Comment se qualifier pour Paris 2024 en canoë slalom : Le système de qualification olympique expliqué

Par rapport à Tokyo 2020, deux épreuves supplémentaires sont venues se greffer au programme de Paris 2024, le kayak extrême faisant ses débuts olympiques. Découvrez ci-dessous tout ce que vous devez savoir sur le nombre d’athlètes, les stars à suivre et le parcours vers les prochains Jeux Olympiques.

Photo de 2021 Getty Images

À Paris 2024, ce serra la neuvième fois que le canoë slalom fera partie du programme olympique, après que ce sport ait connu ses débuts olympiques officiels à Barcelone 1992.

Les deux variantes du canoë (C1) et du kayak (K1) seront présentes à Paris 2024. Le canoë n’utilise qu’une pale, tandis que le kayak en compte deux. L’autre grande différence entre les deux sports est qu’en canoë, le concurrent est attaché au bateau avec les jambes pliées au genou, tandis qu’en kayak, il est en position assise.

À Paris 2024, le kayak extrême (WX1 femmes et MX1 hommes) fera ses débuts aux Jeux Olympiques, augmentant ainsi de deux le nombre total d’épreuves. Cependant, le nombre d’athlètes participant aux Jeux ne variera pas.

La compétition de canoë slalom de Paris 2024 se tiendra dans les eaux du stade nautique de Vaires-Sur-Marne, en-dehors de Paris. Le système de qualification est similaire à celui de Tokyo 2020. La France, en tant que pays hôte, disposera d’un quota par genre.

Apprenez-en plus sur le système de qualification du canoë slalom pour Paris 2024.

Le Togolais Benjamin Boukpeti prend part à la finale masculine K1 au Shunyi Olympic Rowing-Canoeing Park lors du quatrième jour des Jeux Olympiques de Beijing 2008 le 12 août 2008 à Pékin, en Chine.
Photo de 2008 Getty Images

Nombre d’athlètes

À l’instar des Jeux de Tokyo 2020, 82 athlètes au total participeront au canoë slalom à Paris 2024, 41 femmes et 41 hommes, répartis sur six épreuves (trois par genre) :

Femmes

  • Kayak (WK1) : 21 athlètes
  • Canoë (WC1) : 21 athlètes
  • Kayak extreme (WX1) : 3 athlètes

Hommes

  • Kayak (MK1) : 21 athlètes
  • Canoë (MC1) : 21 athlètes
  • Kayak extreme (MX1) : 3 athlètes

Un Comité National Olympique (CNO) pourra avoir un maximum de six athlètes classés pour le canoë slalom à Paris, trois femmes et trois hommes, un pour chaque épreuve.

La Brésilienne Ana Satila prend part à la demi-finale féminine de canoë slalom lors du sixième jour des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 au Kasai Canoe Slalom Centre le 29 juillet 2021 à Tokyo, au Japon.
Photo de 2021 Getty Images

Système de qualification

Que ce soit en kayak ou en canoë, les places de quota pour Paris 2024 seront décernées par le biais des qualifications mondiales, des compétitions continentales et des places de quota du pays hôte.

Kayak

  • Qualification mondiale : 15 places de quota
  • Compétitions continentales : 5 places de quota
  • Pays hôte : 1 place de quota

Canoë

  • Qualification mondiale : 12 places de quota
  • Compétitions continentales : 5 places de quota
  • Pays hôte : 1 place de quota

Kayak extrême

  • Qualification mondiale : 3 places de quota

En canoë slalom, les places seront distribuées en priorité aux épreuves de canoës autrement dit, un athlète déjà qualifié pour cette épreuve ne pourra prétendre à une place dans l’épreuve de kayak, qui sera mise à la disposition du CNO suivant le mieux classé.

En cas d’égalité entre athlètes dans les compétitions qualificatives pour Paris 2024, les résultats précédents seront pris en compte, en s’appuyant sur le règlement de l’ICF (Fédération Internationale de Canoë). Le CNO de l’athlète le mieux classé sera désigné pour la place de quota.

Le Tchèque Jiri Prskavec prend part à la demi-finale masculine de kayak slalom lors du septième jour des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 au Kasai Canoe Slalom Centre le 30 juillet 2021 à Tokyo, au Japon.
Photo de 2021 Getty Images

Format et programme

Les Championnats du monde ICF de Canoë slalom 2023 marquent la compétition mondiale de qualification pour les épreuves de canoë slalom des prochains Jeux.

Les athlètes les mieux placés dans chaque épreuve de ce tournoi remportent les places de quota pour leurs Comités Nationaux Olympiques respectifs, qui confirmeront ultérieurement l’utilisation de ces places de quota et les athlètes qui les occuperont.

Les compétitions continentales offriront également l’opportunité de s’offrir une place de quota par genre pour un CNO. Voici ces compétitions :

  • Championnats d’Afrique
  • Championnats d’Asie
  • Championnats d’Europe
  • Championnats d’Océanie
  • Championnats Panaméricains

Dans le cas où les événements mentionnés ci-dessus (mondiaux et continentaux) ne pourraient se tenir, ou si leurs résultats étaient annulés, le classement ICF au 31 décembre 2023 sera pris en compte.

