Le nouveau relais mixte en natation, c’est quoi ?

Adam Peaty, Chris Walker-Hebborn et Siobhan-Marie O'Connor remportent la médaille d'or du relais 4 x 100 m mixte quatre nages en un temps record de 3 min 41 s 71 lors des Championnats du monde de natation 2015.
Adam Peaty, Chris Walker-Hebborn et Siobhan-Marie O'Connor remportent la médaille d'or du relais 4 x 100 m mixte quatre nages en un temps record de 3 min 41 s 71 lors des Championnats du monde de natation 2015.

Le relais mixte en natation fera ses grands débuts lors des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 en 2021, mais savez-vous vraiment en quoi cela consiste ? Focus sur ce nouveau relais, qui a tout pour devenir l’une des épreuves les plus palpitantes et imprévisibles des bassins olympiques.

Cet été, le Centre aquatique de Tokyo accueillera la toute première épreuve de relais 4 x 100 m mixte quatre nages. Une course que la double championne olympique britannique Rebecca Adlington considère comme « l’une des épreuves les plus palpitantes en natation ».

Mais qu’est ce qui rend ce relais si attrayant ? Découvrez-le ici.

Qu’est ce que le relais mixte ?

Le relais mixte est une course impliquant des équipes de quatre nageurs, deux hommes et deux femmes, qui affrontent les autres équipes. Chaque membre de l’équipe doit parcourir 100 mètres dans l'une des quatre nages possibles (crawl, dos crawlé, brasse et papillon) puis passe le relais à un autre nageur, et ainsi de suite. Les équipes sont libres de choisir la nage attribuée à chaque nageur.

À Tokyo 2020, 16 équipes s’affronteront lors de cette nouvelle épreuve olympique. Les séries auront lieu le 29 juillet et la finale le 31 juillet 2021.

Quand on y pense, les quatre meilleurs nageurs sur le papier devraient remporter cette épreuve, mais cela dépendra de la manière dont est organisé le relais.

L’histoire du relais 4 x 100 m mixte quatre nages

Bien que le relais mixte ait été testé auparavant, surtout en nage libre, lors de Coupes du monde et des Jeux Olympiques de la Jeunesse, ce n’est qu’en 2013 que la Fédération internationale de natation (FINA) a officiellement intégré l’épreuve à son programme. Et c’est en 2014 que les premiers relais mixtes ont été disputés lors des Championnats du monde en petit bassin à Doha.

En grand bassin, c’est à dire dans des piscines de 50 m de long correspondant à la taille olympique, le relais 4 x 100 m mixte quatre nages est apparu à Kazan en 2015. Une course remportée par la Grande-Bretagne. Ce jour-là, Chris Walker-Hebborn, Adam Peaty, Siobhan-Marie O’Connor et Francesca Halsall ont établi le nouveau record du monde de 3 min 44 s 02.

Quoi de neuf dans le relais mixte de natation ?

Cette nouvelle épreuve permet aux nageurs hommes et femmes de concourir ensemble et les uns contre les autres dans leurs spécialités respectives, avec un vaste panel de tactiques et de stratégies possibles.

« Le sentiment de tout le monde, aussi bien des nageurs que des coachs cadres tehcniques, est que cette épreuve est vraiment intéressante de part le nombre de stratégies possibles », expliquait Cornel Marculescu, directeur exécutif à la FINA, en 2013.

Et il avait raison.

Dès ses débuts internationaux en 2015, le relais 4 x 100 m mixte quatre nages a vu s'affronter l’Américaine Lilly King et le Britannique Adam Peaty en tête à tête, tous les deux détenteurs du record du monde du 100 m brasse, tout comme la Canadienne Penny Oleksiak et l'Américain Caeleb Dressel, pour ne citer que quelques-uns des duels les plus électriques.

Après avoir assisté à certaines de ces courses palpitantes, Adlington a expliqué ce qui, selon elle, était le plus intéressant dans ce format : « C’est parce que [cette épreuve] rebat les cartes, les leaders ne sont plus les mêmes. Et c’est intéressant de voir les stratégies et les approches des différents pays. C’est vraiment très amusant. »

Son compatriote Mark Foster, olympien à cinq reprises, met aussi en évidence le rôle de la stratégie dans ces courses : « Quand on y pense, les quatre meilleurs nageurs sur le papier devraient remporter cette épreuve, mais cela dépendra de la manière dont est organisé le relais. Par exemple, vous pouvez faire partir les hommes en premiers, qui nageront dans de l’eau calme, pour créer des remous qui gêneront les femmes à l’arrière », expliquait-il.

L'Australie en argent, les États-Unis en or et le Canada en bronze sur le podium du relais 4 x 100 m mixte quatre nages aux Championnats du monde de natation à Budapest en 2017.
L'Australie en argent, les États-Unis en or et le Canada en bronze sur le podium du relais 4 x 100 m mixte quatre nages aux Championnats du monde de natation à Budapest en 2017.
Photo de Laurence Griffiths/Getty Images

Les équipes à surveiller

Après la victoire de la Grande-Bretagne lors des Championnats du monde de 2015, ce sont les États-Unis qui ont été sacrés champions en 2017 avec une équipe composée de Matt Grevers, Lilly King, Caeleb Dressel et Simon Manuel. L’Australie a ensuite remporté le titre en 2019 après une très belle performance de Mitchel Larkin, Matthew Wilson, Emma McKeon et Cate Campbell.

Cependant, depuis octobre 2020, la République populaire de Chine détient le record du monde en 3 min 28 s 41. Aux Mondiaux 2017, elle a remporté la médaille de bronze derrière l’Australie et le Canada.

Mais l’épreuve pourrait bien apporter son lot de surprises en offrant de nouvelles opportunités à beaucoup de pays : « Pour les pays qui n’ont pas une forte densité, cette épreuve pourrait les rendre plus compétitifs », a déclaré Foster avant d’ajouter : « Les nations fortes comme les États-Unis resteront fortes, mais pour les autres pays, il suffit de deux femmes et de deux hommes performants. »

Dans une épreuve avec autant de variables, les changements de leader constants sur une course de moins de quatre minutes sont palpitants. En plus de la rapidité et la stratégie de course, la capacité d’adaptation à différents scénarios sera un élément déterminant pour monter sur le podium, samedi 31 juillet 2021.

Oseriez-vous faire des prédictions ?