Les frères Lavillenie : un record à Tokyo 2020 ?

Prague, RÉPUBLIQUE TCHÈQUE - 07 mars 2015 : Renaud et Valentin Lavillenie durant la finale de saut à la perche des Championnats d'Europe en salle 2015.
Prague, RÉPUBLIQUE TCHÈQUE - 07 mars 2015 : Renaud et Valentin Lavillenie durant la finale de saut à la perche des Championnats d'Europe en salle 2015.

Pour certains sportifs, les Jeux Olympiques sont une affaire de famille. Qu’ils soient frères et sœurs, cousins et cousines ou même en couple, tous sont à la poursuite du même rêve. Dans ce nouvel épisode de notre série dédiée aux familles olympiques, découvrez Renaud et Valentin Lavillenie, les frères français qui rêvent de médailles olympiques en saut à la perche.

Fiche d’identité :

  • Noms : Lavillenie Renaud et Valentin
  • Lien de parenté : frères
  • Originaire de : France
  • Sport : athlétisme (saut à la perche)

Dans la famille Lavillenie, il y a le grand frère Renaud, 34 ans, ancien recordman du monde de saut à la perche et médaillé d’or olympique. Il y a aussi le cadet Valentin, 29 ans, vice-champion d’Europe de saut à la perche en salle. Tous deux sont qualifiés pour les prochains Jeux Olympiques.

Les frères Lavillenie ont commencé le saut à la perche très jeunes, entrainés par leur papa Gilles, lui-même ancien perchiste amateur. Dans leur club de Cognac Athlétique, ils prennent tous les deux goût à la discipline de haut vol, jusqu’à s’investir pleinement dans leur passion.

Quelques années plus tard, la famille Lavillenie commence à écrire l’histoire de la perche mondiale. Renaud monte en puissance et décroche l’or olympique à Londres 2012, avec une barre à 5,97 m, le record olympique à cette époque. Il marquera encore plus l’histoire en 2014 en s’emparant du record du monde en franchissant la barre des 6,16 m sous les yeux de l’ancien détenteur du record mondial, la légende ukrainienne Sergueï Bubka.

En 2016, les deux frères réalisent les minima pour Rio mais seul Renaud se rendra sur le sautoir olympique. Une compétition amère où il décroche la médaille d’argent sous les sifflets du public brésilien et sous le regard de son frère impuissant. « Renaud a été touché par les sifflets, c’est dommage de voir cela dans un stade d’athlétisme », expliquait-il au micro de l’Équipe.

Cette histoire derrière eux, les Clermontois se sont alors remobilisés pour Tokyo 2020.

Mais en 2018, Valentin se brise le talon en retombant sur une dalle de béton lors des interclubs. Un énorme coup dur pour l’athlète qui se fait poser 10 vis dans le pied.

Avec le soutien de son frère, et l’envie de réussir à deux, Valentin revient au plus haut niveau et ils regardent désormais tous vers les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 avec envie et détermination.

Avec leurs propres mots

Renaud sur Valentin

Lors d'une interview avec France 3

J’ai envie que Valentin puisse écrire son histoire et mettre la barre le plus haut possible sans subir la comparaison.

Valentin sur Renaud

Lors d'une interview avec MonacoInfo

Faire des meeting avec lui, cela rapporte encore plus de magie.

Les Jeux à deux

Cette année à Tokyo 2020, les deux frangins pourraient bien être ensemble au concours de saut à la perche olympique.

Pour prétendre à la sélection olympique, il fallait valider les minima, fixés à 5,80 m cette année, soit 10 centimètres de plus que ceux de Rio 2016.

Pour l’ancien recordman du monde, cette hauteur est plutôt monnaie courante, il n’a donc pas eu de problème a y parvenir.

Mais pour Valentin, après sa blessure en 2018, le chemin a été long et semé d'embuches. Alors que les médecins lui annonçaient que le sport de haut niveau était terminé pour lui, il a prouvé à tout le monde qu’il était capable de revenir encore plus fort en réalisant une splendide barre à 5,82 m lors du meeting Herculis de Monaco en 2019, comptant pour la Diamond League.

Ce ne sera pourtant pas la première fois de l’année que la fratrie Lavillenie s’affronte lors d'une compétition à enjeux.

Dès ce début d’année en février 2021, à Miramas, Valentin a chipé le titre de champion de France indoor à son grand frère en franchissant une barre à 5,77 m, remportant ainsi son premier titre national. Renaud a dû se contenter d’une médaille de bronze avec un timide 5,66 m. Une compétition à la suite de laquelle l'aîné s'est en plus blessé, le forçant à déclarer forfait pour les Championnats d’Europe en salle à Torún, où il a assisté depuis les gradins à la belle deuxième place de son petit frère.

À l’approche de la saison estivale, les Lavillenie auront plusieurs meetings et compétitions pour continuer de s’exprimer avant les Jeux.

« Maintenant, l’objectif ultime, et pour que la boucle soit bouclée avec Renaud, c’est d’aller ensemble chercher une médaille sur une compétition internationale et qu’on batte nos records respectifs de 4 centimètres pour devenir les frères les plus hauts de toute l’histoire de l’athlétisme », a déclaré Valentin à Nice Matin. « Je sais qu’on peut le faire. Et on a vraiment envie d’y aller ! »