Tessa Worley : « Sölden, une piste qui me correspond bien »

À deux jours de débuter la saison de Coupe du monde avec le géant de Sölden, Tessa Worley a partagé son état d’esprit et ses sensations avec Olympics.com.

Par Guillaume Depasse
Photo de Christophe Pallot/Agence Zoom/Getty Images

Le coup d'envoi d'une quête inachevée.

Samedi 23 octobre, Tessa Worley glissera sur les pistes de Sölden en Autriche, lors de l'ouverture de la Coupe du monde de ski alpin 2021-2022. C'est ici que débute la saison depuis 2000, avec le slalom géant hommes et femmes. La spécialité de Tessa Worley, dont elle détient deux titres de championne du monde (2013, 2017) et un globe de cristal de la discipline (2017).

C'est ici aussi qu'elle emprunte une nouvelle fois la route qui mène aux Jeux Olympiques. Après une 16e place à Vancouver 2010 et une 7e place à PyeongChang 2018, la cheffe de file du ski alpin français est en quête du seul titre manquant à son palmarès : une médaille olympique.

« C'est un rêve, une envie que j'aimerais assouvir », a-t-elle confié à Olympics.com lors d’une interview exclusive, à un peu plus de trois mois des JO de Beijing 2022.

À LIRE AUSSI : Quelles sont les différences entre les disciplines olympiques de ski alpin ?

Adapter sa préparation pour durer

Avant cet objectif ultime, Tessa Worley tient à réaliser une belle saison de Coupe du monde, en produisant « du bon ski dès les premières manches pour gagner en confiance et arriver aux Jeux dans les meilleures dispositions. »

Jusqu’ici, tout va bien. Après un été dédié à la préparation physique, proche de la presse et loin des skis, elle attaque sa seizième saison sur le prestigieux circuit international dans de bonnes conditions, malgré quelques signaux corporels provenant particulièrement du genou, avec lesquels elle doit composer.

« Physiquement, je me sens bien », assure la skieuse de 32 ans qui a terminé à la 3e place du classement général du géant en 2020-2021, remporté par l'Italienne Marta Bassino. « Les étés et les saisons se sont pas mal enchaînés et je sens quand même les années passées, j’ai quelques petits pépins. Je dois les gérer au quotidien, mais ça va bien. Je suis très contente de ça. Je pense qu'on a trouvé un bon équilibre. »

Une adaptation nécessaire afin de maintenir le niveau d’excellence qu’elle démontre saison après saison.

« La piste une grande rigueur technique »

Si le physique répond présent, il reste tout de même de nombreux points d’interrogation, qui pourront être éclaircis uniquement après avoir de nouveau dompté le Cirque blanc.

« Il y a pas mal de questionnements en début de saison », glisse La Puce. « Chacun se regarde, on ne sait pas trop où on en est… C'est la particularité de cette première course, mais je l'apprécie bien. »

Déjà en 2007, à l’âge de 18 ans, elle terminait cinquième du géant autrichien, pour sa troisième participation à une Coupe du monde. Premier podium en 2017 avec une deuxième place, avant la victoire en 2018 et une troisième place en 2019.

La neige du Tyrol lui réussit bien, tout comme le profil particulier de la piste. Située à plus de 3 000 m d’altitude, elle présente un dénivelé de 370 m et une pente moyenne de 33 %.

« Elle me correspond bien », confie la skieuse du Grand-Bornand, réputée pour son style élégant et agressif. « C'est une piste très exigeante et qui n'est pas forcément synonyme de bonnes sensations. Il y a pas mal d'engagement. Elle requiert une grande rigueur technique avec ce mur très, très raide. Il ne faut pas se laisser descendre, il faut garder ces lignes tout en ayant de l'engagement. »

Rendez-vous dès 10h, ce samedi 23 octobre, pour le début de la première manche, puis 3h15 plus tard pour la seconde, qui déterminera la première médaillée d’or de la saison de ski alpin.

La sélection française à la Coupe du monde de ski alpin de Sölden :

  • Hommes : Mathieu Faivre, Thibaut Favrot, Victor Muffat Jeandet, Clément Noël, Cyprien Sarrazin, Alexis Pinturault.
  • Femmes : Camille Cerutti, Clara Direz, Dorian Escane, Coralie Frasse Sombet, Tessa Worley.

VIVEZ OLYMPIQUE. À 100 %.

Événements sportifs en direct gratuitement. Accès illimité aux séries. Les actualités et les temps forts olympiques en exclusivité
Inscrivez-vous ici Inscrivez-vous ici