Journée olympique à Saint-Denis : Athlètes et fans réunis par le sport au Stade olympique de Paris 2024

Des milliers de personnes se sont rendus à l’événement ouvert au public en face du Stade de France, où des enfants ont pu essayer une trentaine de sports olympiques et paralympiques avec de grands athlètes.

Par Guillaume Depasse
Photo de CNOSF/KMSP

Un bel avant-goût des Jeux Olympiques de Paris 2024.

Ce dimanche 26 juin, les célébrations de la Journée olympique (23 juin) se poursuivaient devant le Stade de France à Saint-Denis, avec un événement exceptionnel.

À un peu plus de deux ans des prochains Jeux, le comité d’organisation des Jeux de Paris 2024 a organisé une journée d’initiation, avec plus d’une trentaine de sports olympiques et paralympiques à essayer, encadrés par des entraîneurs professionnels issus des Fédérations nationales.

Adultes et enfants ont pu essayer la lutte, le skateboard, le basket fauteuil, le BMX, le tennis ou encore l’aviron et la voile sur les rives du Canal de Saint-Denis.

Une journée sous le signe de la découverte, où des stars comme Camille Lacourt, Romane Dicko et Anne-Cécile Ciofani ont pu échanger avec leurs fans.

« Je suis tellement excité de voir cette atmosphère, deux ans avant les Jeux », a déclaré le président de Paris 2024 Tony Estanguet. « Pour les participants, c’est une chance unique de rencontrer les athlètes et de découvrir toutes ces disciplines qui seront au programme des Jeux Olympiques et Paralympiques. Ici, il y a tout : c’est spectaculaire avec les meilleurs athlètes français qui montrent le meilleur d’eux-mêmes, et c’est aussi une superbe opportunité d’essayer ces sports. Je me souviens quand j’étais enfant, j’ai eu la chance d’essayer plusieurs sports et je pense que c’est super. »

Tony Estanguet : « L’héritage d’une pratique du sport par un plus grand nombre »

Les célébrations de la Journée olympique étaient également une chance de mettre en exergue l’un des aspects les plus importants des Jeux : l’ouverture.

Des dizaines de milliers de participants se sont rendus devant le Stade de France, en famille ou entre amis, au milieu de 40 000 mètres carrés de terrain de jeu.

« Depuis le début, nous voulons des Jeux ouverts à la majorité de la population », commente Estanguet, faisant le parallèle avec la cérémonie d’ouverture des prochains Jeux qui se déroulera sur la Seine sous les yeux d’environ 600 000 spectateurs.

« Pour nous, le succès des Jeux de Paris 2024 passera par une célébration spectaculaire du sport mais également par l’héritage d’une pratique du sport par le plus grand nombre, en les engageant. »

« L’engagement fait partie de notre concept depuis le début, et c’est la raison pour laquelle nous organisons régulièrement des événements de ce type. Au Stade de France, mais également dans des écoles de 3 000 villes à travers la France. Cet engagement est fondamental pour ces Jeux. »

Anne-Cécile Ciofani : « J’espère que ça fait rêver et que ça donne espoir »

Les participants ont eu la chance de rencontrer des stars, enthousiasmées d’inspirer la nouvelle génération d’athlètes.

La judokate Romane Dicko, qui a remporté l’or en judo par équipes mixte à Tokyo 2020, ainsi que le bronze dans la catégorie des +78 kg, a été enchantée de la foule de Saint-Denis, après des Jeux de Tokyo 2020 sans spectateurs.

« C’est incroyable car à Tokyo, il n’y avait pas de public et voir l’excitation des Français pour les prochains Jeux, c’est génial. »

Même son de cloche pour Anne-Cécile Ciofani, médaillée d’argent en rugby à Tokyo 2020 qui a été élue meilleure joueuse du monde en 2021.

« J’ai fait du basket-fauteuil, et j’ai pu échanger avec des enfants, c’était très intéressant. On était tous au même niveau. »

« J’espère que ça fait rêver. C’est en tous cas l’effet que ça me faisait quand j’étais plus jeune et que je rencontrais mes idoles. J’espère que ça donne aussi espoir, montrer que c’est possible, tout simplement. Dans ma discipline, c’est toujours compliqué pour une femme, mais ça vient au fur et à mesure. Et j’espère qu’en croisant les filles sur le parvis qu’elles ont compris que c’était possible. »

Un autre point important a également été le mélange entre les sports olympiques et paralympiques.

« Ce qui était intéressant aujourd’hui, c’est d’avoir pu voir des sports pour valides et para-sports », a déclaré Jérôme, un ancien coach de basketball en fauteuil roulant. « Ce n’est pas parce qu’ils sont en fauteuil roulant qu’ils ne sont pas des athlètes. Ils s’entraînent de la même manière, très dur, deux fois par jour. Ce sont de véritables athlètes. »

« S’inspirer mutuellement »

Les enfants et les adolescents ont pu pratiquer leur passion et s’initier à d’autres sports, tout en rencontrant de nouvelles personnes. Comme Selma, une jeune footballeuse de Tremblay-en-France, en Seine Saint-Denis, qui a essayé le badminton, le canoë et le tennis de table. 

« Ce genre d’événement me donne envie de participer aux Jeux Olympiques », a-t-elle déclaré. « J’adore discuter avec beaucoup de gens. Rassembler autant de monde dans un seul endroit est superbe. »

Les participants ont également pu assister à de nombreuses démonstrations de BMX, de breaking ou de skateboarding, sur la scène principale où se trouvait un mur d’escalade et une rampe de skateboard. L’occasion de présenter les nouveaux sports olympiques au public, et faire découvrir leur culture.

« C’est un honneur que la France accueille le breaking à Paris », a confié Brice, un B-boy de Nantes qui s’est rendu à la Journée olympique pour participer à une compétition de breaking et faire partager sa passion, qui sera pour la première fois au programme olympique à Paris 2024.

« Je pense que c’est important que les athlètes viennent ici pour découvrir la culture de mon sport. On a pu échanger avec des gymnastes, qui ont un entraînement très strict, pour partager notre expérience. »

« On a pu s’inspirer mutuellement. »

VIVEZ OLYMPIQUE. À 100 %.

Événements sportifs en direct gratuitement. Accès illimité aux séries. Les actualités et les temps forts olympiques en exclusivité