Ce que nous avons appris : Bilan de l'Athlétisme aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020

Des records du monde aux exceptionnel doublés en or, retour sur les moments les plus mémorables de l’athlétisme à Tokyo 2020, ainsi qu’un récapitulatif des médaillés et une projection vers Paris 2024.

Photo de 2021 Getty Images

L’athlétisme a été le théâtre de tant de moments forts qu’il serait impossible de leur rendre justice dans un seul article.

Pêle-mêle, il y a eu les records du monde de Yulimar Rojas, Sydney McLaughlin et Karsten Warholm, les doublé en or d’Elaine Thompson-Herah et de Sifan Hassan, ainsi que les deux médailles d’or sur 400m des Bahamas avec Steven Gardiner et Shaunae Miller-Uibo.

Mariya Lasitskene, l’une des plus grandes sauteuses en hauteur de l’histoire, a finalement été sacrée championne olympique, alors que l’épreuve masculine a été le théâtre d’un moment magique quand Mutaz Essa Barshim et Gianmarco Tamberi se sont partagés la médaille d’or.

Il y a également eu des surprises, à l’image du sacre de la Pologne sur le premier relais mixte olympique du 4x400m, ou de la victoire de l’outsider italien Marcell Jacobs, qui a succédé à Usain Bolt comme champion olympique du 100m masculin.

Jacobs a même décroché une seconde médaille d’or sur le relais 4x100m masculin, grâce à un ultime relais de feu de Filippo Tortu pour subtiliser la victoire à la Grande-Bretagne.

Sur le 110m haies, Hansle Parchment a surpris Grant Holloway. Le Jamaïcain peut remercier le bénévole qui lui a donné de l’argent afin qu’il prenne un taxi en direction du stade, après qu’il se soit trompé de bus.

Le résultat en est cette touchante histoire.

Nafissatou Thiam et Ryan Crouser ont réussi à conserver leur couronne de Rio 2016, Anita Wlodarczyk a réalisé l’exploit de remporter pour la troisième fois le concours de lancer de marteaux féminin à 36 ans, tandis que Mondo Duplantis a rejoint Sergey Bubka au firmament de la perche masculine avec l’or olympique.

Jasmine Camacho-Quinn a offert la seconde médaille d’or de l’histoire de Porto Rico en s’adjugeant le 100m haies, alors qu’Andre De Grasse est finalement monté sur la plus haute marche du podium sur le 200m masculin.

Damian Warner a doublé la mise pour le Canada en devenant le quatrième homme à passer la barre des 9000 points en décathlon. Il s’est imposé avec un nouveau record olympique à la clé de 9018 points.

Le Kenya a également été doublement à la fête sur le marathon, Eliud Kipchoge et Peres Jepchirchir décrochant l’or à Sapporo, dans le nord de la capitale japonaise. Pour en savoir plus sur les meilleurs moments du marathon, rendez-vous ici.

Le relais féminin du 4x400m a permis à Allyson Felix de dépasser Carl Lewis en tant que spécialiste US de l’athlétisme le plus titré de l’histoire olympique. Sinon, Athing Mu, âgé de 19 ans, a offert à la nation hôte un magnifique succès sur le 800m.

De plus, l’Inde a remporté sa première médaille d’or olympique en athlétisme grâce à Neeraj Chopra au lancer du javelot masculin. Autre première, Peruth Chemutai est devenue la première Ougandaise à remporter l’or sur le 3000m steeple, tandis que son compatriote Joshua Cheptegei a lui amassé médaille d’or et médaille d’argent.

Poursuivez votre lecture pour en savoir plus sur les moments les plus mémorables, le nom des médaillés et de ceux qui seront à surveiller à Paris 2024.

Les 5 meilleurs moments de l'athlétisme à Tokyo 2020

Voici certains des temps forts des Jeux Olympiques de Tokyo 2020, qui se sont tenus en 2021.

1: Sept minutes de magique olympique

Lors de la troisième journée de l’athlétisme à Tokyo 2020, Yulimar Rojas a accompli son destin au triple saut.

D’ores et déjà assuré de remporter l’or olympique, la double championne du monde vénézuélienne s’élance pour le dernier saut de la compétition.

