5 choses à savoir sur Romane Dicko

Doha, QATAR - janvier 2021 : La Française Romane Dicko a remporté le titre au Masters de judo 2021 dans la catégorie des +78 kg.
Doha, QATAR - janvier 2021 : La Française Romane Dicko a remporté le titre au Masters de judo 2021 dans la catégorie des +78 kg.

Romane Dicko sera en charge de ramener la plus belle des médailles pour le clan français à Tokyo 2020, en 2021. La jeune sportive connaît une progression fulgurante et pourrait bien suivre les traces de la championne olympique en titre française Émilie Andéol.

La judokate de 21 ans, Romane Dicko a décroché sa sélection en équipe de France pour participer à ses premiers Jeux Olympiques à Tokyo 2020 à l'été 2021, et sera présente à Kazan pour le Grand Slam de Russie, du 5 au 7 mai.

L'actuelle numéro sept mondiale dans la catégorie des +78 kg, a prouvé qu'elle avait largement sa place pour tenter de décrocher la médaille d'or olympique sur les tatamis tokyoïtes. Elle a récemment remporté le Grand Slam de Tel Aviv (18 février), le Masters de Doha (11 janvier) et surtout son deuxième titre Européen à Prague en novembre 2020.

Dans le sillage de la championne olympique en titre, la Française Émilie Andéol, qui a annoncé sa retraite sportive en 2019, Dicko tentera de monter sur la plus haute marche du podium de Tokyo 2020. Une marche qui, du haut de son 1,80 m, ne semble pas trop haute pour la judokate.

Mais connaissez-vous bien Romane Dicko ? Voici cinq choses que vous devez savoir sur la double championne d'Europe des +78 kg.

1. Championne de France avant la ceinture noire

Romane a commencé le judo assez tard. À 13 ans, elle était encore une fan de natation. En 2012, elle a regardé les Jeux Olympiques de Londres à la télévision avec sa famille et vu Audrey Tcheuméo remporter la médaille de bronze des -78kg. Cela a été une révélation. Elle a commencé le judo et seulement quatre années plus tard, elle a remporté les Championnats de France séniors alors qu’elle n'était que cadette et qu’elle portait toujours sa ceinture marron. Du haut de ses 17 ans, elle est devenue la plus jeune championne de France de judo de l’histoire.

« Il me manque les katas. Je n’ai jamais le temps de les passer. Ça ne sera pas avant la fin de l’année », expliquait-elle sur RMC Sport, alors qu’elle était au beau milieu de ses révisions pour obtenir son bac S.

2. Étudiante à la Sorbonne

Depuis son premier titre de championne de France sénior et l’obtention de son baccalauréat scientifique, Romane Dicko a fait beaucoup de chemin. Deux titres de championnes d’Europe plus tard (2018 et 2020) et une sélection pour ses premiers Jeux Olympiques de Tokyo 2020 en 2021, sa carrière sportive suit une courbe exponentielle. N’en déplaise à la championne qui continue en parallèle ses études à la Sorbonne. Elle est actuellement en Licence 2 de mathématiques pour devenir un jour ingénieur aéronautique. Le partenariat entre l’université et l’INSEP, son lieu d’entraînement, lui permet de mener de front son double projet sportif et professionnel.

« J’ai deux entraînements de deux heures par jour, un le matin et un l’après-midi, et environ trois heures de cours dans une journée. Les enseignants de Sorbonne Université se déplacent directement à l’INSEP. » a-t-elle expliqué lors d’une interview avec la Sorbonne.

3. Cousine de Teddy Tamgho

La famille de Romane Dicko est habituée aux grands champions. Son cousin est quelqu’un que vous connaissez sûrement : il s’agit de Teddy Tamgho, champion du monde de triple saut en 2013 et ancien recordman du monde de triple saut en salle, récemment battu par Hugues-Fabrice Zangho, un Burkinabé entraîné par… Teddy Tamgho. L’athlète, qui n’a toujours pas pris sa retraite sportive, entraîne et conseille beaucoup de jeunes sportifs, y compris sa cousine qu’il épaule notamment dans sa gestion médiatique.

« C’est lui qui filtre tout. À chaque fois qu’on me demande quelque chose, j’envoie son numéro pour que je ne me concentre que sur ma carrière sportive », expliquait-elle en 2018 au micro de RMC Sport.

4. Son mouvement favori : le harai-makikomi

C’est l’un des plus gros atouts de Romane Dicko. Le harai-makikomi est un mouvement de sacrifice avec fauchage de la hanche et Dicko montre depuis de nombreuses années que ses mouvements de hanches sont puissants et mènent souvent à la victoire. C’est d’ailleurs comme cela qu’elle a remporté son combat contre l’Espagnole Sara Alvarez lors du premier tour du Grand Slam de Tel Aviv (18 au 20 février 2021).

5. Elle a battu la championne olympique Émilie Andéol

C’était en 2017, à peine un an après le sacre d’Émilie Andéol aux Jeux Olympiques de Rio 2016. Les deux judokates se sont rencontrées sur le tatami des Championnats de France par équipe à Marseille et c’est Romane Dicko, alors âgée de 17 ans qui a fait tomber la championne olympique en titre. Andéol a ensuite annoncé en 2018 qu’elle mettait un terme à sa carrière sportive, laissant ainsi le champs libre à sa jeune consœur pour s’exprimer aux Jeux Olympiques de Tokyo cette année et peut être, qui sait, remporter la médaille d’or olympique.