Médaille de bronze pour Alexis Jandard et trois nouveaux quotas pour la France

Lors de la Coupe du monde de plongeon de Tokyo (1-6 mai), les plongeurs français Matthieu Rosset et Alaïs Kalonji ont décroché une qualification pour Tokyo 2020 en plongeon à 10 m en individuel, tout comme Alexis Jandard en tremplin à 3m, qui s'est également offert la médaille de bronze.

Photo de Photo de Toru Hanai/Getty Images

La Coupe du monde de plongeon qui se déroule du 1er au 6 mai à Tokyo était très attendue par les plongeurs du monde entier. Initialement prévue en avril mais reportée à cause de la crise sanitaire, cette compétition est qualificative pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2020, en 2021. Quatre plongeurs français ont fait le déplacement jusqu’à Tokyo pour tenter de décrocher les quotas olympiques.

Matthieu Rosset, de retour à la compétition de haut niveau depuis 2019 après un arrêt de deux ans pour terminer ses études, était engagé sur la compétition de plongeon à 10 m individuel.

Son compatriote et ami, Benjamin Auffret avait déjà ouvert un quota aux Jeux pour la France dans cette catégorie en terminant 5e de la finale du plongeon à 10 m lors des Mondiaux de Gwangju en 2019, mais il a récemment annoncé mettre un terme à sa carrière sportive en raison de problèmes de santé.

Cela n’a pas empêché Matthieu Rosset de venir chercher sa propre qualification olympique à Tokyo.

Classé troisième à l’issue de ses trois premiers plongeons lors des phases éliminatoires, le Lyonnais a finalement terminé 13e avec un total de 414,05 points. Il s’est donc qualifié pour les demi-finales, ce qui lui a automatiquement attribué un billet pour les JO de Tokyo. Lors de la demi-finale, Rosset a terminé 16e avec un total de 377,10 points et ne s’est pas qualifié pour la finale, remportée par le Britannique Tom Daley avec un total de 541,70 points.

« J'avais peur du ridicule en arrivant à 10 m. J'ai arrêté pendant deux ans, c'était un énorme pari. Les plongeurs et les coaches le savent, ça peut vite parler dans le dos, j'avais peur qu'on dise que ce n'était pas fait pour moi », a déclaré Matthieu Rosset à l'Équipe avant d'ajouter : « Mais en fait je me suis vraiment amusé, j'ai pris beaucoup de plaisir et j'ai pu montrer que j'étais capable de le faire. »

À 30 ans, Matthieu Rosset participera à ses troisièmes Jeux Olympiques après Londres 2012 et Rio 2016 où il avait terminé respectivement 15e et 23e.

Alaïs Kalonji valide un quota chez les femmes

Alaïs Kalonji était elle aussi engagée en plongeon à 10 m individuel. En terminant 18e des phases éliminatoires, la Rennaise a pris la dernière place qualitative pour les demi-finales et par la même occasion, son billet pour ses premier Jeux Olympiques. Elle a terminé à la 17e place de la demi-finale avec un total de 256,15 points.

La plongeuse de 23 ans retrouvera donc le monde olympique, sept ans après sa quatrième place aux Jeux Olympiques de la Jeunesse de Nanjing 2014 dans son épreuve fétiche du plongeon à 10 m.

Sa compatriote Maissam Naji était également en lice sur le 10 m, mais elle a terminé 33e des phases éliminatoires avec un total de 197,10 points.

Alexis Jandard médaillé de bronze en tremplin à 3 m

Très belle performance également de l’ex-gymnaste reconverti au plongeon depuis 2013 Alexis Jandard à 3 m. Le pensionnaire de l’INSEP, bien connu pour casser des tremplins à l’entrainement, s’est classé 4e des phases éliminatoires avec un score de 433,35 points. En se qualifiant pour cette demi-finale, le Français de 24 ans a lui aussi décroché un quota olympique dans sa discipline.

Jandard a maîtrisé sa demi-finale en étant régulier et avec un bon plongeon de coefficient de difficulté 3,5 et noté 84 points, qui l'a classé 5e des demies. Direction la finale alors pour le plongeur français qui a créé la surprise en remportant la médaille de bronze avec un total de 434,25 points derrière l'Allemand Martin Wolfram (467,75 points) et le Britannique James Heatly (461,25 points).

« Quand je suis arrivé au Japon, je souhaitais obtenir ma place pour les JO mais j’ai réussi à me frayer un chemin jusqu’au bronze. Je ressors de cette compétition en étant le mec le plus heureux du monde », a-t-il déclaré sur Instagram après la finale.

Les quatre plongeurs se rendront directement à Budapest et disputer les Championnats d’Europe de plongeon du 10 au 16 mai.

Les Canadiennes remportent le plongeon à 10 m synchronisé féminin

Avant même la fin de la compétition, les Canadiens ont déjà réussi leur Coupe du monde de plongeon à Tokyo, notamment en plongeon synchronisé à 10 m féminin. Caeli Mckay et Meaghan Benfeito ont remporté la médaille d’or avec un total de 305,94 points devant les Britanniques (302,88 points) et les Allemandes (292,86 points). Caeli Mckay est également montée sur la troisième marche du podium en individuel à 10 m derrière la Malaisienne Pandelela Pamg et la Japonaise ARAI Matsuri.

« Je n'ai pas les mots pour décrire ce qui vient de se passer. Après des Championnats du monde 2019 déchirants, nous sommes revenues et nous avons tout donner en synchronisé à 10 m », a posté McKay sur son compte Instagram après leur victoire.

Jennifer Abel et Mélissa Citrini Beaulieu, repartent avec la médaille d’argent autour du cou en plongeon synchronisé à 3 m féminin, derrière les Chinoises Yani Chang et Yiwen Chen et devant les Italiennes Chiara Pellacani et Elena Bertocchi.

Chez les hommes, le jeune Rylan Wiens a remporté le bronze du plongeon à 10 m individuel masculin derrière le Britannique Tom Daley (or) et le Mexicain Randal Willars Valdez (argent).

Même hiérarchie pour le plongeon synchronisé à 10 m masculin, les Canadiens ont terminé troisièmes avec Vincent Riendeau et Nathan Zsombor-Murray derrière les Britanniques Tom Daley et Mathew Lee (or) et les Mexicains Randal Willars Valdez et Ivan Garcia Navarro (argent).

VIVEZ OLYMPIQUE. À 100 %.

Événements sportifs en direct gratuitement. Accès illimité aux séries. Les actualités et les temps forts olympiques en exclusivité