Sans la moindre pression, elle effectue un premier saut incroyable, puis un second plus court, avant d’enchaîner par un troisième historique : elle vient de battre le record du monde d’Inessa Kravets de 15,50m, un record qui remontait à 1995 !

Rojas enlace alors sa partenaire d’entraînement, et médaillée de bronze, Ana Peleteiro, puis court partout et crie de joie à l’annonce de la distance record de 15,67m.

Le record du monde d'Yulimar Rojas à Tokyo
Photo de 2021 Getty Images

Pendant le même temps, le concours épique du saut en hauteur masculin touche à sa fin.

Mutaz Essa Barshim et Gianmarco Tamberi n’ont toujours pas commis la moindre faute au moment où la barre est élevée à 2,39m, alors que Maksim Nedasekau reste également dans la course à l’or après avoir passé 2,37m, un nouveau record national de Biélorussie.

Les trois athlètes enchaînent coup sur coup trois échecs, ce qui contraint Nedasekau à se contenter du bronze après deux échecs sur des essais précédents.

Suite à la troisième tentative infructueuse de Tamberi, la compétition en tant que telle prend fin. Alors qu’ils discutent avec un officiel du règlement prévu en cas de barrage pour l’or, l’Italien et Barshim se congratulent.

Très exactement sept minutes après l’entrée de Rojas dans les livres des records, ce mémorable échange se produit autour de la piste :

Officiel : Nous pouvons continuer avec un barrage…

Barshim : Peut-on avoir deux médailles d’or ?

Officiel: C’est possible…

Barshim (à Tamberi): C’est l’histoire mon ami. Des champions olympiques.

Alors que ces deux très proches amis célèbrent leur victoire, des millions de téléspectateurs aux quatre coins du monde se retrouvent avec la gorge nouée.

Ce moment passe immédiatement à la postérité comme l’incarnation même de l’esprit si fondamental des Jeux Olympiques.

2: Karsten Wow-holm frappe à nouveau !

Après une année à le tutoyer, Karsten Warholm a finalement réussi à battre le record du monde du 400m haies lors du meeting de la Diamond League d’Oslo en juillet dernier.

Ce jour-là, le double champion du monde franchit la ligne d’arrivée en 46,70, soit huit centièmes de moins que le temps de Kevin Young lors de la finale de Barcelone 1992.
Tout juste un mois plus tard, le Norvégien a envoyé aux oubliettes cette marque.

Warholm et son principal adverse, Rai Benjamin, ont tout d’abord traversé sans encombre leur demi-finale, le Norvégien s’offrant le meilleur temps de 47,30 après un léger sprint.

Les prémices d’une grande finale sont posées. Il n’empêche, la finale a dépassé toutes les attentes.

Warholm s’élance avec son style caractéristique des blocs, alors que dans le couloir intérieur juxtaposé, Benjamin le suit comme son ombre.

Sur l’avant-dernière haie, l’Américain semble pouvoir concurrencer son vis à vis, mais Warholm arrive à donner un dernier coup de collier pour s’envoler jusqu’au titre de champion olympique.

Quand le chronomètre s’arrête, le stade semble médusé. Au 45,94 qui apparait suit le cri de joie propre aux Vikings de Warholm, qui déchire son maillot à l’instar de Superman.

Il vient d’abaisser de trois quarts de seconde son précédent record du monde, que Benjamin bat également de plus d’une demi-seconde pour terminer en 46,17.

Derrière eux, le Brésilien Alison dos Santos réussit un incroyable retour pour s’offrir la médaille de bronze en 46,72, soit à deux centièmes tout juste du précédent record du monde de Warholm, et compléter la plus grande course de 400m haies de tous les temps.

Après son sacre, Warholm déclare : « J’ai toujours dit que la course parfaite n’existait pas. Mais celle-là s’en rapproche vraiment je pense ».

Mais la plus belle sortie reste celle de Benjamin : « Si vous m’aviez dit que j’allais courir en 46,1 et perdre, je vous aurais probablement frappé et vous auriez dû sortir de la pièce. Je suis heureux de faire partie de l’histoire ».

3: Le triplé d'Elaine Thompson-Herah en sprint

À Tokyo, Elaine Thompson-Herah est devenue la première femme à réussir un ‘double-double’ en sprint lors de deux éditions des Jeux consécutives.

