Mardi 20 février. Au programme aujourd'hui

La journée démarre avec le match attendu en danse sur glace entre les Canadiens Tessa Virtue-Scott Moir et les Français Gabriela Papadakis-Guillaume Cizeron dans le programme libre. Elle s'achève sur la neige avec la course sur 10 km ski de fond de l'épreuve grand tremplin du combiné nordique et avec le relais mixte en biathlon. Au programme également, le ski halfpipe femmes, le relais 3000 m femmes en patinage de vitesse piste courte, le début du bobsleigh féminin, et les play-offs qualificatifs du hockey sur glace masculin.

Photo de 2018 Getty Images
Getty Images

Patinage artistique : danse sur glace, programme libre, 10h00 locales

Deux couples sont les principaux favoris pour disputer la douzième médaille d'or (depuis l'introduction de la discipline à Innsbruck en 1976) de la danse sur glace aux Jeux d'hiver : les Français Gabrielle Papadakis-Guillaume Cizeron et les Canadiens médaillés d'or en 2010 et d'argent en 2014 Tessa Virtue-Scott Moir. Ils se sont échangé toutes les victoires mondiales depuis 2015, et les records mondiaux de points, le dernier total au-delà des 200 points ayant été établi par Papadakis et Cizeron en finale du Grand Prix ISU le 9 décembre 2017 à Nagoya (Japon) avec 202,16 points. Il va falloir monter très haut pour l'emporter dans le palais des glaces de Gangneung, et le spectacle promet d'être intense et particulièrement passionnant.

Getty Images

Ski acrobatique : halfpipe femmes, 13h00 locales

L'Américaine Maddie Bowman, la Française Marie Martinod et la Japonaise Ayana Onozuka étaient montées dans cet ordre sur le podium des Jeux de Sotchi 2014 pour la première cérémonie olympique de remise des médailles du ski halfpipe. Elles sont toutes là pour défendre leur statut. Bowman, qui s'est imposée aux X-Games en 2015 et 2016, Martinod qui les a gagnés en 2017, ainsi que le globe de cristal FIS de la spécialité, Onozuka, sacrée championne du monde 2017 à Sierra Nevada devant Martinod. Elles ne sont bien sûr pas les seules prétendantes à la gloire olympique à PyeongChang 2018 : la Canadienne Cassie Sharpe a aussi obtenu de brillants résultats cet hiver, tout comme la Chinoise Zhang Kexin. Et puis, à l'image des coéquipières américaines de Maddie Bowman toute concurrente capable de sortir deux runs de folie aura sa chance de figurer en haut du classement.

Getty Images

Patinage de vitesse sur piste courte : relais 3000 m femmes, 19h00 locales

Les gradins du palais des glaces de Gangneung vont entrer en fusion avec leur équipe, favorite pour gagner un... sixième titre dans cette épreuve en huit éditions des Jeux d'hiver. En 2014 à Sotchi, Park Seung-hi, Cho Ha-ri, Kim A-lang, Kong Sang-jeong et Shim Suk-hee l'avaient emporté au bout du suspense grâce à un dépassement par l'extérieur d'anthologie de Shim sur la Chinoise Li Jianrou dans le dernier tour après un mano à mano République de Corée-Chine qui avait duré toute la course. Les Chinoises avaient ensuite été disqualifiées pour des contacts illicites : le Canada et l'Italie étaient montés sur le podium. Dans les championnats du monde qui ont suivi, la Chine a remporté le titre en 2014 et en 2017, la République de Corée en 2015 et en 2016.  Cet hiver en Coupe du monde, Chine et République de Corée se sont échangé les premières et deuxièmes places dans trois épreuves sur quatre, les Pays-Bas l'emportant lors de la dernière course à Séoul fin novembre 2017. En route pour une nouvelle explication au sommet !

Getty Images

Combiné nordique : grand tremplin + 10 km, 19h00 et 21h45 locales

L'équipe d'Allemagne présente des atouts certains pour placer un ou plusieurs de ses coureurs sur le podium de cette épreuve avec Eric Frenzel, Johannes Rydzek, Fabian Riessle et Björn Kircheisen, tous médaillés mondiaux et olympiques, tous vainqueurs en Coupe du monde. Pour contrer les desseins de la patrouille allemande, il y a le Japonais Akito Watabe, les Norvégiens, à commencer par le tenant du titre olympique Joergen Graabak, voire les Français avec le retour du champion olympique 2010 Jason Lamy-Chappuis. L'épreuve commence par le saut sur le grand tremplin (HS140) d'Alpensia, et selon le système de comptage "Gundersen", les résultats sont convertis en secondes d'écart pour le départ des 10 km ski de fond en mode poursuite.

Getty Images

Biathlon : relais mixte 2 x 6 km femmes + 2 x 7,5 km hommes, 20h15 locales

L'épreuve a connu ses débuts olympiques à Sotchi en 2014, où le quatuor norvégien constitué de Tora Berger, Tiril Eckhoff, Ole Einar Bjoerndalen et Emil Hegle Svendsen l'a emporté devant la République tchèque et l'Italie. Dans cette compétition, les femmes ouvrent le bal, avec deux relais sur 6 km ponctués par deux passages au stand de tir (couché puis debout) ; les hommes concluent sur deux relais de 7,5 km et là aussi 10 cibles à blanchir. Comme en relais hommes ou femmes, les concurrents ont la possibilité de "piocher" trois fois en cas de cibles manquées (trois balles de réserve), mais toutes les éventuelles erreurs suivantes entraînent un ou plusieurs tours de pénalité. Dans les championnats du monde IBU, la République tchèque s'est imposée en 2015, la France en 2016 et l'Allemagne en 2017. En Coupe du monde, on retrouve souvent ces nations et la Norvège aux meilleures places. Il faudra aussi compter sur l'Italie et sur l'équipe des athlètes olympiques de Russie.

Et sur les autres terrains des Jeux...

Bobsleigh : manches 1 et 2 de la compétition de bob à deux féminin (20h50)Curling : Sessions 10 et 11 hommes, session 10 femmes (à partir de 09h05)Hockey sur glace : 4 matches de qualification hommes pour l'accession aux quarts de finale, 2 matches pour la 5e et pour la 7e place femmes (de 12h10 à 21h10).