Pour le kayak extrême, qui connaitra ses débuts à Paris, l’ICF organisera un championnat du monde qui fera office de qualification pour les Jeux 2024. Seuls les athlètes non-classés dans les autres épreuves de canoë slalom (canoë et kayak) peuvent prétendre participer à la compétition qualificative de kayak extrême. Les CNO peuvent inscrire jusqu’à trois noms dans cette compétition qualificative, les trois mieux placés décrochant une place de quota pour les Jeux.

Places pour l’universalité

Deux places de quota basées sur le principe d’universalité seront à disposition des comités nationaux olympiques à Paris 2024. Elles seront attribuées aux athlètes de canoë sprint et/ou en canoë slalom.

Le Comité International Olympique (CIO) invitera tous les Comités Nationaux Olympiques à soumettre leurs demandes pour ces places d’universalité.

Une commission tripartite informera, par écrit, de la réattribution de ces places de quota aux CNO respectifs à la fin de la période de classement pour le sport en question.

Athlètes à suivre

En canoë slalom, les athlètes européens forment traditionnellement la force dominante. Cependant, lors des dernières éditions des Jeux, des athlètes venant d’autres nations se sont distingués, à l’image de l’Australienne Jessica Fox, l’actuelle numéro 1 mondiale, qui est repartie des trois dernières éditions des Jeux avec des médailles. Elle s’est adjugée l’argent et deux médailles de bronze en kayak entre Londres 2012 et Tokyo 2020, ainsi que l’or de la compétition de canoë à Tokyo 2020.

L’Espagnole Maialen Chourraut pourrait également participer à ses cinquièmes Jeux Olympiques à Paris 2024, elle qui a remporté le bronze à Londres 2012, l’or à Rio 2016 et l’argent à Tokyo 2020, cette ultime fois à 38 ans.

Dans la compétition hommes, les athlètes issus de la République tchèque et de Slovaquie sont montés sur le podium lors de chaque édition depuis que la canoë slalom est un élément permanent du programme olympique. C’était ainsi le cas dès Barcelone 1992, quand ils avaient remporté l’or, à l’époque sous la bannière de la Tchécoslovaquie.

Le Tchèque Jiri Prskavec, qui mène actuellement le classement en kayak, compte déjà deux médailles olympiques à son palmarès : le bronze à Rio 2016 et l’or aux derniers Jeux au Japon. Le Slovène Benjamin Savsek est également monté sur la plus haute marche du podium du canoë à Tokyo 2020 et pointe actuellement à la septième place du classement de l’ICF, mené par la légende slovaque Alexander Slafkovsky, toujours en quête de sa première médaille olympique.

Côté français, la réussite a également souvent été au rendez-vous. Le président de Paris 2024 Tony Estanguet a remporté l'or en C1 aux Jeux de Sydney 2000, Athènes 2004 et Londres 2012. Son compatriote Denis Gargaud Chanut a décroché le titre à Rio 2016, mais n'est pas parvenu à se qualifier pour Tokyo 2020. Il a fixé Paris 2024 comme objectif principal.

Le Français Tony Estanguet prend part à la finale masculine du canoë slalom (C1) lors du quatrième jour des Jeux Olympiques de Londres 2012 au Lee Valley White Water Centre le 31 juillet 2012 à Londres, en Angleterre.
Photo de 2012 Getty Images

Calendrier des qualifications du canoë slalom pour Paris 2024

  • 19 - 23 septembre 2023 : Championnats du monde ICF de Canoë Slalom
  • Date à confirmer : Compétition qualificative mondiale ICF de Kayak Extrême
  • Date à confirmer : Compétitions qualificatives continentales (Afrique, Asie, Europe, Panaméricain et Océanie)
  • Dans les 10 jours ouvrables après l’événement : la Fédération Internationale de Canoë (ICF) informera les comités nationaux olympiques/fédérations nationales des places de quota au plus tard deux semaines après chaque compétition qualificative continentale
  • Dans les 10 jours ouvrables après la notification des places qualificatives par l’ICF : Les CNO devront confirmer à l’ICF l’utilisation des places de qualification attribuées
  • Dans les 10 jours ouvrables suivant l’étape précédente : L’ICF réattribuera toutes les places non-utilisées
  • Date à confirmer : La commission tripartite devra confirmer par écrit l’attribution des places d’universalité aux CNO (le cas échéant)
  • 15 juin 2024 : L’ICF réattribuera toutes les places de quota non-utilisées
  • 8 juillet 2024 : Date limite d’inscription sportive pour Paris 2024
  • 26 juillet - 11 août : Jeux Olympiques de Paris 2024
  • 27 juillet - 5 août : Tournoi olympique de canoë slalom

Découvrez-en plus sur le système de qualification pour les autres sports qui seront présents à Paris 2024.

Les systèmes de qualifications pour les Jeux Olympiques de Paris 2024

Voir les systèmes de qualifications de chaque sport pour les Jeux Olympiques de Paris 2024

VIVEZ OLYMPIQUE. À 100 %.

Événements sportifs en direct gratuitement. Accès illimité aux séries. Les actualités et les temps forts olympiques en exclusivité