La sprinteuse de 29 ans se montre intraitable sur le 100m, dépassant sa seule grande rivale Shelly-Ann Fraser-Pryce aux 70 mètres pour établir un nouveau record olympique en 10,61, le second temps le plus rapide de l’histoire.

Le triomphe de Thompson-Herah est sans appel, à tel point qu’elle peut se permettre de crier de joie cinq mètres avant de franchir la ligne d’arrivée !

Après une demi-finale en forme de démonstration de force, la finale du 200m s’annonce alors comme une promenade de santé. Un scénario prévisible qui, inévitablement, se produit sur la piste de Tokyo, où elle réalise encore une fois le second meilleur chrono de l’histoire de la distance - derrière la regrettée Florence Griffith-Joyner. Par la même, elle égale son doublé en sprint de Rio.

Un doublé qui se transforme même en triplé lorsque, avec ses compatriotes et médaillées du 100m Fraser-Pryce et Shericka Jackson, ainsi qu'avec Briana Williams, elle remporte la médaille d’or du relais 4x100m féminin.

Tout est rentré dans l’ordre à Tokyo pour la Jamaïcaine, qui a passé une grande partie de ses quatre dernières années à lutter contre des problèmes physiques au mollet et au tendon d’Achille.

Elaine Thompson remporte le 100m
Photo de 2021 Getty Images

4: Neeraj Chopra apporte de la joie à l'Inde

Le concours du lancer de javelot devait se résumer à une aventure en solitaire. En effet, depuis le début de saison, seul un homme avait réussi à lancer au-delà des 90m, qui plus est à sept reprises : Johannes Vetter.

En 2021, la meilleure marque de Vetter atteint même les 96,29m, soit sept mètres de mieux que tout le reste des concurrents.

Mais les Jeux Olympiques sont une autre histoire et l’ont encore prouvé. Car dès les qualifications, l’Allemand semble plus humain que jamais, devant s’y reprendre à trois fois pour atteindre la marque de qualification automatique des 83,50m.

C’est tout le contraire que vit Neeraj Chopra, qui termine en tête des qualifications dès sa première tentative à 86,65m.

Depuis son indépendance, l’Inde n’a jamais remporté une médaille olympique en athlétisme. Une si longue disette qui n’a fait que renforcer la motivation de Chopra pour cette compétition.

La médaille d’or parait d’autant plus envisageable que le jeune athlète de 23 ans lance sa finale de la meilleure des manières, avec un premier jet à 87,03m, puis un second à 87,58m.

En face, Vetter reste empêtré dans ses doutes. Si bien qu’après un premier lancer à 82,52m, il rate les deux suivants pour se retrouver à la neuvième place du concours, une place synonyme d’élimination.

Même si Chopra n’arrive pas à améliorer sa meilleure marque, cela ne prête pas à conséquence, puisque seul le Tchèque Jakub Vadlejch, avec un lancer à 86,67m, semble en mesure de le concurrencer.

Alors quand l’ultime essai de Vadlejch n’atteint pas les 80m, Chopra exulte : il devient le deuxième champion olympique indien dans un autre sport que le hockey sur gazon, le tireur Abhinav Bindra restant à jamais le premier à Beijing 2008.

Ce sacre a été célébré à sa juste valeur par la nation au plus d’un milliard d’habitants, où Chopra vient de rejoindre un statut autrefois réservé aux meilleurs joueurs de cricket d’Inde.

Neeraj Chopra avec son drapeau à Tokyo
Photo de 2021 Getty Images

5: L'endurance sans limite de Sifan Hassan

Un programme de six courses en huit jour (trois 1500m, deux 5000m et un 10,000m) serait impossible à tenir pour le commun des mortels.

C’est à croire que Sifan Hassan n’est pas mortelle.

Deux jours après les séries du 5000m, la Néerlandaise annonce qu’elle vise un triplé jamais réalisé en demi-fond à Tokyo.

Tout juste 24 heures plus tard, Hassan connait son premier pépin quand elle chute à un tour de l’arrivée de sa série du 1500m.

Imperturbable, elle se relève, remonte en un rien de temps le peloton et se place aux côtés des leaders, avant de franchir la ligne d’arrivée la première.

Ce soir là, elle remporte aisément la médaille d’or du 5000m.

