Les États-Unis couronnés dans une finale de hockey sur glace des JOJ haletante

Photo de Paulina Golovina / IOC Young Reporters

Moins de deux minutes après avoir pratiquement touché le fond, il a fait triompher les États-Unis. Lui, c’est l’Américain Tyler Weiss qui a inscrit le but décisif dans les dernières minutes de la finale de hockey sur glace masculin des Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver de Lillehammer 2016.

Alors que les États-Unis gèrent un avantage d’un but (3-2) sur le Canada durant une finale époustouflante, Weiss met ses coéquipiers en difficulté en étant exclu pour un coup de crosse en fin de troisième tiers-temps.

Les États-Unis couronnés dans une finale de hockey sur glace des JOJ haletante

Ses compatriotes font alors tout pour contenir les assauts des Canadiens qui décident de retirer leur gardien pour ajouter un attaquant. C’est là que Weiss entre dans l’histoire.

À peine de retour sur la glace, dos au but vide, il pivote et envoie une frappe puissante dans les filets pour donner aux États-Unis un avantage de deux buts qui se finira en victoire 5-2.

« J’ai simplement envoyé le palet vers l’avant, je l’ai juste dégagé, raconte Weiss à propos de son but décisif. Je croyais que je nous avais coûté cher [en allant en prison] mais mes potes ont tenu bon. »

Weiss affiche un large sourire quand il baisse les yeux pour admirer la médaille d’or qui pend à son cou. « C’est le but le plus important que j’aie jamais marqué. Ce truc pèse plus lourd que moi. »

Les États-Unis couronnés dans une finale de hockey sur glace des JOJ haletante

Pleine à craquer à l’occasion de cette rencontre opposant les deux équipes d’Amérique du Nord, la Halle Kristins a été le théâtre de la dernière épreuve compétitive des Jeux Olympiques de la Jeunesse. Et le match n’a pas déçu.

Drew Deridder, le gardien des États-Unis, a réalisé les arrêts qu’il fallait et d’autres qui lui ont valu les applaudissements du public.

Les deux grands ennemis du hockey sur glace n’ont pas hésité à faire parler leur physique au cours d’une rencontre au rythme effréné.

Les États-Unis ont pris l’avantage en première période après un cafouillage des Canadiens devant leur cage. Les joueurs du Pays de l’Oncle Sam ont porté le score à 2-0 en début de deuxième période et quelques minutes plus tard, les Canadiens se sont vu refuser un but.

« Le juge de but a décidé qu’il n’y avait pas but alors qu’il l’avait d’abord accordé », explique l’entraîneur canadien Martin Raymond.

Le Canada a finalement marqué après 10 minutes en deuxième période pour réduire l’avance des États-Unis, mais ceux-ci ont récupéré leur avantage de deux buts moins de deux minutes plus tard.

À 3 minutes et 49 secondes de la fin du match, les Canadiens ont à nouveau réduit l’écart puis ont continué leur pressing incessant, mais un Deridder des grands jours a stoppé toutes leurs tentatives, surtout quand Weiss s’est retrouvé sur le banc de pénalité.

« Pour résumer, nous n’avons pas été aussi opportunistes qu’eux, analyse Raymond. Ils [mes joueurs] sont en train de pleurer dans les vestiaires. Ils sont déçus. Ça leur fait mal de perdre en finale. »

Le Canada avait disputé la finale de hockey sur glace pour la dernière fois à Lillehammer il y a 22 ans, pour le même résultat : la médaille d’argent après un revers 3-2 contre la Suède aux Jeux Olympiques d’hiver de 1994.

Cette deuxième médaille d’argent leur a cependant donné la motivation pour revenir. « La troisième fois sera la bonne », espère l’attaquant canadien Allan McShane.

Écrit par YIS / IOC ALAN ADAMS

Alan Adams est reporter au Service d’information des JOJ (Youth Information Service, YIS) de Lillehammer. Basé à Toronto, au Canada, il couvre l’actualité sportive depuis le milieu des années 1980, notamment cinq éditions des Jeux Olympiques d’hiver.