Sophie McKinna : lanceuse du poids et agent de garde à vue

La Britannique Sophie McKinna lors du lancer du poids féminin aux Championnats d'Europe d'athlétisme en salle de 2019 à Glasgow, en Écosse.
La Britannique Sophie McKinna lors du lancer du poids féminin aux Championnats d'Europe d'athlétisme en salle de 2019 à Glasgow, en Écosse.

Dans le sillage de la Journée Internationale des femmes (8 mars) et tout au long du mois de mars consacré à l’égalité des sexes, Tokyo 2020 met en valeur des femmes qui ont pour ambition de briller lors des Jeux et jouent un rôle pour la défense des droits des femmes. Aujourd'hui, nous vous présentons la star britannique du lancer du poids Sophie McKinna, qui travaille comme agent de garde à vue en parallèle de son entraînement pour les Jeux Olympiques.

Fiche d’identité :

  • Name : Sophie McKinna
  • Âge : 26 ans
  • Nationalité : Angleterre
  • Sport : Athlétisme (lancer du poids)

Sa vie d'athlète

Lors des Championnats du monde d'athlétisme de 2019 à Doha, Sophie McKinna a réalisé ce qu'aucune autre femme britannique n'avait fait en 36 ans. Atteindre la finale du lancer du poids.

Cette performance n'était pas seulement historique, elle la mettait également à portée des Jeux Olympiques de Tokyo 2020. Son lancer au tour de qualification à 18,61 m représentait son record personnel, mais il était au dessus des minima olympiques.

L'athlète originaire de Norfolk, dans l'est de l'Angleterre, a connu une brillante carrière en junior, avec notamment des médailles d'argent aux Championnats du monde junior de 2011 et aux Championnats d'Europe junior de 2013.

Elle est également deux fois championne de Grande-Bretagne en plein air, ayant remporté ce titre en 2019 et 2020.

Après les Championnats du monde, une épreuve dans laquelle elle a finalement terminé à la 11e place, McKinna a noté que certains changements seraient nécessaires pour cette année olympique.

Comme elle l'a expliqué à l'époque à Athletics Weekly : « Maintenant que j'ai obtenu la qualification pour les Jeux Olympiques, nous devons être plus frugaux car cela doit être notre objectif principal. Tout doit être centré autour de cela. »

Et si cette frugalité n'était pas destinée à empiéter sur sa vie professionnelle (McKinna a d'abord refusé la somme de 15 000 £ de de la part de l'équipe de Grande-Bretagne, qui lui aurait permis de s'entraîner à plein temps pour Tokyo 2020), elle a depuis changé d'avis et quitté son emploi temporairement jusqu'à la fin des Jeux Olympiques.

Car jusqu'en mars de cette année, McKinna n'était pas seulement l'une des athlètes les plus titrées de Grande-Bretagne : elle travaillait aussi à plein temps comme agent de garde à vue.

Sa vie professionnelle

« On est comme les videurs d'une boite. Si [les interpellés] s'agitent, nous devons gérer. C'est un travail intéressant », a déclaré McKinna à CNN Sport en décrivant son travail quotidien.

« Ça fait monter la pression quand vous avez quelqu’un de difficile »

Jusqu'au confinement en mars, McKinna s'occupait des détenus au Centre des enquêtes de la police de Norfolk. Comme elle l'a déclaré sur ITV en février de cette année : « Je m'occupe essentiellement des détenus qui arrivent pendant que leurs dossiers sont examinés, donc oui, mon travail consiste principalement à m'assurer qu'ils vont bien. »

Avec ce de travail déjà intense, elle a également dû s'adapter à un régime d'entraînement à raison de deux sessions par jour, six jours par semaine, qui comprenait des séances de lancer, des exercices de pliométrie, de l'haltérophilie, du vélo et de la course.

Pour quelqu'un qui mène une vie aussi trépidante, McKinna a également trouvé le temps de faire autre chose : proposer des séances d'entraînement deux fois par semaine aux jeunes athlètes.

« J'aide aussi à entraîner un petit groupe le lundi avant ma séance de lancer », a-t-elle déclaré à Athletics Weekly. « Parfois, ils restent pour me regarder lancer quand ils ont fini. J'adore, et je suis très heureuse quand ils battent leurs records personnels. »

Au départ, McKinna avait prévu de continuer à travailler dans la police pendant les mois précédant les Jeux Olympiques de Tokyo 2020, mais la pandémie de COVID-19 l'a amenée à reconsidérer ses plans.

« C'est un risque qui ne vaut pas la peine d'être pris », a-t-elle déclaré à l'Eastern Daily Press. « J'ai décidé d'arrêter de travailler parce que je devais donner la priorité aux Jeux Olympiques, alors je n'ai plus exercé aucune de ces deux activités depuis mars. »

Grâce au soutien financier qu'elle reçoit de l'équipe de Grande-Bretagne, McKinna peut se concentrer à 100 % sur ses rêves sportifs en attendant les Jeux de l'année prochaine. Et elle est impatiente de s'imprégner de l'expérience Tokyo 2020, même si elle devra changer un petit quelque chose pour son séjour au Japon...

« J'aime découvrir les différentes cultures, je suis donc impatiente de voir ce que c'est, même si ma principale raison d'y aller reste les Jeux Olympiques. En ce qui concerne la nourriture, les sushis ne sont pas quelque chose que j'aime beaucoup, mais je vais tout essayer ! »