Malheureusement pour elle, le 1500m s’avère hors de sa portée, Faith Kipyegon réussissant à conserver son titre avec, à la clé, un nouveau record olympique, et Laura Muir la devançant au finish pour la médaille d’argent.

Sans avoir le temps de gamberger, elle ne dispose que de 24 heures de repos avant de terminer ses Jeux par le 10,000m, qu’elle admet aborder avec le corps « très fatiguée ».

Et pourtant, elle trouve les ressources pour suivre le rythme de Letesenbet Gidey, en tête depuis le début de la course et, accessoirement, recordwoman du monde. Dans le dernier tour, elle produit son effort et court jusqu’à sa seconde médaille d’or, agrémentée d’une de bronze, à Tokyo.

Une fin de course incroyable qui la voit courir ses 100 derniers mètres en 13,6 secondes, soit plus rapidement que le champion masculin du 1500m Jakob Ingebrigtsen et la médaillée d'or féminine du 800m Athing Mu (14,0).

Après être allé au bout d’elle-même, Hassan est un temps prise en main par les secouristes, avant de pouvoir faire un tour d’honneur amplement mérité : elle vient de réaliser l’un des plus grands exploits de l’histoire du demi-fond.

Sifan Hassan avec son drapeau célèbre son 10,000m
Photo de 2021 Getty Images

Un dernier regard

Allyson Felix dit adieux à la compétition non seulement comme l’Olympienne la plus titrée de l’histoire de l’athlétisme, mais également comme l’Américaine ayant remporté le plus de médailles olympiques en athlétisme.

Sa médaille de bronze en individuel sur le 400m et celle en or du relais 4x400m font grimper son total à 11 médailles, soit deux de plus que Merlene Ottey, et une de plus que Carl Lewis.

Elle sera vite rejointe par une autre mère, Shelly-Ann Fraser-Pryce, qui a d’ores et déjà annoncé qu’elle mettrait un terme à sa carrière après les Championnats du Monde 2022 à Eugene.

La ‘Mommy Rocket’ (‘Maman-Fusée’, en français) a remporté l’or du relais en sprint à Tokyo, qui vient rejoindre ses titres sur 100m de Beijing 2008 et Londres 2012.

Compte tenu des problèmes qui ne cessent de la gêner au tendon d’Achille, rien n’indique que sa coéquipière Elaine Thompson-Heras sera de la partie à Paris 2024.

Et ces Jeux Olympiques n’auraient-ils pas été les derniers de Wayde van Niekerk ? L’homme qui avait stupéfié le monde entier sur le 400m de Rio 2016 a enchaîné les blessures ces trois dernières années. Il aura 32 ans à Paris.

Allyson Felix après son titre sur 4x400m
Photo de 2021 Getty Images

Bonjour Paris

L’avenir appartient à tous les auteurs de records du monde à Tokyo. Parmi Warholm, McLaughlin et Rojas, la Vénézuélienne est la plus « vieille » du haut de ses 25 ans.

Vainqueur de la médaille de bronze du 200m, Noah Lyles espérait mieux, mais il n’a que 24 ans et encore quelques Jeux Olympiques devant lui pour prétendre au titre suprême.

Pour la spécialiste du demi-fond Sifan Hassan, âgée de 28 ans, l’apogée de sa carrière est encore devant elle. Une idée pas loin d’être effrayante compte tenu de tous ses exploits.

Seule femme à l’avoir battu à Tokyo, Faith Kipyegon racontait à Olympics.com en septembre dernier qu’elle voulait conserver sa couronne du 1500m avant de se tourner vers le 5000m.

Alors qu’elle a déjà réussi son premier défi, le second pourrait donner lieu à un affrontement savoureux à Paris.

Et pour Mondo Duplantis ? Le champion olympique suédois du saut à la perche et recordman du monde n’a que 21 ans et tant d’exploits à accomplir.

Mondo Duplantis à Tokyo
Photo de 2021 Getty Images

Quand et où regarder les replays de l'athlétisme sur Olympics.com

La réponse est ici: olympics.com/tokyo2020-replays

Quand est-ce que les athlètes reprendront la compétition ? do the top track and field athletes compete next?

La Diamond League reprend ses droits à Eugene le 21 août.

Les installations de l’Oregon ont été témoins de chronos ultra rapide lors des qualifications olympiques américaines. L’an prochain, elles accueilleront les Championnats du Monde reportés.

