Le chemin des Red Lions vers l'or olympique

L'équipe belge de hockey sur gazon a remporté son tout premier titre olympique après avoir battu les Australiens en finale du tournoi olympique de Tokyo 2020. Une victoire qui intervient cinq ans après avoir remporté l'argent à Rio. Alors comment ces Lions se sont-ils parés d'or ?

Photo de Photo de Alexander Hassenstein/Getty Images

Il ne leur manquait que cette médaille olympique pour avoir la panoplie complète de la meilleure équipe du monde de hockey sur gazon, et les Red Lions l’ont fait.

Ce 5 août 2021, l’équipe masculine de Belgique a battu l’Australie, n°1 mondiale, en finale du tournoi olympique de Tokyo 2020. Un match qui s’est achevé sur une égalité 1-1 à la fin du temps réglementaire et qui s’est départagée au penalty shoot-out. Les joueurs de Shane McLeod ont été impériaux et surtout le gardien Vanasch qui a été sensationnel en offrant la victoire à son équipe avec un ultime arrêt face à Whetton.

Pourtant, après avoir terminé avec le bronze aux Championnats d’Europe cette année, suite à une défaite face aux Néerlandais en demi-finales, les Red Lions ne partaient comme les favoris absolus de ce tournoi olympique.

Pas de quoi inquiéter Adam Commens, le directeur de la haute performance de la fédération belge de hockey.

« Nous avons pour objectif ultime les Jeux Olympiques de Tokyo, donc notre but n'est pas d'atteindre le sommet lors des matchs précédents. Nous devrons gérer la charge de travail et chercher à construire notre façon de jouer. Notre intention sera la même que celle de toutes les autres grandes nations : atteindre le sommet à Tokyo », annonçait-il sur le site de la fédération après les Championnats d'Europe.

Alors comment les champions du monde de 2018 et champions d'Europe de 2019 ont réussi à devenir champion olympique cette année à Tokyo ?

Retour sur l’extraordinaire épopée des Lions en or.

Des phases de groupe (presque) parfaites

Les Red Lions ont entamé ce tournoi olympique de la meilleure des manières : en battant les Pays-Bas 3-1 dès leur premier match. Cette rencontre qui avait un petit air de revanche par rapport au quart de finale de l’Euro, a été maîtrisée par l’équipe belge qui a par la suite remporté presque tous ses matchs de groupe.

Et dans cette poule, battre ces équipes n’était pas une mince affaire. Après les champions d’Europe néerlandais, ils ont battu 3-1 l’équipe d’Allemagne, vice-championne d’Europe et médaillée de bronze à Rio. Puis les Red Lions ont dominé l’équipe sud-africaine 9 à 4 et l’équipe canadienne 9 à 1.

Seul les Britanniques ont réussi à faire frémir l’équipe belge qui a concédé un match nul 2-2. Mais la qualification pour les quarts de finale était l’objectif principal et en terminant premiers de leur groupe, les Belges ont rondement mené cette affaire.

Des joueurs de très haut niveau

Toutes ses réussites ne sont pas le fruit du hasard. Depuis l’arrivée de leur entraineur néo-zélandais Shane McLeod, le collectif se renforce et monte en puissance. Il a fait progresser le noyau dur de l’équipe avec des joueurs qui comptent plus de 200 sélections en équipe nationale et même plus, comme John-John Dohmen qui a dépassé les 400 sélections.

L’un de leurs meilleurs éléments qui a tout simplement été magistral durant ce tournoi est le gardien Vincent Vanasch. Il a déjà été élu Meilleur gardien de la Fédération Internationale de Hockey trois années de suite (2017, 2018, 2019) et vu ses prouesses à Tokyo, il est facile de comprendre pourquoi.

Une bonne défense c’est bien, mais couplée à une bonne attaque, c’est mieux. Et là encore, l’équipe belge n’a pas à rougir de ses attaquants comme l’immense Alexander Hendrickx auteur de 14 buts durant le tournoi et qui est le meilleur buteur de ces Jeux Olympiques.

Mais la force des Red Lions est aussi dans leur collectif et les images de célébration après le dernier shoot-out repoussé par Vanasch l’a bien prouvé : les Belges sont venus chercher une victoire collective.

Une finale qui restera longtemps dans les mémoires

Cette finale du tournoi olympique a fait passer les fans de hockey par toutes les émotions. Dès le premier quart-temps, la Belgique et l’Australie ont déployé beaucoup d’énergie pour tenter de faire basculer le match en leur faveur sans pour autant y arriver. Durant le deuxième quart-temps, la Belgique a pris le dessus avec trois tirs cadrés mais déviés par le gardien des Kookaburras.

L’ouverture du score par Florent van Aubel à la 32e minute a réveillé l’équipe d’Australie, qui s'est vue accorder un penalty corner dans la foulée. Mais Vanasch était sur le coup, permettant aux Red Lions de conserver leur avance d’un point avant l’entame du dernier quart-temps.

À la 47e minute, l’Australien Tom Wickham a égalisé avec un splendide smash dans le but belge. Ce score de 1-1, restera tel quel jusqu’à la fin du temps réglementaire.

De là, la terrible épreuve des penalty shoot-out a débuté. Huit secondes pour marquer un but en face à face avec le gardien adverse. La pression était grande pour les deux équipes.

La première tentative de Florent Van Aubel (AUS) a été repoussée par Vanasch.

À 2-2, Victor Wegnez (BEL) s’avançait vers le portier australien mais ce dernier a fait une faute sur l’attaquant Belge octroyant un penalty, tiré et transformé par Hendrickx portant le score à 3-2.

La dernière tentative australienne a été déviée par Vanasch mais, pendant leurs célébrations, l’arbitre a demandé un arbitrage vidéo, considérant que la crosse du gardien avait touché accidentellement Jacob Whetton. Le dernier shoot-out devait donc être rejoué.

Mais pas de quoi faire trembler le triple meilleur gardien du monde qui a dévié cette balle et fait gagner à son équipe son tout premier titre olympique en hockey sur gazon.