Les 6 moments qu'il ne fallait pas manquer de la journée des athlètes francophones

Tokyo, JAPON - 28 juillet 2021 :  les Néerlandais Melvin Twellaar et Stef Broenink, les Français Matthieu Androdias et Hugo Boucheronet les Chinois Zhiyu Liu et Liang Zhang sur le podium olympique de deux de couple masculin lors des Jeux Olympiques de Tokyo 2020.
Tokyo, JAPON - 28 juillet 2021 : les Néerlandais Melvin Twellaar et Stef Broenink, les Français Matthieu Androdias et Hugo Boucheronet les Chinois Zhiyu Liu et Liang Zhang sur le podium olympique de deux de couple masculin lors des Jeux Olympiques de Tokyo 2020.

Les francophones ont brillé lors de cette journée olympique à Tokyo. Découvrez les 6 moments qu'il ne fallait pas manquer ce mercredi 28 juillet.

1. Hugo Boucheron et Matthieu Androdias, un couple en or

La journée des Français a commencé en beauté avec la splendide médaille d’or du duo Matthieu Androdias et Hugo Boucheron en deux de couple masculin.

Déjà tombeur du record olympique lors des séries, battus quelques minutes plus tard par les Néérlandais, les Français étaient très attendus lors de cette finale olympique d’aviron et ils n’ont pas déçu.

Ils se sont imposés en 6 min 00 s 33, meilleure performance olympique, devant les Pays-Bas et la République populaire de Chine.

« Aujourd’hui on décroche l'étoile qu'on visait depuis longtemps. C'est une médaille entre potes, qu'on est allé chercher avec le lien qu'on a construit avec le temps », ont réagi les champions olympiques.

Revivre le film de leur journée en or

À LIRE : Androdias/Boucheron : « Notre frustration, on en a fait un carburant »

2. Les Éléphants neutralisent l’Allemagne et filent en quart de finale

Avec une victoire face à l’Arabie Saoudite (2-1) et deux matches nuls face au Brésil (0-0) et à l’Allemagne (1-1) les Éléphants, l’équipe masculine de football de Côte d’Ivoire, se sont qualifiés pour les quarts de finale du tournoi olympique de Tokyo 2020.

Après cet ultime match nul face à l'Allemagne, ils pointent à la deuxième place du groupe D synonyme de qualification pour les phases finales. Ils tenteront de faire mieux qu’à Beijing 2008, où ils avaient été battus par le Nigeria en quart de finale. Ce sera contre l’Espagne le 31 juillet.

À LIRE AUSSI : 5 choses à savoir sur le défenseur ivoirien Éric Bailly

3. Encore une médaille pour le cyclisme suisse avec Marlen Reusser

Le cyclisme suisse a décidément le vent en poupe lors de ces Jeux Olympiques de Tokyo 2020. Marlen Reusser s’est emparée de la médaille d’argent en contre-la-montre derrière la Néerlandaise Annemiek van Vleuten. Alors qu’elle pointait à la cinquième place au km 15, elle a réussi a grappiller trois places lors des derniers 7,1 km.

Après le triplé historique en VTT féminin et la médaille d'argent de Mathias Flückiger en course en ligne, la médaille de Reusser porte à cinq le nombre total de médailles remportées par les cyclistes suisses.

LIRE AUSSI : Les dessous d’un succès suisse historique en VTT

4. La belle histoire de Masomah Ali Zada

La belle histoire de la journée nous vient de la cycliste d’origine afghane et réfugiée en France, Masomah Ali Zada.

Sous la bannière de l’Équipe olympique des réfugiés, Ali Zada était engagée sur le contre-la-montre ce matin.

Elle fuit le pays une première fois avec sa famille et arrive en République islamique d'Iran. C'est là qu'elle a commencé le cyclisme. Puis, de retour en Afghanistan 10 ans plus tard, elle a rejoint l’équipe féminine afghane de cyclisme, alors âgée de 16 ans. Mais dans son pays natal, les femmes qui font du vélo sont très mal vues. Elles étaient régulièrement victimes d’insultes, de jets d’objets et même de menaces de mort. En 2017, elle a donc fuit le pays une deuxième fois et a trouvé refuge en France, où elle a demandé l’asile politique.

En 2019, elle reçoit une bourse du Comité International Olympique et en 2020, elle est sélectionnée pour intégrer l’Équipe olympique des réfugiés à Tokyo 2020. Dans un documentaire appelé Les petites reines de Kaboul, elle dit vouloir « prouver deux choses : à ceux qui pensent qu’une femme sur un vélo c’est mal, et bien que c’est positif ; et à ceux qui trouvent bizarre qu’une musulmane qui porte un foulard soit cycliste, que c’est tout à fait normal. Au final, je veux montrer que les femmes sont libres de faire tout ce qu’elles veulent. »

Ce matin, Ali Zada a terminé sa course en dernière position à presque 14 minutes de la Néerlandaise Annemiek van Vleuten, mais peu importe le résultat, elle est le symbole d’espoir et de diversité que portent les Jeux Olympiques de Tokyo 2020.

Oyama, JAPON - 28 juillet 2021 : Masomah Ali Zada de l'Équipe Olympique des Réfugiés lors de l'épreuve de contre-la-montre féminin aux Jeux de Tokyo 2020.
Oyama, JAPON - 28 juillet 2021 : Masomah Ali Zada de l'Équipe Olympique des Réfugiés lors de l'épreuve de contre-la-montre féminin aux Jeux de Tokyo 2020.
Photo de Tim de Waele/Getty Images

5. Penny Oleksiak décroche le bronze en 200 m nage libre

La championne olympique du 100 m nage libre de Rio 2016 n’a pas réussi a atteindre l'or cette année. La Canadienne Penny Oleksiak, après un départ canon et après avoir longtemps mené la course, termine en 1 min 54 sec 70, derrière l’Australienne Ariarne Titmus et la nageuse de Hong Kong, Chine, Siobhan Bernadette Haughey.

La septuple médaillée olympique peut tout de même se féliciter d’avoir désormais une médaille olympique de chaque couleur en individuel, avec cette médaille de bronze du 200 m nage libre.

Le compte-rendu complet de la finale du 200 m nage libre féminin à Tokyo 2020

6. Ugo Humbert s’offre Tsitsipas

Le tennisman Ugo Humbert a frappé fort lors du 3e tour du tournoi olympique de tennis de Tokyo 2020. En plus de se qualifier pour les quarts de finale, comme son compatriote Jérémy Chardy, il a battu le Grec Stéfanos Tsitsipas, tête de série n°3, quatrième mondial et finaliste de Roland Garros 2021. Il s’est imposé en trois sets 2/6, 7/6, 6/2.

Cette victoire face au dernier finaliste de Roland-Garros constitue une belle performance pour le Messin, qui avait déjà battu le Grec au Rolex Paris Masters en novembre à l'issue d'un match particulièrement serré.

À LIRE : L'exploit d'Humbert face à Tsitsipas !