D’autres meetings sont également prévus à Lausanne (26 août), Paris (28 août) et Bruxelles (3 septembre), tandis que la finale se tiendra à Zurich les 8 et 9 septembre.

Liste complète des médaillés de l'athlétisme à Tokyo 2020

100m hommes

Or – Marcell Jacobs (ITA)

Argent – Fred Kerley (USA)

Bronze – Andre De Grasse (CAN)

200m hommes

Or – Andre De Grasse (CAN)

Argent – Kenny Bednarek (USA)

Bronze – Noah Lyles (USA)

400m hommes

Or – Steven Gardiner (USA)

Argent – Anthony Zambrano (COL)

Bronze – Kirani James (GRN)

800m hommes

Or – Emmanuel Korir (KEN)

Argent – Ferguson Rotich (KEN)

Bronze – Patryk Dobek (POL)

1500m hommes

Or – Jakob Ingebrigtsen (NOR)

Argent – Timothy Cheruiyot (KEN)

Bronze – Josh Kerr (GBR)

5000m hommes

Or – Joshua Cheptegei (UGA)

Argent – Mohammed Ahmed (CAN)

Bronze – Paul Chelimo (USA)

10,000m hommes

Or – Selemon Barega (ETH)

Argent – Joshua Cheptegei (UGA)

Bronze – Jacob Kiplimo (UGA)

110m Haies hommes

Or – Hansle Parchment (JAM)

Argent – Grant Holloway (USA)

Bronze – Ronald Levy (JAM)

400m Haies hommes

Or – Karsten Warholm (NOR)

Argent – Rai Benjamin (USA)

Bronze – Alison dos Santos (BRA)

3000m Steeple hommes

Or – Soufiane El Bakkali (MAR)

Argent – Lamecha Girma (ETH)

Bronze – Benjamin Kigen (KEN)

20km Marche hommes

Or – Massimo Stano (ITA)

Argent – IKEDA Koki (JPN)

Bronze – YAMANISHI Toshikazi (JPN)

50km Marche hommes

Or – David Tomala (POL)

Argent – Jonathan Hilbert (GER)

Bronze – Evan Dunfee (CAN)

Marathon hommes

Or – Eliud Kipchoge (KEN)

Argent – Abdi Nageeye (NED)

Bronze – Bashir Abdi (BEL)

Relais 4x100m hommes

Or– Italie

Argent – Grande-Bretagne* (dans l’attente de l’enquête sur un test antidopage de Chinjindu Ujah ; la Chine est en lice pour être promue médaille de bronze)

Bronze – Canada

Relais 4x400m hommes

Or – États-Unis

Argent – Pays-Bas

Bronze – Botswana

Saut en Longueur hommes

Or – Miltiadis Tentoglou (GRE)

Argent – Juan Miguel Echevarria (CUB)

Bronze – Maykel Masso (CUB)

Triple Saut hommes

Or – Pedro Pichardo (POR)

Argent – ZHU Yaming (CHN)

Bronze – Hugues Fabrice Zango (BUR)

Saut en Hauteur homme

Or – Mutaz Essa Barchim (QAT) & Gianmarco Tamberi (ITA)

Bronze – Maksim Nedesakau (BLR)

Saut à la Perche hommes

Or – Armand Duplantis (SWE)

Argent – Chris Nilsen (USA)

Bronze – Thiago Braz (BRA)

Lancer du Poids hommes

Or – Ryan Crouser (USA)

Argent – Joe Kovacs (USA)

Bronze – Tomas Walsh (NZL)

Lancer du Disque hommes

Or – Daniel Stahl (SWE)

Argent – Simon Petterson (SWE)

Bronze – Lukas Weisshaidinger (AUT)

Lancer du Marteau hommes

Or – Wojciech Nowicki (POL)

Argent – Eivind Henriksen (NOR)

Bronze – Pawel Fajdek (POL)

Lancer du Javelot hommes

Or – Neeraj Chopra (IND)

Argent – Jakub Vadlejch (CZE)

Bronze – Vitezslav Vesely (CZE)

Décathlon hommes

Or – Damian Warner (CAN)

Argent – Kevin Mayer (FRA)

Bronze – Ashley Moloney (AUS)

Damian Warner et le drapeau du Canada à Tokyo
Photo de 2021 Getty Images

100m femmes

Or – Elaine Thompson-Herah (JAM)

