Découvrez les Français de NBA qui vont défier les USA

Pour réussir un exploit face aux États-Unis en finale, les Bleus peuvent compter sur 5 joueurs qui évoluent dans le prestigieux championnat américain.

Photo de Photo de Kevin C. Cox/Getty Images

Les basketteurs français vont tenter l'exploit historique de devenir champions olympiques pour la première fois, aux Jeux Olympiques de Tokyo, face à la Team USA, qui sera en quête d'un 4e sacre d'affilée.

Pour renverser l'ogre américain, les Bleus pourront compter sur des joueurs qui les connaissent bien... puisqu’ils évoluent en NBA !

Frank Ntilikina, Evan Fournier, Rudy Gobert, Nicolas Batum, Timothé Luwawu-Cabarrot...

Revue d'effectif des Français de NBA.

Frank Ntilikina

  • Âge : 23 ans
  • Club : New York Knicks (Free agent)
  • Poste : Meneur

Malgré son jeune âge, Frank Ntilikina est déjà bien rodé aux joutes de la NBA, avec 211 matchs au compteur chez les Knicks. Avec les Bleus, le natif d’Ixielle, en Belgique, a connu sa première sélection en août 2019.

L’équipe de France comptera sur lui pour densifier la défense bleue face à la puissance offensive américaine. Ses grandes mains toujours actives seront particulièrement utiles pour gêner les tireurs américains.

Evan Fournier

  • Âge : 28 ans
  • Club : Boston Celtics
  • Poste : Ailier/arrière

Fils de deux parents judokas de haut niveau, Evan Fournier a commencé le basket à 7 ans. Passé par Nanterre, Poitiers, Denver, Orlando et Boston, le Francilien est un leader, un joueur complet, et une pièce essentielle de l’équipe de France, une sélection dans laquelle il se transcende depuis ses débuts en Espoirs, en 2009.

Très à l’aise au tir, capable d’alterner le jeu, entre pénétrations et shoots, il est le meilleur marqueur français dans le tournoi olympique (19.2 points). II aura la charge de l’animation offensive face aux États-Unis.

Nicolas Batum

  • Âge : 32 ans
  • Club : Los Angeles Clippers
  • Poste : Ailier/ailier fort

Son contre face au Slovène Klemen Prepelic dans les toutes dernières secondes de la demi-finale face à la Slovénie est déjà rentré dans la légende du basket français. Mais Nicolas « Batman » Batum voudra aller plus loin et conquérir l’or, lui qui est le pilier de l’équipe de France depuis des années.

Face à l’armada américaine, il sera à la fois un taulier, un meneur d'hommes et un rempart en défense précieux, capable d'éteindre les velléité défensives des meilleurs joueurs de la planète.. « Ce ne sera pas évident. C'est n'est pas la même équipe qu'on a jouée il y a deux semaines. Ils ont pris le rythme et Kevin Durant, c’est Kevin Durant. J'en ai un peu bavé ce soir avec Luka (Doncic), je me retape l'autre dans deux jours... ». Une médaille d'or face à la meilleure équipe du monde est à ce prix.

Timothé Luwawu-Cabarrot

  • Âge : 26 ans
  • Club : Brooklyn Nets
  • Poste : Ailier/arrière

Joueur complet, Timothé Luwawu-Cabarrot représente un bel atout dans le jeu bleu en raison de sa polyvalence. Le natif de Cannes a livré un de ses meilleurs matchs en bleu face à la Slovénie mais sera mis à rude épreuve contre Team USA.

L'équipe de France comptera sur son agressivité, son intensité, ses qualités de tir et de course. « Je suis là pour défendre et mettre des tirs quand il faut, écouter ce que le coach et mes coéquipiers me demandent. Il y a des mecs qui ont beaucoup d’expérience dans cette équipe, et je suis aussi là pour apprendre. Mais aussi pour amener tout ce que j’ai », a-t-il souligné.

Rudy Gobert

  • Âge : 29 ans
  • Club : Utah Jazz
  • Poste : Pivot

Il sera la pièce maîtresse de la muraille défensive bleue. Excellent contreur, triple Meilleur défenseur de l'année NBA (2018, 2019, 2021), le Picard est également un joueur très mobile. Lui aussi a été excellent face à la Slovénie, où il sans doute livré son meilleur match du tournoi : 9 points, 16 rebonds, 4 contres

La star des Jazz est en train de vivre un vrai conte de fées au Japon. « Rien n’est impossible dans la vie. Quand j’ai commencé le basket, mon rêve c’était de battre les États-Unis en finale olympique. On l’a fait il y a deux ans au Mondial. Mais là, ce n’est pas pareil. C’est vraiment l’opportunité d’une vie ! Il faut apprécier ces moments, c’est pour ça qu’on joue au basket. »