il y a eu beaucoup de turn-over », a déclaré le central français Daryl Bultor, soulignant la volonté de Laurent Tillie de faire tourner son effectif pour préparer au mieux les Jeux.

Les Bleus ont ensuite poursuivi sur une victoire de rang face à la Russie, double championne en titre de la Volleyball Nations League, mercredi 9 juin. Une équipe plutôt familière pour Earvin Ngapeth, qui a évolué au Zenit Kazan pendant trois saisons...

Coïncidence ou non, c'est bien lui qui a fait la différence, alors que la France avait concédé le premier set (22-25), avec 18 points inscrits. Le réceptionneur-attaquant français a terminé meilleur marqueur pour hisser son équipe à la première place du classement général.

« On a tous fait un bon match », a déclaré Ngapeth. « Contre les Russes, on sait que quand on défend beaucoup de ballons, comme on l’a fait aujourd’hui, ça devient plus compliqué pour eux. En plus, on a super bien servi, on a fait plus d’aces qu’eux, on a plus défendu qu’eux, on a bloqué plus qu’eux, c’est super, on est vraiment contents. »

La prochaine échéance ? Face à la Slovénie, jeudi 10 juin à 13h.

Les résultats de la France en VNL 2021

Semaine 1

  • Bulgarie, victoire 3-0 (27-25, 25-21, 25-23)
  • Allemagne, victoire 3-2 (22-25, 25-22, 22-25, 25-16, 17-15)
  • Australie, victoire 3-1 (28-26, 20-25, 25-14, 25-23)

Semaine 2

  • Brésil, victoire 3-0 (39-37, 25-18, 30-28)
  • Serbie, défaite 3-2 (25-22, 26-24, 22-25, 23-25, 9-15)
  • Japon, victoire 3-2 (21-25, 25-22, 24-26, 25-21, 15-11)

Semaine 3

  • Russie, victoire 3-1 (22-25, 25-18, 30-28, 25-19)

Le programme des Bleus en VNL 2021

Semaine 3 (10-11 juin)

  • Slovénie
  • Canada

Semaine 4 (15-16-17 juin)

  • Pays-Bas
  • États-Unis
  • Italie

Semaine 5 (21-22-23 juin)

  • RI Iran
  • Argentine
  • Pologne

Demi-finales : 26 juin

Finale : 27 juin

Le format de la VNL

En raison des restrictions liées au COVID-19, toutes les équipes participantes forment une bulle sanitaire pour cette compétition. Aussi, les changements de côté sont supprimés pour cette édition, tout comme les juges de ligne qui sont remplacés par la vidéo.

Lors du tour préliminaire, toutes les équipes sont opposées les unes aux autres. Chaque pays va ainsi disputer 15 rencontres avec un rythme de trois jours de compétition suivis de trois jours de repos. Les quatre équipes terminant aux quatre premières places se retrouveront pour les demi-finales.

Les vainqueurs s’affronteront ensuite en finale pour le titre alors que les demi-finalistes déchus disputeront la petite finale pour décider de la troisième place.

Les 12 équipes de base sont sûres de disputer chaque édition de la VNL. En revanche, parmi les quatre équipes « challengers », celle qui termine dernière de la VNL est reléguée. Le Portugal, relégué en 2019, a donc cédé sa place à la Slovénie, vainqueur de la Challenger Cup 2019, le tournoi qualificatif pour la VNL.

Où regarder la VNL

Les rencontres de la Volleyball Nations League sont retransmises en direct sur le site officiel de la compétition . En France, la chaîne L’Équipe diffuse certaines rencontres des Bleus.