Madison hommes : la France en bronze !

Le duo français composé de Benjamin Thomas et Donovan Grondin a décroché le bronze pour le retour de l'épreuve olympique de madison.

Photo de Photo de Tim de Waele/Getty Images

L’attaque de la France à mi-course aura été déterminante.

Pour le retour de l'épreuve de madison des Jeux Olympiques, la France a remporté la médaille de bronze avec 40 points, ex æquo avec la Grande-Bretagne, qui décroche l’argent grâce au dernier sprint remporté.

Les champions du monde en titre danois sont champions olympiques avec 43 points après avoir été en tête pendant la majorité de la course.

La madison masculine était au programme des Jeux de Sydney 2000, Athènes 2004 et Beijing 2008 avant de disparaître pour Londres 2012 et Rio 2016. Aux Jeux de Tokyo 2020, elle faisait son retour avec une épreuve masculine et féminine.

Les résultats détaillés de la madison hommes de Tokyo 2020

Le film de la madison masculine à Tokyo 2020

Chaque nation est représentée par deux cyclistes, qui doivent se relayer pendant 200 tours de pistes où des points sont récoltés au fil de sprints intermédiaires et au nombre de tours d’avance pris sur leurs concurrents.

Benjamin Thomas lançait une attaque à un peu plus de 90 tours de l’arrivée pour tenter prendre un tour d’avance, et le duo français s’emparait de 5 points (le maximum) lors de trois sprints intermédiaires consécutifs. Ils pointaient en tête devant le Danemark et la Grande-Bretagne. Après le sprint 15, le Danemark avait repris les rênes de la course avec un point d’avance. Mais Thomas et Grondin maintenaient une avance de 6 points sur le duo britannique.

La Belgique se lançait dans un une tentative de remontée pour prendre un tour aux Britanniques et aux Français et passer devant au classement.

Mais le dernier sprint était déterminant et la Grande-Bretagne empochait les 10 points du dernier sprint et terminaient avec 40 points, ex æquo avec la France, passant devant au bénéfice du dernier sprint.

« Sur les trois derniers relais, je ne savais plus ce qu’il m’arrivait », déclarait Benjamin Thomas après la course au micro de France TV. « Je pédalais les yeux fermés et je donnais tout ce que j’avais en pensant à la ligne d’arrivée. Je savais que si on continuait à bloc jusqu’à la fin, on avait une médaille. Je n’y crois pas. »

Le bronze pour Thomas après la déception de l'omnium

Benjamin Thomas, qui avait échoué jeudi 5 août dans sa quête de médaille d'or sur l'omnium, repartant avec une frustrante quatrième place, s'était promis de ne pas quitter le Japon sans médaille.

« J'espère qu'on ira chercher une médaille, parce que je n'ai vraiment plus rien à perdre dans ces Jeux », avait-il lâché après sa défaite sur l'omnium.

Chef de file de la délégation française sur piste, dont il portait les principaux espoirs de médailles, Thomas est à 25 ans déjà un coureur d'expérience, même s'il a avoué que la pression particulière des Jeux Olympiques, qu'il découvre, lui avait sans doute coûté de l'énergie jeudi.

Double champion du monde de l'omnium (2017, 2020), il avait également décroché un titre mondial en américaine en 2017, mais à l'époque avec Morgan Kneisky, qui n'était que remplaçant à Tokyo.

Pour préparer ses Jeux, le coureur de l'équipe Groupama-FDJ a jonglé cette saison avec sa carrière sur route: « J'ai fait des stages sur piste tous les mois entre des épreuves sur route. C'est un peu compliqué de passer d'une discipline à l'autre, mais on a réussi à emboîter les deux programmes », avait-il raconté, estimant être arrivé au Japon « dans des conditions optimales ».

« Des JO réussis, avait-il dit, ce serait d'obtenir deux médailles », s'était-il avancé. Le Tarnais n'est pas allé tout à fait au bout de son rêve. Il devra reporter ses espoirs sur Paris 2024. Il aura alors 28 ans. 

Son complice Donavan Grondin était en revanche à 20 ans presque un néophyte des grands rassemblements. Il avait découvert le niveau mondial en 2019, avant la pandémie, et décroché une toute première victoire en américaine en Coupe du monde en novembre à Glasgow, déjà associé à Benjamin Thomas. 

Trois mois plus tard, le duo avait pris une prometteuse sixième place aux Mondiaux de Berlin, alors que Grondin n'avait que 19 ans.

Avec l'AFP

VIVEZ OLYMPIQUE. À 100 %.

Événements sportifs en direct gratuitement. Accès illimité aux séries. Les actualités et les temps forts olympiques en exclusivité
Inscrivez-vous ici Inscrivez-vous ici