Antoine Adelisse : l’art de briser les codes

Pour ses troisièmes Jeux Olympiques, Antoine Adelisse sera de nouveau au départ du ski slopestyle, malgré une chute aux X Games 2022, deux semaines avant les Jeux. Il participera également à la nouvelle épreuve de ski big air. Une aubaine pour cet artiste du ski acrobatique qui adore repousser les limites de son sport.

Par Clémence Roult
Photo de 2018 Getty Images

Préparez-vous pour un spectacle de haut vol !

Lundi 7 février, le Big Air Shougang accueillera les manches de qualifications de ski big air, hommes et femmes, à Beijing 2022.

Si la Française Tess Ledeux sera au cœur de l’attention dans la compétition femmes, son compatriote et partenaire d’entraînement Antoine Adelisse le sera tout autant chez les hommes. Le skieur acrobatique a remporté l’or aux X Games Europe en 2020 et l’argent aux X Games US en 2021. Mais malgré son pedigree impressionnant dans cette nouvelle discipline olympique, le quatrième du classement général de Coupe du monde de big air reste prudent, conscient de la densité de très bons athlètes dans cette épreuve.

« À l'heure actuelle, 15 personnes sont capables de gagner les Jeux Olympiques. Il suffit de voir les résultats en Coupe du monde, le top 10 change à chaque compétition », expliquait-il à Olympics.com, quelques jours avant de s’envoler pour Pékin.

« Il va falloir se donner à 200 %. Je suis persuadé que le prochain champion olympique de big air va créer un nouveau saut. »

Et cela tombe bien, puisque le dada de ce mordu de ski est de créer de nouvelles figures.

Rencontre avec Antoine Adelisse, véritable artiste du ski acrobatique qui ne dit jamais non quand il s’agit de briser les codes.

Voir le programme complet du ski acrobatique à Beijing 2022

« Je ne pourrais pas faire un sport qui a trop de règles, j’aime trop les briser. »

Pour sûr, Antoine Adelisse a trouvé le sport qui lui convient parfaitement. Pourtant, le Nantais d’origine, qui a déménagé du côté de La Plagne à l’âge de trois ans, avait bien tenté d’autres disciplines avant de se lancer dans le ski freestyle.

« J’ai fait du ski alpin jusqu’à mes 11 ans. Mais je n’avais pas vraiment le profil d’un skieur alpin », se souvenait-il en riant.

« Je n’écoutais pas vraiment. J’avais toujours envie d’être en l’air et de tenter des figures, même sur la piste. Et quand je rentrais du Club des sports de La Plagne, je m’amusais à faire des sauts sur une butte de neige qu’il y avait devant chez mes parents et j’essayais de slider sur les bancs. »

C’est à cet âge là que Gregory Guenet, la référence des entraîneurs de ski acrobatique en France, l’a repéré et lui a proposé de faire un essai en ski acrobatique.

« Il avait remarqué ma tendance à ne pas respecter les règles. Du coup j’ai fait un essai. J’ai tout de suite accroché avec le freestyle et cela fait maintenant 14 ans que Greg m’entraîne. »

Une véritable révélation pour le skieur qui a trouvé dans le ski acrobatique, un terrain d’expression illimité qui allie art et sensations fortes.

La création avant tout

« Ce qui me plaît le plus, c'est la créativité. On a tellement peu de règles sur ce que l’on fait que chaque athlète peu se démarquer avec des nouvelles figures ou des nouveaux axes de rotations. On peut tous avoir un style unique, il n’y a pas de conformité. »

Car le ski freestyle, c’est aussi cela : un style.

Un style de vie, une mentalité, une attitude. Pour Antoine Adelisse, cette connexion avec son sport, qu’il qualifie de « rock’n’roll », passe aussi par des moments loin de la compétition, de la concurrence et des juges. Depuis quelques années, il profite d’ailleurs de ses sorties au grand air pour faire des vidéos de ses figures dans le milieu brut de la montagne, sans modules, ni rampes artificiels.

