Morhad Amdouni : « Le 10 000 m pour préparer le marathon olympique à Tokyo 2020 »

Le champion d’Europe 2018 du 10 000 m Morhad Amdouni a décidé de doubler sur marathon et 10 000 m à Tokyo 2020. Il  débutera sa folle aventure olympique dès demain dans le Stade olympique.

Photo de Photo de Matthias Hangst/Getty Images

Enchaîner le 10 000 m et le marathon olympique en 10 jours ? C’est un défi qui n’effraie pas le coureur Morhad Amdouni, bien au contraire.

Après avoir réalisé les minima olympiques de 10 000 m lors de la Coupe d'Europe à Birmingham en 27 min 23 s 27, le champion d’Europe 2018 du 10 000 m a fait le choix de participer aux deux épreuves qui se déroulent à dix jours d'écart à Tokyo 2020.

Sélectionné sur la distance marathon depuis 2019, en 2 h 09 min 14 s lors du marathon de Paris, son tout premier marathon, le natif de Porto Vecchio a eu une révélation sur la distance la plus emblématique des Jeux Olympiques.

Deux courses olympiques, un pari fou mais pour lui, qui a connu des années de galères à enchaîner les blessures, maintenant que la forme est là, il ne laissera pas passer sa chance.

La lumière au bout du tunnel

Morhad Amdouni a toujours couru.

« Déjà petit, on me surnommait la gazelle, parce que j’étais très endurant », s’amuse-t-il lors d'une interview exclusive avec Tokyo 2020.

Comme beaucoup de coureur de fond, Morhad a commencé sa carrière sportive par le cross-country, ces courses en nature d'une dizaine de kilomètres où le mauvais temps et la boue viennent souvent s'inviter pour compliquer la tâche des coureurs. Un format idéal pour faire face à l'adversité d'une course longue distance.

En 2007, il est devenu double champion d’Europe de cross en individuel et par équipes dans la catégorie juniors et récemment encore, il a remporté le titre de champion de France de cross 2018, chipé à son camarade Hassan Chahdi, triple champion de France de la discipline, avec qui il prendra le départ du marathon olympique.

Mais Amdouni se blesse. Beaucoup. Il enchaîne de nombreux problèmes physiques : tendon d’Achille, genou, bassin, rotule, mollet, cheville, ischios... La liste est longue et le moral peine parfois à suivre. Mais l’une des forces du coureur de 32 ans est sa volonté de se surpasser.

« Par moment, on a envie d’arrêter, c’est le mental qui parle. Mais j’ai toujours repris le dessus parce que je suis fait pour ça et la course à pied est un plaisir et même un rituel pour moi. »

C’est finalement en 2018, qu’il réalise enfin l’un des objectifs qui le pousse à continuer malgré les blessures.

Dans le stade olympique de Berlin, lors des Championnats d’Europe d’athlétisme, il remporte la finale du 10 000 m après une splendide accélération déclenchée à la sortie du dernier virage, terminant sa course en 28 min 11 s 22. Il est demeure d'ailleurs le seul athlète français a avoir ce titre de champion d’Europe de 10 000 m. Même la légende française de la course de fond Alain Mimoun, champion olympique sur marathon à Melbourne 1956 n'a remporté que l'argent sur les 25 tours de piste.

Mais comme son illustre prédécesseur, c'est le marathon qui fait rêver Amdouni.

Je me suis découvert. Je me suis mis en confiance et je me suis rendu compte que finalement, le marathon était ma distance de prédilection.

« Le marathon, ma distance de prédilection »

« Comme j’étais endurant quand j’étais petit, on me disait : "Tu devrais faire du marathon, tu seras très très fort plus tard" », raconte-t-il.

En 2019, il a commencé à se préparer pour le marathon olympique de Paris 2024.

Morhad cherchait alors un semi-marathon, mais le hasard du calendrier associé au plateau de coureurs engagés au marathon de Paris l'a décidé à franchir le pas et s’inscrire au départ du plus gros événement de course à pied de France.

Une grande première sur la distance emblématique de 42,195 km qui a été une vraie révélation pour le coureur.

