Mélanie de Jesus dos Santos arrive aux JO de Tokyo avec un nouvel état d’esprit

Suttgart, ALLEMAGNE - 10 octobre 2019 :  Mélanie De Jesus Dos Santos lors des Championnats du monde de gymnastique artistique 2019.
Suttgart, ALLEMAGNE - 10 octobre 2019 : Mélanie De Jesus Dos Santos lors des Championnats du monde de gymnastique artistique 2019.

La championne d’Europe en titre du concours général se rend à Bâle avec un nouvel objectif : « Je ne joue pas ma vie ici. Je me prépare pour les Jeux Olympiques. »

Lorsque la pandémie de COVID-19 a frappé, la gymnaste française Mélanie de Jesus dos Santos et ses coéquipières se sont isolées loin de la capitale. Elles se sont entraînées ensemble, du mieux qu’elles le pouvaient, sans les équipements et engins normalement nécessaires pour des sportifs de haut niveau.

C’était un moment difficile mais cela a permis à de Jesus dos Santos d’avoir de nouvelles perspectives, a-t-elle expliqué.

« Je pense que cette année de préparation m’a permis d’avoir des objectifs plus clairs en tête et m’a fait évoluer », expliquait-elle dans une interview exclusive avec Olympic Channel.

« J’ai gagné en maturité et je sais exactement ce que je dois faire maintenant, pas comme l’année dernière où je voulais aller aux Jeux, mais je ne savais pas encore vraiment ce que je voulais. Aujourd’hui, je sais que j’y vais pour monter sur le podium. »

Ce projet commence dès mercredi 21 avril à l'occasion des Championnats d’Europe de gymnastiques artistique à Bâle en Suisse, où de Jesus dos Santos ne défendra pas son titre de 2019 remporté en concours général.

« Oui, j’ai été championne d’Europe du concours général, mais cette fois-ci, ma préparation est différente de ce que je faisais avant. J’empreinte un nouveau chemin », a déclaré la gymnaste, qui a confirmé son intention de ne se présenter que sur les barres asymétriques.

« Je ne défendrais pas mon titre, je me prépare pour les Jeux Olympiques. Ce titre [ en concours général], je l’ai maintenant. Si quelqu’un d’autre le prend, il en sera ainsi. »

Une occasion de tester la concurrence

Ces Championnats représenteront sa première compétition depuis les Championnats du monde en octobre 2019, bien que l’équipe de France ait organisée de nombreuses compétitions en interne pour préparer ses gymnastes en vue des Jeux Olympiques.

La gymnaste de 21 ans est donc impatiente de se tester.

« J’ai un peu perdu la main », a-t-elle admis. « Je ne sais pas comment je vais réagir dans un environnement de compétition, cela fait tellement longtemps, mais j’ai de l’expérience donc je sais comment m’en sortir. »

« Néanmoins, cela fait vraiment longtemps donc je ne vais peut être pas réagir de la même manière », a-t-elle poursuivi. « J’attends ces Championnats d’Europe pour trouver ma place et voir comment je m’adapte et réagis en compétition. »

Tokyo 2020, puis Paris 2024

Mélanie de Jesus dos Santos est désormais habituée aux longues périodes d’attente.

Elle n'est pas allée aux JO de Rio 2016 à cause d’une blessure, puis les Jeux de Tokyo ont été reportés. Toutes ces choses rendront les Jeux de cet été à Tokyo encore plus appréciables, comme elle le dit.

« Ces Jeux, je les veux encore plus car j’ai manqué Rio 2016. Puis il y a eu le report de Tokyo d’un an, c’est un objectif que j’ai beaucoup anticipé avec impatience, un objectif qui semble s’éloigner de moi à chaque fois, mais je sais qu’à la fin, les Jeux seront là et qu’ils arrivent vite. Je suis impatiente d’y être », a confié de Jesus dos Santos.

Il est difficile de rester concentré sur un objectif dont on rêve depuis tant d’années, mais de Jesus dos Santos a, bien évidemment, pensé à Paris 2024, qui se tiendront à Paris. Y sera-t-elle dans trois ans ? Seul le temps nous le dira.

« Je pense aux Jeux de Paris 2024, mais je suis concentrée sur Tokyo 2020 », a-t-elle déclaré. « Je pense aussi que je vais prendre une pause après les Jeux Olympiques de cette année. Après cela, si je me sens capable et prête à revenir pour Paris 2024… C’est une chance de les avoir à Paris et je pense que les Jeux seront magnifiques là-bas. Alors pourquoi ne pas y retourner ? »