Claire Bové - Laura Tarantola, un bateau qui avance à l’amitié

Claire Bové et Laura Tarantola vont tenter de remporter leur première médaille aux Championnats du monde d’aviron, à Racice en République Tchèque (18-25 septembre). Les deux rameuses françaises, médaillées d’argent à Tokyo 2020 en deux de couple poids léger, peuvent compter sur une relation spéciale pour avancer.

Par Nicolas Kohlhuber | Created 21 September 2022
Photo de 2022 Getty Images

Un titre de vice-championnes olympiques, deux médailles européennes, trois podiums en Coupe du monde : le palmarès de Claire Bové et Laura Tarantola en deux de couple poids léger est impressionnant. Et il pourrait être enrichi par une nouvelle médaille, ce samedi 24 septembre lors des Mondiaux d'aviron de Racice (CZE), où elles sont qualifiées en finale. Ce serait la première de leur carrière.

Pourtant, leur plus grand succès n’est peut-être pas sportif.

Les deux Françaises ont noué une amitié qui dépasse le cadre de l’aviron. Elles sont aussi complémentaires dans le bateau qu’en-dehors et c’est ce qui fait leur force.

« On a d'un côté le calme et de l'autre de la folie. On a d'un côté la technique et de l'autre côté une puissance magique : ce sont plein de petites choses qui vont ensemble et qui s’accordent », a expliqué Claire Bové dans une interview que les deux médaillées d'argent des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 ont accordé à Olympics.com.

Si elles ont appris à se connaître au fil des années, elles se souviennent parfaitement de leur première sortie ensemble. C’était pendant un stage, à l’hiver 2017. Laura Tarantola cherchait une nouvelle partenaire après l’arrêt de Camille Leclerc, son ancienne coéquipière, et Claire Bové intégrait le groupe senior après ses années juniors. Le staff tricolore a décidé de les associer et l’entente a été immédiate.

« C'était trop cool. Je me souviens que ça glissait, le bassin était parfait. Les coachs nous disaient des trucs puis ils ne disaient plus rien. On entendait juste la glisse, on était ensemble, on allait vite : c'était kiffant », se souvient la cadette du duo.

À l’époque, Laura Tarantola et Claire Bové étaient loin de s’imaginer truster les podiums internationaux. Même si elles se sont surprises à passer 1 300 m à l’avant de la finale A des Championnats d’Europe 2017, leur première sortie internationale terminée à la cinquième place, les réussites du couple nouvellement formé étaient d’abord humaines.

« On a commencé à ramer ensemble, on s'est dit c'est cool, on se fait plaisir, ça matche bien. On a appris à se connaître et ça allait de mieux en mieux, on s'entendait de mieux en mieux et on est devenues amies, à l'aviron et dans la vie de tous les jours. Au début, on ne se disait pas qu'on allait faire plein de médailles. »

L'émotion de Claire Bové et Laura Tarantola sur le podium des Jeux Olympiques de Tokyo 2020
Photo de GETTY IMAGES

Claire Bové et Laura Tarantola passent environ 200 jours par an ensemble

Cette relation est un véritable moteur pour le bateau français. Elles savent qu’elles peuvent compter l’une sur l’autre, pour célébrer les victoires en compétition comme pour se motiver à l’entraînement quand les conditions sont difficiles.

Les deux olympiennes forment une embarcation. Elles s’entraînent ensemble, mais surtout l’une pour l’autre. Ce travail au service de sa coéquipière permet de trouver l’envie même quand ce n’est pas évident.

« Il y a toujours ce petit mot positif de l'autre, quand il y en a une qui va un peu moins bien pour se pousser et ne pas rester toute seule dans notre mauvais mood quoi. C'est important de se soutenir quand ça ne va pas, c’est dans ces moments-là qu'on voit aussi la force de notre couple », avoue Laura Tarantola.

Au final, elles reconnaissent que les plus grandes difficultés ont eu lieu quand elles se sont retrouvées seules. À cause d’une blessure ou d’une blessure de l’autre. Dans leur duo, le doute est souvent provoqué par la solitude. Et comment pourrait-il en être autrement, alors qu’elles passent plus de la moitié de l’année ensemble ?

Entre les entraînements, les stages et les compétitions, Claire Bové et Laura Tarantola se côtoient environ 200 jours par an. Cette cohabitation pourrait être un défi, mais pas pour elles tant elles s’apprécient sincèrement.

« Une amitié est née et c'est cool de bien s'entendre comme ça. C'est aussi cool d'avoir des moments moins bien, des moments où on se prend la tête. C'est comme ça. On a la chance de se le dire, de ne pas en vouloir à l'autre quand ça va moins bien. On entend, on comprend et on passe à la suite, c'est hyper important. Maintenant, on se connaît tellement bien que l'on sait quand l'autre a besoin de ci ou de ça alors on essaie de compléter pour que ça se passe au mieux. »

Signe de leur incroyable entente, elles s’amusent même des moments de tension qu’il peut y avoir.

« Il y a des stages où on fait chambre à part pour être sûres de ne pas être ensemble toute la journée et d'être contentes de se retrouver le lendemain matin à l’entraînement », a avoué Laura Tarantola alors que Claire Bové s’en amusait en expliquant que faire profil bas et garder le sourire était la clé dans les rares mauvais jours.

À LIRE AUSSI : Comment se qualifier aux Jeux Olympiques de Paris 2024 en aviron

« Une étincelle d’amour »

Cette relation fusionnelle au quotidien l’est aussi d’un point de vue technique. Elles se font une confiance aveugle sur le bateau et parviennent à communiquer sans parler pour tirer le meilleur de leur duo.

Et s'il y avait quelque chose d'encore plus fort au sein du deux de couple poids léger français ? Claire Bové, qui trouve inconcevable de ne pas être amie avec une coéquipière, le pense. « Pour moi, à partir du moment où on s'entend bien qu'il y a du respect, de la confiance et qu'on est capable de lui donner 200 jours de son année, c'est qu'il doit y avoir une étincelle d'amour quelque part. »

Et il n’y a pas que sur l’eau que Claire Bové et Laura Tarantola entretiennent cette flamme. Elles se sont trouvées des centres d’intérêt communs autres que l’aviron et prennent le temps de se voir en-dehors des bassins.

L’automne dernier, quand elles ont pris du repos après la médaille d’argent aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020, les deux Françaises ont continué de se voir dans leur vie personnelle. Comme si 200 jours par an ensemble ne suffisaient pas.

Ces moments ont été particulièrement importants pour digérer une première expérience olympique qui les a encore plus soudées.

« Il y a tellement d'émotions, que ce soit en positif ou en redescente à la fin. On se rend compte que lorsqu'on est deux, on peut gérer, et ça nous a énormément rapprochées. Dans le positif, on peut multiplier cette émotion et quand ça redescend, on peut parler à quelqu'un qui comprend ce qui se passe pour ne pas se renfermer », explique Claire Bové au sujet de cette médaille qui les lie pour toujours.

La deuxième place derrière les Italiennes Federica Cesarini et Valentina Rodini en finale de Tokyo 2020 a fait rentrer Claire Bové et Laura Tarantola dans une nouvelle dimension. Et leur amitié aussi.

Consulter le programme des Championnats du monde d'aviron

VIVEZ OLYMPIQUE. À 100 %.

Événements sportifs en direct gratuitement. Accès illimité aux séries. Les actualités et les temps forts olympiques en exclusivité