Argent – Shelly-Ann Fraser-Pryce (JAM)

Bronze – Shericka Jackson (JAM)

200m femmes

Or – Elaine Thompson-Herah (JAM)

Argent – Christime Mboma (NAM)

Bronze – Gabby Thomas (USA)

400m femmes

Or – Shaunae Miller-Uibo (BAH)

Argent – Marileidy Paulino (DOM)

Bronze – Allyson Felix (USA)

800m femmes

Or – Athing Mu (USA)

Argent – Keely Hodgkinson (GBR)

Bronze – Raeyvn Rogers (USA)

1500m femmes

Or – Faith Kipyegon (KEN)

Argent – Laura Muir (GBR)

Bronze – Sifan Hassan (NED)

5000m femmes

Or – Sifan Hassan (NED)

Argent – Hellen Obiri (KEN)

Bronze – Gudaf Tsegay (ETH)

10,000m femmes

Or – Sifan Hassan (NED)

Argent – Kalkidan Gezahegne (BRN)

Bronze – Letesenbet Gidey (ETH)

100m Haies femmes

Or – Jasmine Camacho-Quinn (PUR)

Argent – Kendra Harrison (USA)

Bronze – Megan Tapper (JAM)

400m Haies femmes

Or – Sydney McLaughlin (USA)

Argent – Dalilah Muhammad (USA)

Bronze – Femke Bol (NED)

3000m Steeple femmes

Or – Peruth Chemutai (UGA)

Argent – Courtney Frerichs (USA)

Bronze – Hyvin Kiyeng (KEN)

20km Marche femmes

Or – Antonella Palmisano (ITA)

Argent – Sandra Arenas (COL)

Bronze – LIU Jong (CHN)

Marathon femmes

Or – Peres Jepchirchir (KEN)

Argent – Brigid Kosgei (KEN)

Bronze – Molly Seidel (USA)

Relais 4x100m femmes

Or – Jamaïque

Argent – États-Unis

Bronze – Grande-Bretagne

Relais 4x400m femmes

Or – États-Unis

Argent – Pologne

Bronze – Jamaïque

Saut en Longueur femmes

Or – Malaika Mihambo (GER)

Argent – Brittney Reese (USA)

Bronze – Ese Brume (NGR)

Triple Saut femmes

Or – Yulimar Rojas (USA)

Argent – Patricia Mamona (POR)

Bronze – Ana Peleteiro (ESP)

Saut en Hauteur femmes

Or – Mariya Lasitskene (ROC)

Argent – Nicola McDermott (AUS)

Bronze – Yaroslava Mahuchikh (UKR)

Saut à la Perche femmes

Or – Katie Nageotte (USA)

Argent – Anzhelika Sidorova (ROC)

Bronze – Holly Bradshaw (GBR)

Lancer du Poids femmes

Or – GONG Lijiao (CHN)

Argent – Raven Saunders (USA)

Bronze – Valerie Adams (NZL)

Lancer du Disque femmes

Or – Valarie Allman (USA)

Argent – Kristin Pudenz (GER)

Bronze – Yaime Perez (CUB)

Lancer du Marteau femmes

Or – Anita Wlodarczyk (POL)

Argent – WANG Zheng (CHN)

Bronze – Malwina Kopron (POL)

Lancer du Javelot femmes

Or – LIU Shiying (CHN)

Argent – Maria Andrejczyk (POL)

Bronze – Kelsey-Lee Barber (AUS)

Heptathlon femmes

Or – Nafissatou Thiam (BEL)

Argent – Anouk Vetter (NED)

Bronze – Emma Oosterwegel (NED)

Nafi Thiam célèbre sa seconde médaille d'or en heptathlon à Tokyo 2020
Photo de Photo de Cameron Spencer/Getty Images

Marathon - femmes et hommes

Découvrez-en plus sur les épreuves de marathon.

Relais 4x400m mixte

Or – Pologne

Argent – République Dominicaine

Bronze – États-Unis

Le relais mixte polonais à Tokyo
Photo de 2021 Getty Images

VIVEZ OLYMPIQUE. À 100 %.

Événements sportifs en direct gratuitement. Accès illimité aux séries. Les actualités et les temps forts olympiques en exclusivité