5 faits marquants sur la carrière de Papadakis/Cizeron

Ils sont vice-champions olympiques, quintuples champions d’Europe et quadruples champions du monde. Mais que connaissez-vous vraiment de la carrière des danseurs sur glace français Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron ? Olympics.com vous la présente en cinq faits marquants avant leur entrée en lice à Beijing 2022, le samedi 12 février.

Par Emma Hingant
Photo de Richard Heathcote/Getty Images

Ce sont LES danseurs sur glace du moment.

Cette saison, rien ni personne ne semble pouvoir arrêter Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron, le couple de danse sur glace qui représente la France dans les grandes compétitions de patinage artistique, comme les Jeux Olympiques d'hiver de Beijing 2022.

Mais quelles grandes étapes ont ponctué leur carrière ? Titres, déceptions, sorties extra-sportives… Olympics.com vous présente la carrière de Gabriella Papadakis et de Guillaume Cizeron en cinq faits marquants avant leur entrée en lice, avec la danse rythmique, le samedi 12 février.

Consultez le programme complet du patinage artistique ici.

Janvier 2015, le premier titre international

Se côtoyant depuis qu’ils sont enfants, Gabriella et Guillaume impressionnent au niveau junior avant de faire leurs débuts chez les séniors en 2013/14. Après avoir déménagé au Canada pour s’y entraîner, G/G finissent troisièmes de la finale des Grands Prix à Barcelone en décembre 2014.

Un mois plus tard, en janvier 2015, ils connaissent enfin la consécration : avec un score de 179,97 points, ils décrochent la couronne européenne devant les Italiens Anna Cappellini/Luca Lanotte, champions d’Europe en titre, et les Russes Alexandra Stepanova/Ivan Bukin.

La confirmation avant PyeongChang 2018

Ils n’attendent pas très longtemps pour confirmer leur hégémonie sur la discipline puisqu’en mars 2015, ils ajoutent le titre mondial à leur premier titre européen acquis à peine deux mois plus tôt. À Shanghai, ils obtiennent la note de 184,28, soit presque trois points de plus que les Américains Madison Chock / Evan Bates, deuxièmes.

Avant les Jeux de PyeongChang 2018, les titres continuent de s’enchaîner pour les deux Français. Ainsi, avant de s’envoler pour la République de Corée, ils remportent leur première Finale des Grands Prix et comptent trois titres de champions d’Europe et deux titres mondiaux, celui de 2017 leur ayant échappé au profit des Canadiens Tessa Virtue/Scott Moir qui vont encore les hanter l’année suivante d’ailleurs.

Une médaille d’argent à PyeongChang 2018

En effet, alors que G/G sont favoris dans la patinoire du Palais des glaces de Gangneung et qu’ils avaient de l’or leur objectif n° 1, ils doivent se contenter de la médaille d’argent derrière Virtue/Moir.

Lors de la danse rythmique, la robe de Gabriella se détache et le couple perd des points. Ils n’empochent que 81,93 points alors que Virtue/Moir battent le record de l’époque et prennent 83,67 points. Si G/G livrent un programme libre de toute beauté, qui leur vaut d’ailleurs un record du monde également (123,25 points), ce n’est pas suffisant pour reléguer les Canadiens à la deuxième place.

Avec 206,07 points au compteur, Virtue/Moir deviennent champions olympiques, devant les 205,28 points de Gabriella et Guillaume. La déception est forte, mais leur envie de revenir plus fort ne s’estompe pas, bien au contraire.

L’enchaînement des titres puis une pause

Après les JO 2018, G/G poursuivent donc leur épopée sensationnelle. Ils sont couronnés champions d’Europe à deux autres reprises pour entrer dans l’histoire : aucun duo n’avait signé cinq titres européens d’affilée. Seul le Britannique Courtney Jones, de 1957 à 1961, avait signé cet exploit, mais il avait changé de partenaire en 1959.

Puis ils décrochent deux nouveaux titres de champions du monde avant de finir deuxièmes aux Championnats d’Europe 2020, derrière Victoria Sinitsina / Nikita Katsalapov (représentants du ROC à Beijing 2022), à la veille d’un confinement forcé par la pandémie de COVID-19. On ne reverra les désormais quadruples champions du monde en compétition que lors des masters d’Épinal en octobre 2021.

« Nous avons traversé différentes phases émotionnelles pendant cette période et avions besoin de revoir nos objectifs pour créer une nouvelle dynamique », déclarait Gabriella Papadakis en janvier 2021. Guillaume Cizeron, lui, a profité de cette pause pour publier un livre, Ma plus belle victoire, dans lequel il explique comment l’acceptation de son homosexualité lui a permis d’aller plus haut dans son sport.

Un retour international splendide

Visiblement, cette pause de près de deux ans leur a permis de faire le point et de repartir sur de bonnes bases puisque depuis leur retour, ils sont toujours montés sur la plus haute marche du podium en compétitions nationales et internationales.

  • Masters d’Épinal : 1ers, avec 231,10 points (40,30 points d’avance sur Evgeniia Lopareva/Geoffrey Brissaud)
  • Finlandia Trophy : 1ers, avec 217,54 points (9,23 points d’avance sur Madison Chock/Evan Bates)
  • Gran Premio d’Italie : 1ers, avec 220,06 points (12,16 points d’avance sur Madison Hubbell/Zachary Donohue)
  • Internationaux de France : 1ers, avec 221,25 points (18,09 points d’avance sur Piper Gilles/Paul Poirier)
  • Championnats de France : 1ers, avec 226,96 points (31,04 points d’avance sur Evgeniia Lopareva/Geoffrey Brissaud)
  • Qualifiés pour la Finale du Grand Prix à Osaka, au Japon, finalement reportée à cause de la pandémie.

Gabriella et Guillaume étaient absents des Championnats d’Europe 2022 pour pouvoir se mettre dans leur bulle sanitaire avant leur grande échéance de la saison : les Jeux Olympiques de Beijing 2022, les 12 et 14 février, où ils tenteront de remporter l'or qui leur a échappé il y a quatre ans.

TOUT L’UNIVERS DU PATINAGE ARTISTIQUE DANS VOTRE BOÎTE DE RÉCEPTION.

Recevez le meilleur du patinage artistique : actualités, vidéos, temps forts des Jeux Olympiques d’hiver et bien plus encore.