Vision 20-20 : Hashimoto Daiki voit la lumière jusqu’à Paris 2024

Un an après Tokyo 2020, le champion olympique en titre du concours général de gymnastique artistique est déterminé à défendre son titre et à offrir l’or par équipe au Japon. Ce processus commence lors des Championnats du monde à Liverpool cet automne.

Par Shintaro Kano
Photo de 2021 Getty Images

« Je vois le chemin. »

Une véritable révélation pour le champion olympique de bientôt 21 ans.

Le champion olympique en question n’est autre que Hashimoto Daiki qui, il y a un an, le jeudi 28 juillet, a été sacré nouveau médaillé d’or du concours général masculin de Tokyo 2020.

Il a ainsi pris la relève d’Uchimura Kohei, double champion en titre et considéré comme le plus grand de la gymnastique masculine, qui ne prenait part qu’à la barre fixe en raison de l’usure de son corps, autrefois surhumain.

Le flambeau a officiellement été transmis. Depuis, Hashimoto l’utilise pour éclairer son chemin vers Paris 2024.

« Elle est passée à toute vitesse ». Tels sont les mots d’Hashimoto au sujet de l’année qui vient de s’écouler dans une interview exclusive accordée à Olympics.com avant le premier anniversaire des Jeux de Tokyo, le 23 juillet.

« Même après les Jeux de Tokyo, il y avait un grand nombre de compétitions. Je suis resté occupé et une année est passée avant que je ne m’en rende compte. »

« C’était tout simplement une année très intense. »

Hashimoto Daiki est devenu le plus jeune champion olympique du concours général masculin de tous les temps à 19 ans et 355 jours.
Photo de 2021 Getty Images

Hashimoto a également remporté l’or à la barre fixe - alors qu’Uchimura n’a pas même réussi à atteindre la finale - et aidé le Japon à s’adjuger l’argent de l’épreuve par équipe.

Il avoue qu’à ce jour, il continue de visionner ses performances de l’été dernier, alors qu’il se trouvait dans « une position » qu’il n’avait jamais connue auparavant.

Le spectacle qu’il a proposé à Tokyo est devenu sa référence personnelle, à tel point que, si bien exécuté, il a surpris Hashimoto en personne.

« Je sais maintenant à quel point j’étais concentré à ce moment-là », raconte le natif de la préfecture de Chiba dans le gymnase ultramoderne de son école, l’université Juntendo.

« Je le regarde assez souvent en réalité. À Tokyo, mon corps bougeait vraiment bien. J’avais le plein contrôle de mon corps. Quand c’est le cas, cela conduit naturellement à de bons résultats. »

« Je ne pense pas avoir fait la moindre erreur aux Jeux, c’est quelque chose qui ne m’était jamais arrivé dans aucune compétition. »

« Je suis encore surpris de la performance que j’ai livrée pendant les Jeux. »

Hashimoto a affirmé que sa capacité à transformer sa confiance en conviction lui a permis de bien se préparer mentalement pour Paris.

« Mon objectif était de gagner l’or olympique. Je savais que je pouvais le faire - et je l’ai fait », a-t-il rappelé.

« J’ai senti ma propre force, mes propres pouvoirs qui ont fait de moi le numéro 1 mondial. »

« Cela m’a donné la confiance nécessaire pour me battre alors que toute ma carrière est encore devant moi. »

« J’ai appris que si j’exploite mon plein potentiel, les résultats viendront d’eux-mêmes. »

« Et ce n’est pas juste parce que j’ai gagné l’or que je peux me reposer sur mes lauriers. Je dois continuer à travailler pour faire mieux. C’est ce que j’ai compris sur la marche à suivre. »

Un héritier en puissance

Hashimoto réfléchit beaucoup à l’heure de choisir ses mots, qu’il ne mâche pas et qui visent généralement juste comme une flèche.

Il a une façon bien à lui de faire passer son message, très direct, à l’instar de ce que faisait Uchimura pour répondre aux médias.

Hashimoto avait 19 ans lors de ses premiers Jeux, lors desquels il est devenu le plus jeune champion olympique du concours général masculin. Quant à sa médaille d’or à la barre fixe, c’est la toute première revenant au Japon en 37 ans.

Au mois d’octobre suivant, à l’occasion des Championnats du monde à Kitakyushu, au Japon - un mois auparavant, il participait aux championnats nationaux universitaires -, Hashimoto a terminé deuxième du concours général et à la barre fixe, un résultat tout à fait respectable.

Les distinctions individuelles commencent à s’accumuler pour Hashimoto. Et cela ne devrait pas se tarir au fil des années. Mais à l’heure de lui demander quels sont ses objectifs, il n’hésite pas le moins du monde.

Gagner l’épreuve par équipe, l’une des épreuves olympiques les plus populaires parmi tous les sports au Japon, est ce qu’il y a de plus important pour Hashimoto.

C’est qu’Hashimoto fait preuve d’une maturité et d’un altruisme transcendent son âge.

« Lors des Championnats du monde de cette année à Liverpool, nous avons l’équipe pour remporter l’épreuve. »

« Je veux que l’on remporte l’or par équipe, que l’on aille sur la plus haute marche du podium du concours général. »

« Nous n’avons pas réussi à gagner l’or par équipe ces dernières années. Nous devons nous rassembler et performer comme une équipe. C’est l’objectif. »

Hashimoto veut porter le Japon jusqu'à la médaille d'or de l'épreuve par équipe à Paris 2024.
Photo de 2021 Getty Images

J’y vois clair maintenant

Hashimoto se rappellera pour toujours de l’édition de Tokyo 2020. Pour réussir, il sait qu’il a fallu beaucoup de sacrifices de la part de gens qui n’ont rien gagné afin que les Jeux aient lieu. Tous les travailleurs en première ligne, les bénévoles, le personnel dans les coulisses… Il sait qu’ils ont rendu possible la tenue de Tokyo 2020.

Pour autant, Hashimoto n’a pas changé l’année dernière, ce malgré les médailles et l’attention nouvelle. Rien de tout cela ne lui est monté à la tête.

Les folies que les gens de son âge font ? Très peu pour lui. Lorsqu’il a fêté son 20e anniversaire le 7 août dernier, il s’est offert un portefeuille neuf, rien de plus, rien de moins.

Pour Hashimoto, l’héritage de Tokyo 2020 est indescriptible, car intangible et durable.

Il reste éveillé, ce qui lui permet de ne jamais oublier le chemin à suivre. Et grâce à cela, il peut se projeter vers Paris dans deux ans - sur la plus haute marche du podium, évidemment.

« Je me vois remporter l’or par équipe, l’or du concours général », promet Hashimoto.

« Mon plus grand objectif est d’améliorer ma performance de Tokyo. Si je peux le faire, je suis convaincu que je peux remporter à la fois l’épreuve par équipe et le concours général à Paris. »

« Bien entendu, les résultats et les objectifs sont le plus important. Mais la priorité, c’est de donner le meilleur de moi-même. »

« Alors, j’aurai présenté une meilleure version de moi-même. »

VIVEZ OLYMPIQUE. À 100 %.

Événements sportifs en direct gratuitement. Accès illimité aux séries. Les actualités et les temps forts olympiques en exclusivité