5 choses à savoir sur Nedim Remili

Nedim Remili fait partie de l’équipe de France qui s’apprête à affronter le Bahreïn en quart de finale du tournoi olympique. Mais connaissez-vous bien l’arrière de 26 ans ?

Photo de Photo de Dean Mouhtaropoulos/Getty Images

Ce mardi 3 août, la France affronte le Bahreïn en quart de finale du tournoi olympique de handball masculin.

L’arrière du Paris Saint-Germain qui a fait ses débuts avec les Bleus en match amical contre la Norvège en 2016 est aujourd’hui un cadre de l’équipe de France qui a remporté quatre de ses cinq matchs à Tokyo et qui s’est qualifiée pour poursuivre l’aventure.

Mais que savez-vous du demi-centre de 26 ans ? Présentation.

Biberonné au handball

Nedim est tombé très tôt dans la marmite du hand. En effet, son père n’est autre que Kamel Remili, qui a été handballeur professionnel à l’US Créteil et qui a remporté un titre de champion de France en 1989 en plus de disputer une finale de Coupe d’Europe des vainqueurs de coupe la même année. Et sa relation avec son père l’aide au quotidien.

« Le rapport est toujours fort et papa regarde tous mes matches », explique Nedim sur le site de la FFHandball. « Papa est toujours à l’écoute de tout. Mon père a toujours bien géré la relation avec moi, il ne s’est jamais intercalé entre les entraîneurs et son fils. Nous avons un rapport fusionnel avec une passion qui nous rassemble. Il est très objectif et très rigoureux sur sa manière de juger mes performances, il n’est pas là pour me passer de la crème. Et si mon comportement lui déplaît, il n’hésite jamais à me le dire. J’adore la relation que l’on a car elle m’aide tous les jours à faire une introspection sur et en dehors du terrain. Notre relation est basée sur de l’honnêteté de la sincérité. »

Une blessure qui le prive des Jeux de Rio 2016

Début juillet 2016, les Bleus se préparent à disputer les Jeux Olympiques de Rio 2016. Ils sont partis en stage et Nedim est bien présent. Mais le joueur qui vient de signer au PSG est contraint de quitter le groupe car il n’est pas entièrement remis de sa blessure à l’épaule gauche.

Avant l’annonce du groupe en 2021, il disait à quel point il espérait s’envoler pour Tokyo. « À chaque fois que [mes coéquipiers en club] en reviennent, ils ont encore des étoiles dans les yeux », racontait-il sur le site officiel du PSG. « À chaque fois que quelqu’un en parle, j’ai envie d’y participer. »

« C’est un peu l’accomplissement d’une carrière de représenter son pays aux JO, en tant que sportif, et non seulement qu'en tant que handballeur. J’espère vivre ça plusieurs fois et gagner une médaille olympique, car je pense que c’est le Graal pour tout sportif. »

Un titre mondial inoubliable

« La compétition en France en 2017 reste le meilleur souvenir que j’ai en bleu. » C’est ce qu’annonce Nedim Remili sur la chaîne YouTube de la FFHandball.

Il faut dire que Nedim, 21 ans à l’époque, réalise une compétition de toute beauté où il termine notamment co-meilleur buteur des Bleus avec Kentin Mahé (37 buts), mais surtout avec la médaille d’or autour du cou. Et il est aussi nommé dans l’équipe-type du tournoi.

« Personnellement, je retiens la joie ultime d'avoir eu toute ma famille derrière moi », expliquait-il au journal Le Parisien. « J'ai été ce lien pour tous mes proches et c'est ma plus grande fierté. J'ai vu mes oncles et mes tantes heureux. J'ai vu mon père, sérieux et introverti, craquer et ouvrir son cœur. Ça a été un bonheur énorme. »

Il n’a pas encore revécu d’émotions pareilles avec les Experts puisqu’il a été seulement médaillé de bronze en 2019, comme aux Championnats d’Europe l’année précédente, et quatrième en 2021. Est-ce que cela va changer d’ici au samedi 7 août, la date de la finale de Tokyo 2020 ?

GettyImages-632598088
Photo de Photo d’Alex Grimm/Bongarts/Getty Images

Le traumatisme de la finale de Ligue des champions 2017

Nedim Remili ne garde pas que de bons souvenirs de l’année 2017. En juin, à peine six mois après le titre mondial avec les Bleus, il dispute la finale de la Ligue des champions avec son club du PSG. Ils affrontent les Macédoniens Vardar Skopje, qui n’ont jamais été sacrés, comme le PSG, dans un Final 4 grandiose à Cologne. Mais les Parisiens s’inclinent 24-23.

« Il y avait les quatre meilleurs clubs au monde et ils étaient tous réunis dans la même ville », se souvient-il au micro de l’émission The Home of Handball. « Il y a eu trop d’émotions pour moi dans ce match. Après le match, c’était comme un trou noir. Je ne peux pas expliquer ce que je ressentais à ce moment-là. »

« C’est difficile de gagner ce titre », ajoute-t-il. « Pendant presque un an, tu dois jouer à la perfection. Et il faut être plus que parfait pendant une semaine [du Final 4]. »

Il court encore après ce premier titre : défaites contre le HBC Nantes en demi-finale 2018, face à Kielce en quart de finale 2019, en demies 2020 contre Barcelone et au même stade face à Aalborg en 2021.

« La Ligue des champions, ce serait énorme, la consécration d'un groupe et, plus que ça, d'un club », concluait-il dans Le Parisien. Il décrochera peut-être un jour ce titre, mais s’il veut que ce soit avec le club de la capitale française, il va devoir faire vite car le joueur va signer à Kielce en 2022.

Très attaché à Créteil

C’est à Créteil, où est implantée la Maison du handball, que tout a commencé. Il s’est mis au hand à l’âge de 10 ans sous l’impulsion de son père à l’US Créteil et c’est là qu’il est devenu pro à l’âge de 18 ans. Il garde des attaches dans son ancien club et son meilleur ami est Boïba Sissoko, qui évolue à Créteil.

« On se connaît depuis l’âge de 9, 10 ans », explique Sissoko dans l’émission Deux nuits avec. « On a commencé à jouer ensemble en moins de 12. On s’est rencontrés et depuis, on ne s’est pas lâchés. On est des amis pour la vie. »

En 2017, après le départ de son ami pour le PSG, Sissoko ajoutait : « Le fait qu’il ne soit plus là il y a forcément un manque. Ça va être bizarre de le voir sous un autre maillot. On a toujours défendu l’un contre l’autre depuis des années. On verra comment ça se passer en compétition. »

Ce à quoi Remili répondait : « Ça va être spécial, forcément. Mais je sais déjà comment ça va se passer : ça va être rugueux ! »

VIVEZ OLYMPIQUE. À 100 %.

Événements sportifs en direct gratuitement. Accès illimité aux séries. Les actualités et les temps forts olympiques en exclusivité