En fait, ce qu’il aime par dessus tout, c’est être sur des skis. Et quand vient l’été, une période pendant laquelle le ski est en pause, son sport n’est finalement jamais très loin.

« J’essaie de couper l’été et de ne pas parler de ski avec mes amis, c’est important parce que sinon on devient fou. Mais parfois, j’ai des idées de figures qui me viennent en tête et j’ai toujours une note dans mon téléphone pour les écrire. J’essaie de les visualiser et après on les essaie à l’entrainement. »

Maîtriser et oser

Antoine Adelisse fait partie des skieurs qui aiment maîtriser une figure avant de la tester en compétition. Mais parfois les planètes s’alignent et l’envie de tenter un nouveau saut est plus forte que tout.

C’est d’ailleurs ce qu’il s’est passé lors des X Games 2020. Lors de son dernier run, le Français a tenté une figure qu’il n’avait jamais faite en compétition : un switch double bio 1620 en safety grab. Une figure qui l'a fait remporté sa toute première médaille d'or aux X Games.

« Je n’avais jamais skier aussi bien de ma vie. L’histoire est dingue parce que je venais en tant que remplaçant et malheureusement un athlète s’est blessé, donc je suis entré en compétition. C’était dingue », avait-il raconté à Riding Zone.

C’est durant cette saison 2020 que le skieur acrobatique s’est véritablement installé dans l’élite mondiale avec une victoire en Coupe du monde à Destne en République tchèque.

Mais cette envie de tenter de nouvelle figure a aussi son revers.

Les ambitions olympiques du skieur acrobatique auraient pu s’arrêter net, quelques jours avant les Jeux Olympiques de Beijing 2022.

Antoine Adelisse était de nouveau aux X Games, aux États-Unis, les 22 et 23 janvier 2022. Mais dès les entraînements, il a été transporté à l’hôpital suite à une lourde chute sur le dos.

« J'ai essayé un nouveau saut aux X Games, mais je n'avais pas assez d’élan et pas assez d'énergie. Du coup, je n'ai pas pu le finir et j'ai réceptionné sur le dos. C’était assez violent », expliquait-il.

« Je n'étais pas super confiant quand je voyais l'état de mon dos. Je suis allé voir le médecin et après pas mal de vérifications, il m'a dit que je pourrais être au départ de mes troisièmes Jeux Olympiques, donc je suis content », expliquait-il avec soulagement, quelques jours avant de prendre son avion direction Pékin.

Antoine Adelisse n’a pas dévoilé quel était ce saut mystère, qui figure sur sa liste des sauts à Beijing 2022.

« Je garde cette figure secrète pour le moment. Mais si ça se trouve, je ne la ferai même pas ! On ne sait jamais ce qu’il peut se passer. Je ferai peut-être même une nouvelle figure inconnue. »

Une surprise qui n’en sera peut-être plus une dès le lundi 7 février, lors des qualifications de big air, même s’il devrait probablement garder ses plus grosses figures pour la finale du 9 février.

Le big air oui, mais le slopestyle aussi

En parallèle, Antoine Adelisse sera aussi au départ de la compétition de slopestyle.

Une compétition presque plus importante pour le skieur de 24 ans qui a déjà remporté un titre majeur en big air et qui a à cœur de briller dans le slopestyle.

« Je crois que j’aurais une préférence pour la médaille en slopestyle. C’est une discipline dans laquelle je me suis battu toute ma carrière pour me prouver que j’étais capable d’enchaîner des figures techniques sur six modules et je suis toujours passé un peu à côté. »

« J’ai besoin de faire un gros résultat en slopestyle. »

Les qualifications du ski slopestyle à Beijing 2022 débuteront le 14 février à 12h30, heure locale. S’il parvient à se qualifier en finale, il aura rendez-vous dès le lendemain, 15 février, à 10h26.

VOUS ADOREZ LE SKI ACROBATIQUE ? NE MANQUEZ RIEN.

Recevez le meilleur du ski acrobatique : actualités, vidéos, temps forts des Jeux Olympiques d’hiver et bien plus encore.