5 choses à savoir sur Pascal Dion

Pascal Dion s'est fait remarquer pendant la Coupe du monde 2021/22 de short-track. Le Canadien a brillé dans les relais mais aussi dans les épreuves individuelles, terminant même la saison en tête du classement sur 1 000 m. Découvrez cinq choses à savoir sur l'athlète de 27 ans.

Par Nicolas Kohlhuber
Photo de 2018 Getty Images

Le Canada a été emmené par un leader inattendu pendant la Coupe du monde 2021/22 de short-track. Pascal Dion a été impressionnant en montant sur le podium à sept reprises dans trois épreuves différentes. Il a surtout frappé fort en terminant l'hiver à la première place du classement de la Coupe du monde sur 1 000 m et avec le relais hommes.

Le natif de Montréal a réalisé la meilleure saison de sa carrière à quelques semaines des Jeux Olympiques d'hiver de Beijing 2022. Révélation de l'hiver, il peut ambitionner une nouvelle médaille olympique en relais, mais peut-être aussi une consécration dans les épreuves individuelles.

Blessure, disette, études, exploits : découvrez tout ce qu'il faut savoir sur Pascal Dion.

Une saison exceptionnelle

Pascal Dion est dans la forme de sa vie ! Lors de la Coupe du monde 2021/22 de short-track, le Canadien est monté sur le podium à sept reprises. Si les deux médailles d'or en relais ne sont pas une surprise pour celui a régulièrement brillé au sein du quatuor à la feuille d'érable, ses exploits dans les épreuves individuelles sont beaucoup plus inattendus.

Avant de finir troisième du 1 000 m à Pékin et à Nagoya puis deuxième du 1 000 m et du 1 500 m à Debrecen, le natif de Montréal n'avait terminé qu'une fois sur le podium d'une course individuelle en Coupe du monde : en décembre 2016 à Gangneung avec une deuxième place sur 1 000 m.

Pour mettre fin à une disette de presque cinq ans, le short-trackeur de 27 ans a commencé l'hiver en gagnant une médaille de bronze à la photo-finish. À Pékin, il n'a eu qu'un millième de seconde d'avance sur Kazuki Yoshinaga, le quatrième.

Une saison blanche à cause du Covid-19

Ce début de saison canon est encore plus incroyable quand on sait que Pascal Dion n'a pas participé à la moindre course l'hiver dernier. Avant la reprise de la saison à Pékin le week-end du 23 octobre 2021, sa dernière participation à une Coupe du monde remontait à février 2020.

Juste avant la pandémie de Covid-19, il avait participé à la victoire du relais canadien à la Coupe du monde de Dordrecht. Ensuite, le calendrier international a été largement impacté par les mesures sanitaires et le Canadien n'a pas été retenu pour les Championnats du monde 2021.

« J’avais bon espoir d’y aller, peut-être même faire les distances individuelles. Ça aurait été la seule compétition de l’année et je n’ai pas pu la faire. Ça a été difficile sur la motivation. J’ai décroché un peu », a expliqué à La Presse celui qui avait dû rater trois semaines d'entraînement après avoir été positif au Covid-19.

À LIRE AUSSI : Cinq choses à savoir sur le short-track aux Jeux Olympiques d'hiver de Beijing 2022

Une médaille olympique à PyeongChang 2018

Pascal Dion est un spécialiste des rendez-vous olympiques. En décembre 2016, il est monté sur son premier podium individuel en Coupe du monde à Gangneung, lors de l'épreuve test de PyeongChang 2018. En octobre 2021, le Canadien a remis ça au Palais Omnisports de la Capitale à Pékin dans l'épreuve test de Beijing 2022.

Mais surtout, entretemps, le Québécois a décroché une médaille aux JO d'hiver de PyeongChang 2018. Avec Samuel Girard, Charle Cournoyer et les frères Hamelin, il a remporté la médaille de bronze en relais hommes.

En finale, l'équipe à la feuille d'érable a longtemps fait la course en tête après la chute d'un membre de l'équipe coréenne. Dans les derniers tours, la Hongrie et la République populaire de Chine ont finalement dépassé Pascal Dion & co pour prendre les deux premières places. Le Canada a dû se contenter du bronze en terminant à moins de quatre dixièmes du titre olympique.

Il a perdu un litre de sang sur la glace

En 2014, Pascal Dion a été victime d'une blessure spectaculaire. Lors d'une course à Richmond, il est tombé avec Yoan Gauthier. Ce dernier n'a pas réussi à l'éviter et lui a profondément entaillé le dos avec les lames de ses patins.

Malgré le sang qui a rapidement coulé sur la glace, le short-trackeur a bien réagi pour être immédiatement pris en charge par les médecins. Le futur médaillé olympique a perdu environ un litre de sang et avait un muscle du bas du dos sectionné. Il a eu besoin d'une dizaine de points de suture et d'une longue période loin de la patinoire pour récupérer.

Celui qui n'avait que 20 ans au moment de cet incident s'est rapidement relevé et a pu reprendre sa progression. « Ça m’a permis de revenir plus fort. Quand je suis revenu après quatre mois à l’écart, j’étais plus motivé que jamais », avait-il confié à RDS.

À LIRE AUSSI : Quelles sont les différences entre le short-track et le patinage de vitesse ?

Un diplôme de kinésiologie et des études dans la finance

Pascal Dion a été diplômé de l'Université du Québec à Montréal en 2018. Mais ses études ne se sont pas arrêtées après trois ans en kinésiologie (étude de la physiologie du mouvement). En 2019, le Québécois a entamé un nouveau parcours à l'Université Concordia. Le short-trackeur s'est reconverti dans la finance.

L'obtention de ce nouveau diplôme l'a notamment occupé l'hiver dernier, quand il n'a pas participé à la moindre compétition internationale. Ce retour sur les bancs de l'université lui a permis de trouver un nouvel équilibre qui l'aide à performer. « L’école est l’une des choses qui m’aident beaucoup. C’est fun de rencontrer des gens qui font autre chose. Je reviens à l’aréna et toute ma tête es là », a expliqué l'athlète à La Presse.

VIVEZ OLYMPIQUE. À 100 %.

Événements sportifs en direct gratuitement. Accès illimité aux séries. Les actualités et les temps forts olympiques en exclusivité