Ons Jabeur en quarts à Wimbledon : une performance historique avant Tokyo 2020

Ons Jabeur fait le plein de confiance à l'approche des Jeux Olympiques de Tokyo 2020, en 2021. En se qualifiant pour les quarts de finale de Wimbledon, la Tunisienne a égalé sa meilleure performance en Grand Chelem. De bon augure avant les JO pour lesquels elle est candidate comme porte-drapeau.

Photo de Photo de AELTC/Jed Leicester - Pool/Getty Images

Depuis le 1er juin, Ons Jabeur a gagné 13 de ses 15 matchs sur le circuit WTA. Cette série en cours lui a permis de remporter le tournoi de Birmingham en juin mais surtout d'atteindre la deuxième semaine à Roland-Garros et à Wimbledon. Ce lundi 5 juillet, elle s'est même qualifiée pour les quarts de finale du Grand Chelem britannique en prenant le meilleur sur la Polonaise Iga Swiatek (5-7, 6-1, 6-1), qui a remporté Roland-Garros en 2020. C'est la première fois qu'une joueuse tunisienne atteint ce stade de la compétition à Wimbledon.

Comme face à Garbine Muguruza au tour précédent, la Tunisienne de 26 ans a eu besoin de remonter un set de retard. Mais il en fallait plus pour la faire douter. Sur le gazon londonien, elle est devenue invincible. La native de Ksar Hellal a aussi écarté Venus Williams sur la route de son second quart de finale dans un tournoi du Grand Chelem.

Le premier avait été atteint à l'Open d'Australie en 2020. Cette performance lui avait permis d'intégrer le top 50 mondial. Un statut qu'elle a conservé et même amélioré. Ons Jabeur occupe désormais le 24e rang du classement WTA. Et son épopée britannique pourrait lui permettre d'être encore mieux classée au moment de participer aux Jeux Olympiques.

Porte-drapeau de la Tunisie dix ans après son sacre à Roland-Garros ?

Ces derniers mois, Ons Jabeur a franchi un cap. Et elle a battu de nombreux records. Dix ans après sa victoire dans le tableau juniors de Roland-Garros, la Tunisienne écrit l'histoire du tennis arabe en brillant sur le circuit WTA. La droitière a réalisé des exploits jamais vus avant elle dans cette partie du monde. À Wimbledon, elle peut devenir la première joueuse arabe à se qualifier pour les demi-finales d'un tournoi du Grand Chelem.

Joueuse complète et régulière, elle a le potentiel pour s'imposer dans les plus grands tournois du monde. Y compris aux Jeux Olympiques. Retenue dans la sélection tunisienne, elle va représenter son pays aux JO pour la troisième fois de sa carrière. Mais à Tokyo 2020, contrairement à Londres 2012 et Rio 2016, elle semble avoir les armes pour faire son chemin dans le tableau de simples femmes.

Si sportivement, son statut a évolué, au sein même de sa délégation, le regard porté sur elle a changé. Ons Jabeur pourrait peut-être être la porte-drapeau de la Tunisie. Ses progrès et son statut de pionnière parlent pour elle.

Longtemps avant de postuler à une victoire à Wimbledon et au capitanat de l'équipe tunisienne olympique, Ons Jabeur se réjouissait déjà à l'idée de représenter son pays au Parc de tennis d'Ariake.

« La Tunisie est un petit pays, les gens sont derrière moi depuis ma victoire en Juniors et représenter ce pays et le monde arabe est en moi. Être aux Jeux avec d’autres athlètes tunisiens, c’est comme un sport collectif, il y a un esprit d’équipe, c’est un sentiment génial. Je suis très impatiente d’être à Tokyo pour le revivre ! », confiait Ons Jabeur à Olympic Channel l'été dernier.

Avant de retrouver l'ambiance unique des JO, elle a encore l'occasion d'améliorer sa série de victoires en cours pour s'affirmer comme une prétendante au podium olympique.