Comment Chloe Kim et Eileen Gu ont utilisé les Jeux Olympiques de la Jeunesse comme un tremplin vers le succès

Grâce aux Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver (JOJ), les athlètes ont l’opportunité d’avoir un avant-goût de la vie olympique avec la pression grandissante et la sollicitation médiatique de plus en plus présente. Certains des sportifs qui seront présents à Beijing 2022, sont passés par la case JOJ, et d’aucuns y ont même remporté les lauriers olympiques.

Par Olympics.com

Depuis sa toute première édition en 2012, les Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver (JOJ) ont servi de véritable tremplin pour des athlètes comme Chloe Kim et Eileen Gu pour devenir des superstars dans leur discipline.

Les graines d’athlètes y ont un avant-goût de la compétition olympique, avec le stress d’affronter certains des meilleurs sportifs en devenir de leur discipline, la pression médiatique et la vie dans le village olympique. Les Jeux Olympiques de Beijing 2022, qui débuteront le 4 février, verront de nombreux médaillés des JOJ, prendre part aux compétitions.

Comme par exemple, la superstar américaine Chloe Kim, qui a remporté l’or en snowboard halfpipe à PyeongChang 2018 et qui détient à son nom, le meilleur score de l’histoire de la discipline lors de son épopée pour gagner deux titres aux JOJ de Lillehammer 2016.

« L’expérience aux Jeux Olympiques de la Jeunesse est très utile car elle permet d’avoir une meilleure idée de ce que seront les Jeux d’hiver », avait-elle expliqué à Olmypics.com.

Plus récemment, la skieuse acrobatique chinoise Eileen Gu, l’une des stars de Lausanne 2020, s’est confiée sur son expérience des JOJ, durant lesquels elle a remporté l’or en halfpipe et en big air sans oublier une médaille d’argent en slopestyle.

« C’était la première fois que je participais à trois épreuves lors d’une même compétition et devoir vraiment jongler entre les différents entraînements et les enchainement d’épreuves », a-t-elle déclaré. « Je pense que cette expérience de devoir gérer la pression durant toute une semaine non-stop m’a beaucoup appris. Savoir gérer la pression est probablement la chose la plus importante pour les athlètes. Les Jeux Olympiques de la Jeunesse m’ont préparée pour cela. »

Aux JOJ d'Innsbruck 2012, le skieur Autrichien Marco Schwarz a été sacré triple champion olympique à tout juste 16 ans, avant qu’il ne devienne la légende du ski alpin qu’il est aujourd’hui.

« J’ai énormément appris de ces JOJ », expliquait-il. « Ce n’est pas facile de se concentrer lors de ce genre de compétition. Je n’avais que 16 ans et c’était la première fois que j’avais à faire à autant de sollicitations médiatiques. Cela m’a beaucoup aidé pour la suite de ma carrière. J’ai appris à me concentrer sur ce qui était le plus important et à ne pas avoir des attentes trop élevées. Après Innsbruck 2012, ma carrière a vraiment décollé. Je dirais que les JOJ ont été le départ de ma carrière. Ensuite j’ai rejoint l’équipe de ski de la Fédération autrichienne. C’est à ce moment là que j’ai commencé les Coupes d’Europe et un an plus tard, je faisais mes premiers pas en Coupes du monde. »

Durant la même édition des JOJ, la patineuse de vitesse Néerlandaise Suzanne Schulting, qui a remporté l’or en 1 000 m à PyeongChang 2018, a réussi à repousser ses limites et profiter des JOJ en même temps.

« C’était vraiment chouette », se souvient-elle. « J’ai vraiment essayé de donner mon maximum, mais c’était surtout du plaisir. Toute ma vie, j’ai combiné la piste longue et la piste courte. Durant ces jeux, j’ai eu l’occasion de faire les deux disciplines et je me suis dis "Ok, je pense que je peux être meilleure sur piste longue." Donc j’ai pris la décision de me lancer dans le patinage de vitesse. Aux JOJ, on est très jeune, donc on est juste content de tout. »

Marco Schwarz en route vers l'argent par équipes aux Jeux Olympiques de PyeongChang 2018.
Photo de 2018 Getty Images

Andreas Wellinger est également un ancien olympien de la jeunesse qui a atteint les sommets olympiques de son sport, dans tous les sens du terme. Le sauteur à ski allemand, qui a remporté l’or en individuel et l’argent par équipes à PyeongChang 2018, et l’or par équipe à Sotchi 2014, a dit d’Innsbruck 2012 :

« C’était une expérience incroyable pour moi, d’aller aux JOJ à Innsbruck. » Convaincu des bénéfices que les JOJ peuvent apporter aux jeunes athlètes, Wellinger a soutenu l’édition de Lausanne 2020, endossant même le rôle de représentant de l’événement : « Faire partie des représentants des Jeux Olympiques de la Jeunesse était un honneur ! J’ai vécu une superbe expérience et je souhaite tout le meilleur aux athlètes pour leur carrière à venir. »

Ce ressenti est partagé par l’Américain Alex Hall, médaillé d’argent en snowboard slopestyle à Lillehammer 2016.

« L’esprit de camaraderie était très fort lors de cet événement et on s’est beaucoup intéressé à des sports auxquels on ne prête pas forcément attention habituellement », a-t-il déclaré. « C'était chouette de suivre les autres disciplines et cela faisait du bien d'avoir cet esprit d’équipe. C'était cool de faire partie d'un événement de cette envergure, parce qu’avant les JOJ, je n’avais jamais été dans de telles compétitions. C'était unique de bien des façons et cela m'a aidé à ouvrir les yeux sur ce qui m’attendait par la suite. »

Les prochains JOJ se tiendront à Gangwon, en République de Corée, du 19 janvier au 3 février 2024. Cette édition se basera sur les fondations de l’héritage des Jeux olympiques d’hiver de PyeongChang 2018, avec l’énergie des futurs athlètes.

La compétition vera près de 1 900 compétiteurs, repartis dans 81 épreuves au sein de quatre sites olympiques. Il y aura également deux villages olympiques et de nombreuses innovations qui seront révélées d’ici la cérémonie d’ouverture.

LOVE FREESTYLE SKIING? GET ALL THIS.

Olympic Winter Games news. Curated highlights. Personalised updates.