Les 5 dates clés de Kevin Mayer

Le décathlonien Kevin Mayer vient de décrocher sa deuxième médaille d’argent aux Jeux Olympiques. Mais quelles sont les cinq dates clés qui ont marqué la carrière du Français ?

Photo de Photo de Matthias Hangst/Getty Images

Kevin Mayer vient de remporter la médaille d’argent du décathlon aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020. Il est sans doute l’athlète le plus connu de ces dernières années dans sa discipline. Mais connaissez-vous le parcours du Français de 29 ans ? Tokyo 2020 vous le présente.

17-18 août 2016 : les Jeux de Rio

Quatre ans se sont écoulés depuis les JO de Londres 2012 auxquels il a participé alors qu’il n’avait que 20 ans et où il s’est placé 15e avec 7952 points. Entre temps, Mayer est devenu vice-champion d’Europe en salle en 2013, puis vice-champion d’Europe en plein air en 2014. Et s’il doit déclarer forfait pour les Championnats du monde 2015 en raison d’une blessure, il assure largement les minimas pour Rio en mai 2016.

Au Brésil, il bat plusieurs de ses records personnels : sur 100 m, sur 400 m et au saut à la perche. Quatrième après la première journée, il finit au final deuxième – vice-champion olympique – derrière l’intouchable américain Ashton Eaton en battant aussi le record de France (8834 pts), à 59 points du champion.

« J'ai réussi à titiller Ashton Eaton, c'était déjà une fierté », déclarait-il. « C'était une grande satisfaction de m'être montré à la hauteur de cet immense champion. »

11-12 août 2017 : la consécration mondiale

Un an plus tard, beaucoup de choses ont changé : Eaton a pris sa retraite sportive et Mayer est devenu champion d’Europe en salle de l’heptathlon. Il s’agit de son premier titre international, ce qui lui donne le statut de favori pour les Championnats du monde qui arrivent, surtout en l’absence d’Eaton.

Aux Mondiaux de Londres donc, il ne déçoit pas. Il bat son record personnel sur 100 m, sur 400 m et sur 110 m haies, et signe la meilleure prestation mondiale de l’année avec 8768 points. Un an après sa place de vice-champion olympique, à 25 ans, il est couronné champion du monde. C’est une première pour un Français.

15-16 septembre 2018 : le record du monde

Nous voilà désormais en septembre l’année suivante. Un peu plus d’un mois plus tôt, Mayer a abandonné dans le décathlon des Championnats d’Europe de Berlin après ses échecs au saut en longueur. Mais il a décidé de participer au Décastar de Talence, en Gironde.

Là encore, il bat des records personnels : au 100 m et en saut en longueur. Mais il se montre surtout impeccable dans toutes les disciplines et obtient le total incroyable de 9126 points, ce qui lui permet de pulvériser le record du monde. Il est aussi le premier décathlonien à dépasser la barre des 9100 points. Même « l’immense champion » Eaton n’avait jamais réussi à le réaliser et avait établi le record à « seulement » 9045 pts en 2015.

L’après record en dents de scie

L’année suivante, en 2019, Mayer participe aux Championnats du monde à Doha au Qatar. Mais c’est le désastre pour le décathlonien recordman. S’il bat encore ses records personnels sur 100 m et au lancer du poids, il est contraint d’abandonner, en pleurs, à cause d’une blessure au tendon d’Achille et aux ischio-jambiers qui le prive des pistes d’athlétisme pendant trois mois et demi.

En janvier 2020, il annonce être de retour même si son tendon continue de le gêner. Ainsi, pendant deux ans, il n’arrive à terminer aucun décathlon la faute à ces blessures récurrentes. Ce n’est qu’en décembre 2020 qu’il retrouve enfin ses pleines sensations. Et bon timing ! Lors du meeting de Saint-Paul à La Réunion, les 19 et 20 décembre, il réalise les minima pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2020. Ils étaient établis à 8350 points et en obtient 8552, la meilleure prestation mondiale de l’année.

« Je suis arrivé avec beaucoup d’incertitudes et c’était compliqué de se mettre dedans », disait-il à Tokyo 2020. « Terminer le décathlon a été une énorme libération. J’ai retrouvé toute ma confiance. »

En espérant pour lui que les blessures le laissent tranquille pour sa troisième participation aux Jeux Olympiques.

4-5 août 2021 : une deuxième médaille olympique au courage

En arrivant au Japon, Kevin Mayer ressent une gêne au dos. C’est ainsi diminué qu’il se présente aux premières épreuves du décathlon où il espérait décrocher l’or après l’argent à Rio 2016.

La première journée ne se passe pas comme il le souhaite et il pointe à la cinquième place après cinq épreuves. Au micro de France TV, il déclare : « Je vais aller au bout car je sais que je peux y aller. » C’est donc au courage qu’il entame la deuxième journée. Il se relance dans la course au podium lors du saut à la perche, puis confirme avec un record personnel au javelot qui lui permet de prendre la deuxième place.

Il ne la quittera plus, même après la dernière épreuve du 1500 m. Il termine avec 8726 points, derrière le Canadien Damian Warner, qui devient le premier décathlonien à passer la barre des 9000 points pour la première fois aux JO.

« J'ai pensé que j'allais abandonner et j'ai réussi à avoir une médaille d'argent une nouvelle fois », déclarait Mayer, soulagé. « La médaille d'or était beaucoup trop haute pour moi et je ne pouvais pas espérer mieux, je suis super content aujourd'hui. »

Revivez le décathlon de Kevin Mayer.