« Les Français partaient pour faire les minima olympique de 2 h 11 s 30 et je me suis dis que j’irais jusqu’au 30e km. Normalement il y a un lièvre qui mène l'allure jusqu’au 30e km. Il a finalement lâché au 28e et je me suis retrouvé à faire le lièvre pour les autres. Et puis, je me suis retrouvé tout seul devant. »

« Je me suis dis "Là je suis bien, je vais continuer". Il y avait les minima pour Tokyo, je voulais saisir cette opportunité. »

2 h 09 min 14 s… Peu de coureurs peuvent se vanter d’avoir réalisé un tel chrono pour leur premier marathon. Ce jour-là, Morhad a non seulement découvert sa passion pour la distance mythique mais aussi validé les minima olympiques pour Tokyo 2020.

« Je ne savais pas comment j’allais être après la fameuse barrière des 30 km. Pour moi c’était un mystère. Et puis, je me suis découvert. Je me suis mis en confiance et je me suis rendu compte que finalement, le marathon était ma distance de prédilection. »

Morhad s’est alors entièrement tourné vers cette nouvelle discipline avec comme à son habitude, l’envie de travailler dur pour être l’un des meilleurs.

Doubler 10 000 m et marathon à Tokyo

Bien que son objectif principal soit le marathon, Morhad n’oublie pas ses premiers amours sur la piste.

« Une partie de mon cœur est toujours sur la piste. Le 10 000 m je ne l’oublie pas, mais ce sera une course de préparation pour mon objectif qui est le marathon. »

En accord avec son entraîneur, Morhad a donc décidé de doubler 10 000 m et marathon lors de ses premiers Jeux Olympiques. Comme Alain Mimoun à Melbourne 1956, où il avait terminé 12e du 10 000 m avant remporter le marathon une semaine plus tard. Plus récemment, l'Américain Galen Rupp a fait le pari 10 000 m/marathon à Rio 2016, où il a terminé 5e sur piste et remporté le bronze sur 42,195 km.

Une décision qui peut paraître risquée quand on sait que les deux épreuves se déroulent à seulement 10 jours d'intervalle, et qu’il faudra compter le temps de trajet entre le Stade olympique de Tokyo et le site du marathon à Sapporo.

« Je suis capable de courir du 1 500 m au marathon, donc on a décidé avec mon coach que c’était bien de préparer mon objectif avec le 10 000 m », ajoutait-il.

« Et puis cela permet de changer un peu et de sortir de la préparation uniquement pour le marathon. C’est important de casser le rythme, de se donner de nouveaux challenges et de garder un pied sur la piste. »

Les deux préparations sont complémentaires. Depuis quelques années maintenant, l’intérêt des entraînements croisés est reconnu et les sportifs ne se cantonnent plus aux entrainements spécifiques à leur distance.

En passant sur marathon, Morhad et son entraîneur ont conçu un plan orienté marathon mais ils gardent des entraînements sur piste, comme une séance de 5 x 5 km à plus de 20 km/h, avec 1 km de récupération à 17 km/h. Des allures qui donnent le tournis pour le commun des coureurs.

« Avant, je faisais des récupérations statiques. Maintenant je récupère sur des allures intermédiaires pour pouvoir relancer sur des allures plus proches de celle du marathon, donc pour moi un peu plus de 20 km/h. Le 10 000 m me permet de travailler ces allures intermédiaires et me permet de maintenir une vitesse de base. »

Pour compléter sa préparation, le Corse s’est rendu en Afrique du Sud durant trois semaines pour s’entraîner dans la chaleur. Lorsqu'il est en France, il utilise régulièrement des Thermo rooms, des pièces reproduisant des conditions de chaleur et d'humidité similaires à celles qu'il rencontrera aux Jeux.

Car à Tokyo cet été, il fera chaud et humide. La récupération entre les deux épreuves sera donc primordiale pour être fin prêt pour le marathon.

« J’ai toujours fait une grosse séance 10 jours avant mes compétitions pour avoir une bonne semaine de récupération et être au top pendant mes courses », expliquait-il.

Le coureur avoue que ce n’est pas qu’une question de préparation physique.

« C’est aussi mental. En faisant le 10 000 m avant, je serai dans le bon état d’esprit. Je serai en quelques sortes vacciné de la pression et concentré sur le marathon », conclue-t-il.

Demain, il sera au départ de la finale de 10 000 m dans le Stade olympique pour préparer son objectif : la marathon olympique le 8 août.

VIVEZ OLYMPIQUE. À 100 %.

Événements sportifs en direct gratuitement. Accès illimité aux séries. Les actualités et les temps forts olympiques en exclusivité
Inscrivez-vous ici Inscrivez-vous ici